La véranda se dévoile

Le rez-de-chaussée de notre maison comprend 4 rectangles juxtaposés : la cuisine, le hall d’entrée, le salon et la véranda. Ces rectangles ont une taille de 28 m2 (sauf le hall) et ça donne à la maison une symétrie que l’on retrouve souvent dans les maisons de maître de cette époque (la maison a été construite en 1880).

La semaine dernière, à la faveur d’une réservation de table d’hôtes, Martial et moi avons dû vider entièrement la véranda pour y installer une table à manger et y recevoir nos visiteurs. On a eu 3 jours pour tout faire, et on partait de loin.

Depuis que l’on a déménagé dans la maison (il y a bientôt 4 ans), la véranda a accueilli quelques déjeuners et dîners mais elle a surtout servi d’atelier de peinture, de garde-meubles et de cimetières pour mouches et autres papillons.

L’opération « on vide la véranda » s’est déroulée en deux temps : j’ai d’abord trié les affaires (outils, matériel de bricolage, fourniture de loisirs créatifs, meubles) tout en nettoyant au fur et à mesure (pour éviter de déplacer les mouches mortes).

J’ai ensuite évacué ce qui devait l’être vers les poubelles/bennes à recyclage et j’ai monté les petits meubles au grenier. Enfin, j’ai pris soin de mettre dans des caisses en plastique les objets que je souhaite vendre au prochain vide grenier.

Martial s’est ensuite chargé de monter les gros meubles au grenier ainsi que les caisses les plus lourdes et les objets encombrants (j’étais HS suite à un faux mouvement fait en déplaçant un miroir assez lourd). On a quand même replacé ensemble les meubles que l’on a conservés dans la véranda (en les poussant, pas en les soulevant).

Et voilà la véranda dans sa version allégée. Il reste à déplacer le sommier (astucieusement caché sous un couvre-lit dans le fond), la table en verre et le meuble dans le coin. Nous le ferons lors du prochain jour de congé de Martial, si j’ai récupéré ma mobilité dorsale.

On a disposé quelques meubles de façon stratégique : ce buffet en bois massif (récupéré chez Margot, la maman de Fred et belle-maman de ma soeur Marie) a été installé devant le plus grand mur. Il servira à entreposer la vaisselle et tout les accessoires nécessaires à la table d’hôtes (nappes, verres, couverts, serviettes de tables et objets déco).

La tablette en marbre appartient à un autre meuble, on l’a mise là en attendant que je puisse la porter plus loin (c’est le dessus d’une console qui devrait aller dans le salon).

Ce buffet a un confiturier assorti mais il faut encore qu’on lui trouve une place dans la maison car il n’y a plus de mur disponible dans la véranda. On n’a pas envie qu’il reste devant une paroi vitrée (ce que l’on avait fait le week-end dernier).

Autre pièce maîtresse des lieux : la table. Elle est un peu sale mais elle a une taille tout à fait intéressante pour une table d’hôtes (2,20 m sur 1,25 m). On l’a eue avec la maison et j’ai des plans pour la customiser. Ça commencera par un bon ponçage.

Dernier meuble de la véranda : le petit sofa en velours rose récupéré chez mes grands-parents paternels. Il est un peu défraîchi et l’assise est tassée donc il a besoin d’une reprise en main de la part d’un tapissier professionnel. Inutile de dire que ça n’est pas une priorité pour l’instant et je vais donc le recouvrir en attendant (sûrement avec le couvre-lit qui dissimule le sommier dans le fond de la pièce).

J’ai placé le sofa devant la cheminée. Elle est sympa et elle a une taille appropriée pour la dimension de la véranda, ni trop grand ni trop riquiqui. On a fait du feu le soir de la table d’hôtes et la chaleur était agréable, ce qui est l’essentiel pour une cheminée.

Il faut que l’on aménage une réserve de bois au pied de l’âtre pour entreposer les bûches et les brindilles ainsi que les accessoires pour le feu (allume-feu, pelle et pique).

Enfin, nous devons faire intervenir une entreprise spécialisée dans l’étanchéité pour venir à bout des infiltrations qui abîment le faux-plafond de la véranda. Nous avons reçu la visite de quelqu’un cette semaine et nous attendons le devis (étanchéité du balcon au-dessus et reprise du faux-plafond dans la véranda).

Et oui ! Ce sont bien des petites feuilles vertes qui poussent dans l’interstice …

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !

 

Une liste de listes

Je dois avoir une mémoire visuelle car j’aime faire des schémas, des plans et surtout des listes. Des listes de courses, de choses dans ma valise, et surtout, des listes de trucs à faire, que ce soit de l’entretien quotidien, des démarches administratives ou des travaux (comme par hasard). C’est d’ailleurs avec une liste que j’avais inauguré ce blog il y a un peu plus d’un an. Et en ce moment, mes listes hebdomadaires ressemblent à ça …

Grosso modo, ce qui est listé à gauche concerne le foyer (intitulé « Famille » et « Maison ») et ce qui est à droite concerne ma future activité (intitulé « Grange » et « Gîte »). La différence est simple : « Grange » regroupe tous les travaux concrets qui restent à faire et « Gîte » toutes les démarches, pour l’entreprise, le site Internet et autres.

L’idée est de cocher au fur et à mesure que j’achève telle ou telle tâche, ce qui a un effet notoire sur ma satisfaction, sorte de matérialisation que ça avance, malgré tout. En même temps, je peux reporter d’une semaine à l’autre les tâches non accomplies sans culpabiliser car je visualise tout ce qui a été fait. Et ce qui est fait n’est plus à faire.

J’ai partagé de nombreuses listes dans ce blog (les 100 projets évoqués plus haut, mais aussi ce qu’il reste à faire dans le gîte ou la table basse). C’est sympa pour moi parce que ça me permet d’annoncer haut et fort ce que j’ai à faire sur la place publique (et c’est assez stimulant, faut bien le dire) mais ça n’est pas très interactif.

J’ai donc créé une rubrique qui regroupe toutes ces listes et que j’actualiserai au fur et à mesure de l’accomplissement des différentes tâches qui y sont compilées. Vous trouverez cette rubrique dans la barre d’outils, entre Granges et Contact, très simplement intitulée « Listes » (comme illustré ci-dessous, cerclé et fléché de rouge).

Et voilà, je peux maintenant rayer de ma liste d’idées d’articles celui qui concernait la création d’une rubrique de listes …

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! 

 

Dans le rétro : débarrasser la grande grange

Dans la rubrique « Dans le rétro », je reprends in extenso certains des articles les plus populaires de mon ancien blog. Histoire de s’en (re)mettre plein les mirettes …

 

Pendant les vacances de Pâques 2012, il fallait débarrasser la grande grange en vue de l’arrivée annoncée des maçons pour commencer les travaux de rénovation.

Cette grange de 60 mètres carrés au sol était pleine de bazar : des branchages laissés là à sécher par Martial après une taille sévère de l’érable, un établi, des kilos d’outils rouillés, des petits et des grands meubles, des bidons, etc …

J’ai donc pris mon courage à deux mains et me suis mise à la tâche : tri des outils, remplissage de 3 grands sacs poubelles, évacuation de quelques étagères vers la cave de la maison, de quelques objets insolites vers la véranda, et j’en passe.

Après quelques heures de travail non acharné (ça sert à rien de se blesser, pas vrai ?), j’étais rendue à 40%. Ça c’était dimanche.

Lundi, je me suis reposée, et je suis retournée au boulot mardi, en garant ma voiture devant la porte de la grange pour y entasser les diverses planches et autres boites trouvées sur place afin de les évacuer vers la déchetterie.

Ah ah. C’était sans compter le temps capricieux qui s’est abattu sur les Combrailles en milieu de journée et qui m’a OBLIGEE à me retrancher dans ma chambre, parce que bon, j’aime pas trop le vent quand il souffle en tempête. #bonnecachettesouslacouette.

Bref. Mercredi, de petites mains habiles sont passées dans mon dos et ont laissé ça :

et ça :

et puis encore ça :

Car à l’extérieur de la grange, à quelques mètres à peine de cet espace désormais débarrassé de son fatras, l’ambiance était plutôt à ça :

OUI ! Les travaux ont commencé ce matin !

Une équipe de 6 maçons, armés de tous les outils disponibles sur le marché, bien décidés à faire un sort à cette grange pour lui donner une base solide sur laquelle travailler : percer les ouvertures, faire la dalle (avec toute la tuyauterie nécessaire), creuser et installer tous les réseaux, préparer le mur en pierre apparente et faire les façades.

Et c’est bien eux qui avaient débarrassé la grange des quelques gros meubles que j’avais laissés en attente faute de pouvoir les bouger toute seule.

Le saule a été tombé en 10 minutes chrono par un pro de la mini-pelleteuse. Du coup, il y a beaucoup plus de lumière, c’est très agréable (et le patron m’a redit que les saules étaient dangereux pour les fondations et les canalisations, donc on a eu encore moins de regret de le voir partir).

Dans un deuxième temps, ces maçons auront la charge d’installer tout le système d’assainissement (nouvelle fosse septique) mais ça sera fait en fin de chantier, pour préserver les canalisations des eaux usées de tout coup de pioche malheureux.

 

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !

A table !

Quand j’ai trouvé cette table roulante pour 5 euros à la boutique brocante de Saint-Eloy-les-Mines, je savais que je pourrais en faire quelque chose de sympa à glisser entre le canapé et la porte-fenêtre toujours fermée qui donne du salon vers la véranda.

Vous connaissez Pinterest ? C’est une immense banque d’images collectées par thèmes par ses membres sur des « tableaux », également visibles par les autres membres. Ce qui est bien, c’est que les images gardent le lien vers le site Internet où elles ont été piochées. La version moderne et interactive du bon vieux classeur dans lequel on colle des articles de magazines de déco, en somme.

Sur Pinterest, j’avais donc repéré cette image, tirée d’un blog américain, Make it and Love it. Ce qui a capté mon attention : la couleur, jaune et si lumineuse, parfaite pour notre salon un peu sombre en hiver.

Après une phase préparatoire (ponçage et sous-couchage) et quelques ratés, j’ai cherché une nouvelle peinture pour ma table. J’étais décidée pour le jaune mais prête à renoncer si je ne trouvais pas exactement celui que je voulais.

J’ai eu un peu de chance. Après un premier magasin où j’étais prête à prendre du vert ou du bronze, j’ai tenté ma chance chez Weldom. « Pamplemousse » de Dulux Valentine (en Crème de peinture) a parfaitement fait l’affaire.

C’est de la peinture acrylique monocouche (mais une deuxième couche est néanmoins nécessaire, je trouve). Elle a une super texture et s’étire très bien.

Après avoir peint plusieurs jours d’affilée sur la terrasse, je me suis réfugiée dans la cuisine pour finir mon atelier peinture, car le vent avait décidé de souffler fort et de faire tourbillonner les feuilles et autres débris végétaux. Pas-sur-ma-peinture-fraîche-merci !

Au premier plan, la structure du meuble des toilettes du bas. Bientôt sur vos écrans …

Mon idée pour cette table roulante, c’était donc de la glisser entre le canapé et une des portes-fenêtres qui donnent entre le salon et la véranda. Objectif : y ranger tout mon bazar à tricot (qui reste là tant que je n’ai pas d’atelier au grenier).

On voit d’ailleurs un sac en plastique Bergère de France qui dépasse de derrière l’accoudoir du canapé …

De plus près, on peut voir un fouillis de pelotes de laine de toutes les couleurs et de toutes les qualités, des catalogues et autres livrets d’explications, sans compter un tube à dessin rempli d’aiguilles à tricoter de toutes tailles.

J’ai donc vidé les sacs, trié les pelotes, rassemblé les catalogues, jeté les bouts de laine et  remis le tout avec ordre et méthode dans les deux contenants à ma disposition : une grande boite en plastique avec son couvercle et un petit coffre en jonc de mer.

Et voilà ! Une table roulante sympa, qui tient bien rangé mon petit barda à tricot, plus quelques magazines, la télécommande et deux-trois objets de déco (et on peut encore glisser une ou deux autres boites dessous pour plus de rangement).

 

Et vous, vous avez peint une table récemment, ou tout autre objet roulant vaguement identifié ? N’hésitez pas à partager votre expérience avec nous !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !