Un plan, du travail

On avait laissé la cuisine du gîte avec des meubles, et c’était à peu près tout. Il a donc fallu se pencher sur le cas du plan de travail à carreler, qui sert de plan de travail mais aussi de « lien » pour solidariser les meubles au mur au moyen du fameux tasseau.

Première étape : le meuble de l’évier (pressée que j’étais par les plombiers, qui avaient prévu d’installer l’évier quelques jours plus tard). J’ai reporté les dimensions de l’ouverture sur le plan de travail puis j’ai percé deux gros trous avec une mèche à bois et j’ai découpé le plan à la scie sauteuse (avec une lame spécial plan de travail).

Après avoir posé le plan de travail en place (en m’assurant que le meuble de l’évier était bien centré devant la fenêtre), j’ai positionné le meuble de gauche (meuble de 30) en laissant l’espace nécessaire pour le lave-vaisselle (45 cm + 2 cm de marge). J’ai ensuite tout vissé en place, avec des vis à bois de longueurs différentes (30 mm pour les meubles et 70 mm du plan de travail vers le tasseau).

Côté « entrée », il y a aussi un meuble de 37 cm de profondeur. Il est adossé au côté gauche du meuble de 30. J’ai vissé un morceau de fileur (planche dont le décor est assorti au décor des portes des meubles) pour que mon angle soit nickel. J’avais donc prévu l’épaisseur de ce fileur avant de positionner mon meuble de l’entrée sous le plan.

Ensuite, il fallait installer les meubles qui composent la péninsule de la cuisine. Comme il n’y a pas de mur auquel les adosser, j’ai fabriqué une structure en bois, que j’appelle « armature » pour encadrer mes meubles et les solidariser avec ceux du fond (puis au sol, on verra ça plus tard).

D’abord la construction de l’armature : trois rectangles fabriqués avec du tasseau brut de 38 mm de côté. J’avais vissé un petit bout de tasseau directement sur ma planche-établi pour pouvoir m’y appuyer quand je vissais aux extrémités.

J’ai ensuite mis deux rectangles côté meuble de 30 (pour avoir assez d’espace pour ouvrir les portes et le tiroir). J’ai vissé un rectangle dans le côté du meuble du bout puis le deuxième dans le premier. J’ai ensuite vissé le meuble de la péninsule dans le bois.

J’ai fais la même chose de l’autre côté avec le dernier rectangle de tasseau : je l’ai vissé à l’extrémité du deuxième meuble de la péninsule puis j’ai vissé les deux meubles ensemble (au moyen de la quincaillerie fournie par nos amis Suédois).

J’ai aussi fixé des lattes de bois à l’arrière et j’ai découpé un tasseau à la bonne longueur pour pouvoir le coller par terre une fois que tout serait terminé.

J’étais prête pour mettre le deuxième morceau de plan de travail à carreler. Je l’ai découpé et installé avec l’aide de Martial (toujours là pour me prêter main forte – et surtout bras forts !) puis je l’ai vissé dans les rectangles de tasseau avec des vis à bois de 70 mm.

J’ai volontairement laissé un morceau dépasser de la péninsule, pour le découper à la dernière seconde en fonction des carreaux : tout pour ne pas faire de découpe de carrelage … car la prochaine étape, c’est la pose des carreaux du plan de travail et de la crédence.

 

Intermède professionnel : les menuisiers étaient présents sur le chantier pour leurs finitions et j’ai sollicité leur aide pour m’aider à découper le morceau de fileur de gauche (ils avaient une scie circulaire bien plus précise que ma modeste scie sauteuse).

Un trait de scie, un morceau de tasseau, quelques vis, le tout en 20 minutes chrono.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>