Un ciel immaculé

Voilà une bonne chose de faite. La partie du plafond de la cuisine dont les poutres sont apparentes (que j’appelle familièrement « le plafond en poutres ») est enfin peinte. Il m’a fallu 4 couches de peinture et un an (oui, un an …) pour venir à bout de ce chantier.

L’hiver dernier, donc, avant de poser le carrelage de la cuisine, je me suis attelée à la peinture du plafond en poutres. Evidemment, il était plus simple de mener ce chantier à bien sans avoir à se soucier du sol et de la possibilité de le salir.

J’ai commencé par poncer entièrement la surface à peindre (les poutres et les zones couvertes de lambris entre celles-ci), ce qui représente environ 18 m2 (le reste est un faux-plafond de 10 m2 installé par un plaquiste il y a un an et demi). J’ai ensuite tout lessivé pour nettoyer la poussière et les saletés.

Première étape : la sous-couche (Julien, spécial fonds difficiles). J’en ai d’abord passé deux couches uniquement sur les poutres, afin de masquer cette couleur marron très très foncée. Je dois avouer que j’ai eu un peu peur après la première couche.

Pas d’affolement ! C’était déjà nettement mieux avec la deuxième couche.

Oh là là … la cuisine a bien changé depuis cette photo … j’ai mis le carrelage, bougé les meubles (ici, ici et ici) et j’ai installé une vitrine avec mon père. Mais le plafond en poutres commençait déjà à être moins marron très très foncé.

La troisième couche (Dulux Valentine en blanc satiné base glycéro) a été la plus longue à appliquer, car il fallait certes recouvrir les poutres, mais aussi les parties planes intermédiaires en lambris peint d’une teinte beige saumoné assez bizarre.

Ma technique : peindre les baguettes et les interstices avec un gros pinceau à rechampir puis tout recouvrir au rouleau. Efficace mais fastidieux.

Mais efficace.

C’est là qu’intervient une longue pause due d’abord à des problèmes de santé qui m’empêchaient de me percher sur un escabeau puis la finalisation du gîte est devenue la priorité n°1 dans mon emploi du temps. Et nous revoilà un an après.

Entre temps, j’avais fini la Dulux Valentine donc pour la 2e couche de peinture (4e, si on compte la sous-couche), j’ai utilisé le blanc satiné glycéro des portes du gîte (acheté dans une usine locale de peinture située à Ebreuil (03), appelée Icopeint).

On voit nettement la différence entre les deux couches au niveau des traces de passage du rouleau. Cette dernière couche a fini d’opacifier le lambris et a bien couvert les poutres.

Voilà le résultat fini, alors que la peinture était encore fraîche. Dans un monde parfait, j’aurais mastiqué au pistolet tous les petits espaces entre les planches de lambris et entre les baguettes et les poutres, mais bon. Ma nuque me remercie de ne pas l’avoir fait.

Et voilà après une nuit de séchage. La peinture a légèrement opacifié en séchant mais la lumière qui rentre par les fenêtres projettent des ombres qui font paraître les poutres plus sombres que ce qu’elles sont vraiment (même si, à l’oeil nu, on voit quelques zones un peu sombres par transparence).

Nous sommes ravis du résultat, la cuisine est hyper lumineuse et ce plafond est un des éléments déterminants de cette luminosité. Je n’ai pas pour autant rangé mes pinceaux, il reste tellement de choses à faire dans cette cuisine.

Mais le plafond, c’est fait.

 

:*:*:*:*:*:*:

La cuisine du gîte fait une apparition sur le site ami House*Tweaking. Dana mène une série de posts sur des histoires de vrais gens qui ont installé une cuisine Ikea. Je partage donc mon aventure suédo-auvergnate dans un blog localisé dans l’Ohio ! Merci Dana !

:*:*:*:*:*:*:

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>