La cuisine dans tous ses états

La cuisine est en chantier depuis deux ans et demi. Je sais, c’est long, mais vu que j’y bosse quasiment toute seule, ça prend le temps que veulent bien me laisser le gîte, les transcriptions et, en ce moment, ma blessure au coude.

Cela dit, prendre des photos et rêver un peu ne fait mal nulle part, donc j’ai décidé de récapituler dans un seul et même post tout ce qui reste à faire dans la cuisine. Le chemin parcouru est significatif, mais la route est encore longue.

Voilà le côté nord. Au fond se trouvent l’armoire à épicerie à gauche, la poubelle, le meuble évier, un espace pour un lave-vaisselle (le nôtre a grillé à cause de la foudre cet été) et un grand meuble pour les casseroles dans l’angle à droite.

A part le meuble à épicerie, tout reste à faire de ce côté. Dans un premier temps, il faut installer proprement le meuble évier, bricoler le meuble à casseroles, mettre le plan de travail et l’évier et optimiser l’espace entre l’évier et le meuble à épicerie pour avoir du rangement tout en ménageant un accès facile à la fenêtre.

Ensuite, il faut aménager l’intérieur du meuble évier et celui du meuble à casseroles (étagères, tiroirs) et fignoler les façades de tiroirs et les portes.

Le long du mur est se trouve la cuisinière, flanquée à gauche du meuble à casseroles et à droite, d’un vaisselier. Ce dernier est quasiment fini, il ne reste que les modifications extérieures à effectuer. Nous n’avons pas encore choisi de traitement pour la crédence. Une fois que le traitement de ce mur sera finalisé, nous pourrons installer la hotte (qui attend sagement dans un carton). Le micro-ondes devra trouver une autre place. A cet endroit, il prend trop d’espace de travail, utile à la préparation des repas.

Côté sud, vous trouvez l’entrée de la cuisine à gauche, la bonnetière, la fenêtre qui donne sur la terrasse et le meuble du compteur EDF.

Le meuble du compteur va demander le plus de boulot de ce côté-là : fignoler la moulure du haut et installer une baguette à gauche, remettre les étagères et optimiser le rangement dans les différentes zones de l’armoire.

Le petit meuble à droite est sympa mais légèrement sous-dimentionné. Il faudra en trouver un autre un peu plus grand (pourquoi pas la table roulante mais repeinte dans une autre couleur ?). C’est aussi là que sont stockées pour l’instant toutes les fournitures nécessaires à la réhabilitation des meubles (façades de tiroirs, tiroirs et portes en chêne).

La cheminée n’a besoin que d’un coup d’aspirateur et de nettoyage. Après, tout ne sera qu’une question de mise en valeur et de décoration.

Plus loin le long du mur ouest, la vitrine et le meuble à tiroirs (dans lequel j’ai rangé toutes mes affaires de pâtisserie). La partie gauche à portes accueille des plats et des saladiers.

Il va falloir aussi faire quelque chose pour la tuyauterie apparente. Ce sont des tuyaux de chauffage, ils ne peuvent donc pas être condamnés. Du décapant et de la sous-couche spécial tuyauterie devraient mettre tout le monde d’accord. Je les peindrai ensuite de la même couleur que les murs pour qu’ils disparaissent du paysage.

Mon coude est encore en berne, jusqu’à la fin du mois je pense. J’espère pouvoir travailler dans la cuisine à partir du mois de novembre et avoir le plus gros de fait avant la fin de l’année. Nous avons quasiment tout acheté, il n’y a plus qu’à …

A faire dans la cuisine :

- finir les enduits, poncer et sous-coucher les murs,

- mettre du mastic dans les interstices, poncer, lessiver et sous-coucher les boiseries,

- peindre les boiseries en blanc satiné,

- installer les baguettes sur le pourtour des plans de travail,

- mettre le béton ciré sur les plans de travail,

- poncer et lessiver les meubles de cuisine,

- sous-coucher et peindre les meubles du cuisine,

- peindre les murs,

- peindre la porte de la buanderie en noir à tableau, changer la poignée,

- changer les poignées des portes et des tiroirs,

- installer une crédence sur le mur est et un parement en brique sur le mur nord,

- installer les lustres,

- aménager et décorer.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !

 

hebdorama #97

LUNDI 01.SEPTEMBRE.2014 – Rose rose dans la roseraie.

 

MARDI 02.SEPTEMBRE.2014 – C’est aussi la rentrée pour les transcriptions.

 

MERCREDI 03.SEPTEMBRE.2014 – En provenance directe de notre potager.

 

JEUDI 04.SEPTEMBRE.2014 – Un des sept pots de confiture de mûres.

 

VENDREDI 05.SEPTEMBRE.2014 – Ma soeur Marie a fait une peinture pour le gîte.

 

SAMEDI 06.SEPTEMBRE.2014 – Elle a aussi peint ce diptyque, toujours pour le gîte.

 

DIMANCHE 07.SEPTEMBRE.2014 – C’est l’heure du biberon sur la terrasse.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !

 

Une petite table à deux balles

Quand je suis allée à Ikea Clermont pour l’ouverture la semaine dernière, j’ai ramené une structure de table d’appoint à glisser sous le canapé. Je l’avais dégotée dans le coin des bonnes affaires pour la modique somme de 2,20 €. A ce prix, il manquait évidemment la tablette du dessus (qui était en verre, je pense).

J’ai dégoté dans mes chutes de bois un morceau assez grand pour y tailler une tablette aux dimensions du dessus de la structure. Je l’ai découpée aux mesures exactes, en enlevant un millimètre dans la largeur et dans la longueur pour être sûre de mon coup.

J’ai ensuite poncé toutes les surfaces et arêtes pour enlever les échardes, effacer les quelques traits de crayons résiduels et obtenir une surface bien lisse et prête à être vernie. J’ai utilisé pour cela un fond de pot du vernis que j’avais utilisé pour le meuble du salon.

Trop foncé. Pas assez de contraste avec la structure noire satinée. Pas grave. J’ai ressorti un fond de pot de peinture grise utilisée pour divers projets dans le gîte (dont les tables de chevet de la chambre anis). Je l’ai largement coupée d’eau pour avoir un base aqueuse légèrement teintée mais moins éclatante que si j’avais utilisé de la peinture blanche.

J’ai passé cette patine en deux couches. J’ai essuyé la première trop rapidement , j’ai donc renouvelé l’application de la patine, en tirant bien le pinceau d’un bord à l’autre de la tablette pour ne pas avoir de trace au milieu et en laissant le tout sécher suffisamment.

J’ai ensuite poncé les arêtes pour un effet vieilli et j’ai passé deux couches de vernis incolore effet ciré (déjà utilisé pour les poutres de gîte). Et c’était fini !

Cette table m’a donc littéralement coûté deux euros et quelques, car je n’ai acheté que la structure, j’avais toutes les autres fournitures sous la main. Du coup, rien ne m’empêche de faire d’autres tablettes (pourquoi pas une tablette en MDF laqué, ça serait joli) et de les changer en fonction de l’humeur ou de la saison.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !

 

Faux-plafond, vraie beauté

Dès notre arrivée dans la maison, nous savions que la véranda connaissait quelques problèmes d’infiltrations. Des traces d’eau explicites allaient du faux-plafond à la porte-fenêtre de droite et, les mois passant, les choses ont empiré.

Nous avons donc fait faire quelques devis et embauché une entreprise qui était capable de faire la résine imperméabilisante à l’extérieur et le faux-plafond à l’intérieur.

Pour la résine, les artisans ont décroûté, dépoussiéré et nettoyé la surface du balcon qui donne à l’extérieur de la chambre de Margaux et de la nôtre.

J’ai acheté des socles pour une future rambarde afin qu’ils soient fixés avant d’imperméabiliser la zone. Si nous avions fait les trous après, l’imperméabilisation n’aurait plus été garantie.

Les artisans ont appliqué une sous-couche puis ils ont mis des calicots dans les angles entre le bas du mur et la surface horizontale. Enfin, ils ont recouvert la surface d’une résine que l’on pensait beige et qui s’est révélée plus jaune que prévue.

La résine a été appliquée jusqu’aux seuils des porte-fenêtres, ce qui assure une imperméabilité à toute épreuve. Et c’est bien ce qu’on lui demande.

Une fois que l’extérieur était achevé, on a pu se concentrer sur l’intérieur : déposer le faux-plafond (les artisans), nettoyer le lierre qui avait poussé à l’intérieur et raccrocher les câbles des spots (moi aidée de Fabien) et remettre une armature et un faux-plafond prêt à peindre (les artisans).

Après avoir poncé toutes les bandes et mis du mastic acrylique dans les interstices, j’ai peint le plafond en blanc (une couche de sous-couche et trois couches de peinture blanc mat spécial plafond Valentine).

Et voilà le travail ! J’ai remis les spots en place, non sans avoir remplacé une des douilles pour pouvoir changer l’ampoule et avoir quatre spots qui fonctionnent.

Il me faut maintenant m’atteler à la bordure, pour pouvoir ensuite repeindre le mur en crépi. Je ne m’attellerai à cette tâche qu’une fois la saison estivale terminée.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !