La cuisine

Dès qu’on est entrés dans la maison, on a su que la cuisine n’allait pas rester telle quelle : des meubles sombres et massifs, une disposition en chicane, peu de plans de travail.

A l’usage, elle s’est révélée peu pratique, sans compter la déco qui n’était pas du tout à notre goût et qui commençait d’ailleurs à accuser le coup : papiers peints arrachés, peintures défraîchies et faïence démodée.

On a profité de la réfection de la tuyauterie (qui avait gelé pendant l’hiver 2012 et ses fameux -22°C relevés par Martial à Pouzol) pour passer à ça !

De gros efforts de démolition menés par Martial et moi pour ouvrir l’espace et retrouver une pièce en forme de rectangle, débarrassé de la salle d’eau dans le coin (là où se trouvent les petits carreaux blancs au sol).

Nous avions envie d’une cuisine claire et intemporelle, où l’on aurait mis en valeur les volumes et les meubles existants par des couleurs et des matières raffinées.

Il a donc fallu déposer le carrelage du sol, ce qui n’a pas été une mince affaire, et ça s’est fait en plusieurs étapes. Il a ensuite fallu coller du carrelage, et là aussi, notre patience a été mise à rude épreuve, mais on y est arrivé. Et on a tout jointoyé.

Pour le plafond (moitié placo, moitié boiseries et poutres), nous avons d’abord fait appel à un plaquiste. Il a construit un faux-plafond en placo en lieu et place de l’ancien plafond maçonné et il a également ratissé quelques pans de murs bien abîmés.

De mon côté, j’ai poncé, lessivé, sous-couché et peint la partie du plafond en poutres avec un blanc satiné glycéro de chez Dulux Valentine.

Parallèlement, il a fallu détapisser les murs et les apprêter (enduit et ponçage), ainsi que le fond de la cheminée et les encadrements de portes et de fenêtres.

Autre gros morceau : les meubles de cuisine. Nous avons décidé de réutiliser au maximum les meubles de l’ancienne cuisine (car de ligne sobre et en chêne massif) mais en les bricolant un peu : voyez le casserolier, le placard à épicerie et le buffet.

Quand j’ai eu besoin d’aide, Jean-Sébastien est venu me prêter main forte (et sa scie circulaire) pour couper quelques plans de travail. Mon père et son amie Françoise sont venus de Limoges pour monter la vitrine Ikea qui surplombe le casserolier.

2 thoughts on “La cuisine

  1. Bravo !!!!! Une femme travaille plus soigneusement qu’un homme, c’est bien connu. Cette fois-ci c’est du pro. Après tout ce boulot il faut bien vous reposer un peu, non ? Bonne continuation et félicitations !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>