Dans nos rêves

Depuis que le plaquiste a terminé le faux-plafond de la cuisine, le champ est libre pour attaquer la rénovation de cette pièce essentielle de la maison. Ça ne va pas être de la tarte ! Quoique je me languis d’en faire une, parce que ça fait 6 mois qu’on vit sans four.

Dans mon ancien blog, j’avais rêvé toute éveillée de notre future cuisine mais à l’époque, le début du commencement des travaux n’était même pas enclenché.

Maintenant qu’on a tout démoli et que j’ai enlevé le carrelage, on peut réfléchir un peu à la déco de la cuisine. Et notre imagination n’a pas de limites.

La preuve.

1 et 2 – Concernant les travaux de fond, le nouveau carrelage sera assorti à celui qui est déjà présent dans le salon et la véranda. Les murs auront une teinte gris très pâle (dans la même gamme que le gris des meubles, mais beaucoup plus clair) et les plafonds seront blancs. Il y aura quelques touches de noir pour un effet chic, sobre et contemporain.

3 – Pour les meubles, on va jouer la carte du « mix and match ». On peindra en gris nos meubles en chêne (en les redisposant différemment) et on les complètera avec des meubles Ikea (bas foncés et hauts blancs à façades vitrées pour un effet vitrine sympa). Les poignées seront toutes simples, en inox.

4 et 5 – Nous avons déjà les éléments électroménagers (cuisinière induction+four, hotte et lave-vaisselle) et le robinet à douchette flexible. Il nous faudra compléter avec un évier inox à cuve simple mais de grande dimension.

6 – Les plans de travail seront en béton ciré gris assorti aux meubles. On mettra aussi du bois (ce teck massif est magnifique !) pour casser un peu le blanc/gris/inox ambiant.

7 – Cerise sur le gâteau : une suspension simple mais design en verre sphérique, pour mettre au-dessus de l’évier (devant la double-fenêtre du fond de la pièce).

Pour se donner une idée de ce que ça pourrait donner, j’ai bricolé ce plan en 3D sur l’outil de conception de cuisine d’Ikea. Il est imparfait (les plans de travail sont noirs, car je n’ai pas trouvé le gris, il y a des trous entre les meubles) mais on a déjà une bonne base.

Le rectangle gris sur la gauche représente la grande cheminée en pierre de Volvic.

 

Dans la vraie vie, il existe déjà des cuisines qui ressemblent plus ou moins à celle que l’on a imaginée. Ça donne envie, et aussi beaucoup de courage pour la suite.

Meredith Heron Design

decordeprovence.blogpost.fr

 

Et bien, il n’y a plus qu’à se retrousser les manches ! Et il faut commencer par apprêter tous les murs et le plafond (côté poutres) : détapissage, enduit et/ou ponçage puis sous-couche générale. On y verra ensuite plus clair.

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !

 

 

Une boite toute blanche

Les travaux dans les toilettes du bas avancent. C’est une bonne nouvelle. Les conditions idéales sont de nouveaux réunies : pas de neveux avec qui jouer, pas de canicule, pas de voyage à Paris pour aller voir la famille. Que du temps de travail disponible.

Et il y en a besoin. Pour mémoire, on partait de loin avec ça :

Après une phase de démolition et de nettoyage, les toilettes étaient enfin prêts à subir une longue liste de préparatifs pour que je puisse enfin commencer à décorer la pièce.

Première tâche : ratisser le plafond et les murs, avec de l’enduit de rebouchage puis de lissage sur les éventuels trous et griffures. Pour les plus gros trous (comme cet orifice de tuyauterie en plomb ci-dessus), j’ai utilisé des morceaux de polystyrène afin de « bourrer » pour qu’il n’y ait pas besoin de mettre trop d’enduit. Tout de suite, ça fait plus propre.

Côté WC, j’ai ratissé le mur et le plafond, j’ai passé une sous-couche spécial PVC sur la colonne d’évacuation et une autre sous-couche spécial fonds tâchés sous la cuvette.

Deuxième tâche : l’armoire. J’aimais bien les deux étagères supérieures mais pas les deux inférieures (plus étroites et d’une couleur différentes). J’ai donc décidé de fabriquer une troisième étagère identique aux deux supérieures puis de leur donner un look un peu massif avec un doublage et une baguette. Je m’explique.

Après mesure (et double vérification), j’ai fixé deux tasseaux de la même épaisseur que les deux du haut pour accueillir ma troisième étagère. J’ai utilisé des vis à frapper : comme leur nom l’indique, tu troues, tu insères, tu visses et tu frappes. Et ça tient.

J’avais au préalable fait découper au Brico Marché un morceau de MDF 18 mm aux bonnes dimensions, ainsi que 3 autres morceaux en 3 mm d’épaisseur. Des tasseaux intermédiaires, des clous, de la patience et de l’huile de coude.

Avec les baguettes, c’est encore mieux ! J’ai pris des baguettes de section carrée, pour un effet encore plus massif (des baguettes aux bords arrondis auraient été parfaites pour un look un peu plus romantique, dans une chambre par exemple).

J’ai ensuite passé un long moment à appliquer du mastic acrylique de finition dans les angles et sur les arêtes pour que tout soit parfaitement jointoyé. C’est un peu fastidieux mais le résultat en vaut la chandelle une fois que tout est peint.

C’est fou ce qu’un coup de sous-couche blanche (Julien) peut déjà changer la pièce du tout au tout ! J’ai peint le plafond, les murs, l’encadrement de la fenêtre et l’armoire.

C’est ma boite toute blanche. Elle ne le restera pas.

J’ai mis sur pied ce petit tableau d’inspiration (ou mood board) pour la déco des toilettes du bas : du blanc, du noir et du gris, comme dans beaucoup de pièces de la maison, du bois et des galets (en crédence) pour un effet très nature, de l’acier brossé et du chrome pour quelques touches plus modernes.

Le luminaire est celui qui avait été acheté pour la salle de bain, le miroir sera fait maison, le lave-main, le robinet et la poubelle ont été achetés à Leroy Merlin, le rond de serviette et le porte papier toilette à Casa. Le meuble sera customisé à partir d’une sellette qu’on a déjà sous la main (patinée comme le miroir de la salle de bain ? à voir).

Pour la couleur d’accent, rien n’est figé dans le marbre. J’aime bien ce bleu turquoise foncé, Margaux aussi mais pas Martial. J’ai donc joué avec le nuancier pour proposer ces huit assemblages aussi gais les uns que les autres.

 

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

Merci !