Une table pour la terrasse

La terrasse devant la maison est grande, environ 3 mètres de large sur 14 mètres de long (soit toute la largeur de la maison plus la véranda). Côté cuisine, la balancelle et le jardin d’aromates occupent un peu l’espace. Mais pour manger dehors, nous étions obligés de sortir une des tables de la maison.

Halte là ! J’ai cherché longtemps sur le Bon Coin et j’ai trouvé récemment une table en teck d’occasion à 60 euros. Je l’ai transportée démontée puis j’ai revissé les pieds avec Martial. La visite d’un chat lors de l’opération est optionnelle.

Elle était sale d’avoir séjourné dehors mais n’était pas abîmée. Après un grand dépoussiérage, je l’ai entièrement poncée avec une ponceuse orbitale (grain 80 puis 180) puis je l’ai lessivée avec du savon noir dilué dans de l’eau tiède et une brosse. Je l’ai enfin rincée à grandes eaux et je l’ai laissée sécher au soleil. Il était alors temps de l’huiler !

J’ai choisi une huile spécial teck et bois exotiques de chez Luxens, finition incolore mate. J’ai appliqué trois couches sur le dessus et deux couches sur les pieds, avec un pinceau pas trop large, pour bien passer entre les lattes.

Au total, ça m’a demandé environ une journée de travail, entre le ponçage, le lessivage et l’application de l’huile. Mais pour quel résultat !

Prochaine étape : les chaises et le banc de la terrasse. A suivre donc…

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-moi sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau !

Rétro 2015

Ce n’est pas parce que je n’ai pas publié beaucoup d’articles cette année que ma vie n’a pas été remplie : le gîte a tourné à plein et mes activités de rédactrice free-lance ne se sont jamais aussi bien portées. Ceci expliquant cela, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour bricoler, et donc pour publier sur le blog.

Néanmoins, le passage à une nouvelle année est une bonne occasion de se tourner vers l’année écoulée et de dresser un bilan, tout ce qu’il y a de plus subjectif. J’ai bricolé ce bilan sous la forme de 12 événements représentatifs de mes activités de 2015.

 

JANVIER 2015 – Le gîte a reçu la visite des experts de Tourisme et Handicaps. Dans cette configuration, la cuisine est accessible à une personne en fauteuil roulant. Je peux donc l’aménager ainsi pour les personnes en faisant la demande. Le gîte sera labellisé en mars de la même année (accessible aux quatre familles de handicap).

 

FEVRIER 2015 – Quelques jours de froid et de neige sur les Combrailles. J’ai réussi à m’échouer dans la plate-bande avec la voiture et je n’ai dû mon salut qu’à l’intervention express d’une dépanneuse (moins d’une minute pour me sortir de là !).

 

MARS 2015 – Les travaux dans la cuisine avancent avec la reconfiguration du meuble situé dans l’angle nord-est de la pièce.

 

AVRIL 2015 – Le meuble télé du salon a pris une nouvelle dimension avec des portes blanches, simples et modernes. Après réflexion, nous avons décidé de ne pas mettre de poignées aux portes, pour garder une ligne sobre et sans fioritures.

 

MAI 2015 – Explosion du jardin, aussi bien dans le potager que sur les arbustes et dans les plates-bandes. La contemplation de l’emprise des saisons sur la végétation est pour moi un grand plaisir quand on possède un jardin. Le mois de mai est aussi le début de la saison des vides-greniers, une autre de mes passions.

 

JUIN 2015 – C’est Martial qui a trouvé la portée de quatre chatons, nés sous la véranda dans un tas d’herbes et de feuilles sèches. J’avais dans l’idée de les apprivoiser et de les donner sur le Bon Coin. Malheureusement, leur mère a deviné mes intentions et elle les a délocalisés le temps qu’ils deviennent autonomes – et restent complètement sauvages.

 

JUILLET 2015 – Mon filleul Adam est venu en vacances et m’a initiée aux joies de la pêche dans la Sioule. Vue la chaleur de l’été, je n’étais pas mécontente de me mettre au frais près d’une rivière. Nous avions emmené Guérande avec nous, qui n’était pas vraiment de cet avis… Du coup, Adam et moi avons pris la route de l’entraînement de l’ASM en duo, et le jeune homme a pu rencontrer quelques uns de ses joueurs préférés (Aurélien Rougerie).

 

AOÛT 2015 – Table d’hôtes pour le petit-déjeuner des vacanciers du gîte et maxi gâteau d’anniversaire pour la tata (j’ai fêté mes 40 ans) et le filleul (qui a célébré ses 10 ans). Le dessert à l’assiette a été dégusté le jour-même de mon anniversaire, dans un restaurant chic de Vichy.

 

SEPTEMBRE 2015 – Après avoir profité de l’aide de mon beau-frère Julien pour finir le plan de travail, je me suis attelée à la finition de type béton ciré. Après quelques bricoles à fignoler, j’ai passé une première couche de béton. Avec moyennement de succès. Le résultat final est assez sympa mais pas à la hauteur de nos espérances.

 

OCTOBRE 2015 – Quelques uns des paysages que j’ai croisés au fil de mes pérégrinations professionnelles (Clermont-Ferrand, Moulins et le Cantal, entre Murat et Aurillac). Mes activités me permettent de voir du pays et de rencontrer des gens différents.

 

NOVEMBRE 2015 – Mon voyage à Paris était destiné à participer à l’Airbnb Open à la Grande Halle de la Villette. L’horreur de l’actualité nous a malheureusement rattrapés.

 

DECEMBRE 2015 – Finalement, mon année a beaucoup ressemblé à ça : des chatons, des fleurs et Guérande, sous toutes les coutures. Ces photos ont été extraites de mes hebdoramas de l’année. J’ai décidé d’arrêter cette rubrique mais je continuerai à poster des photos, ici sur le blog, mais aussi sur Facebook et Instagram.

Bonne année 2016 !

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-moi sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau !


Le plan de travail de la cuisine

Les plans de travail de la cuisine en béton ciré sont terminés depuis quelques semaines maintenant, et j’avais de la peine à les partager, parce que Martial et moi ne sommes pas super emballés. Les ennuis du début des travaux ne se sont finalement pas arrangés.

Malgré trois couches de béton et quatre couches de résine imperméabilisante (béton/résine/béton/résine/béton/résinex2 pour la finition), les tâches de gras qui étaient incrustées dans le plan de travail à carreler sont remontées à la surface.

Le désagrément est principalement esthétique. Le revêtement est plutôt facile à nettoyer mais il ne supporte pas la chaleur. Une auréole jaune est déjà apparue après un bref contact avec le pot en verre de la cafetière.

L’aspect général du béton ciré est assez sympa, il uniformise bien l’ensemble des surfaces horizontales. La couleur est jolie et le contact avec la main agréable.

Autre élément pratique : le rebord que j’ai installé à l’arrière de la cuisinière. Le plan de cuisson est ainsi bien encadré sur trois côtés, ce qui empêche tout objet ou aliment de se glisser dans les interstices.

Côté évier, nous avons installé le four micro-ondes. Il s’agit d’une installation provisoire, qui est peu esthétique mais qui assure un maximum de surface de travail autour de la cuisinière (le lave-vaisselle a un drôle d’aspect car je n’ai pas encore retiré le film plastique de protection).

Une petite astuce pour finir : j’ai réalisé un échantillon sur un morceau de MDF, afin de pouvoir le transporter dans les magasins pour choisir le carrelage de la future crédence et la couleur des meubles.

Pour conclure, je ne pense pas que ce type de revêtement soit adapté à un usage intensif dans une cuisine. Il faut toujours penser à protéger sa surface contre la chaleur, et je ne sais pas si la matière vieillira bien au contact de l’humidité autour de l’évier.

Si j’avais su (vu que j’avais déjà les pots de béton ciré), j’aurais recouvert mes surfaces de travail avec une fine couche de MDF, en prenant un film plastique en sandwich pour garantir l’imperméabilité.

Si c’était à refaire, je mettrais un autre type de plan de travail. Reste maintenant à savoir combien de temps ce plan de travail restera utilisable (et vivable) en l’état.

 

A faire dans la cuisine :

finir le meuble de l’évier,

finir d’installer le plan de travail,

installer les baguettes sur le pourtour des plans de travail,

- mettre le béton ciré sur les plans de travail,

- poncer et lessiver les meubles de cuisine,

- sous-coucher et peindre les meubles du cuisine,

- mettre du mastic dans les interstices, poncer, lessiver et sous-coucher les boiseries,

- peindre les boiseries en blanc satiné,

- finir les enduits, poncer et sous-coucher les murs,

- peindre les murs,

- peindre la porte de la buanderie en noir à tableau, changer la poignée,

- changer les poignées des portes et des tiroirs,

- installer une crédence sur le mur Est et un parement en brique sur le mur Nord,

- installer la hotte,

- installer les lustres,

- aménager et décorer.

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-moi sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau !


hebdorama #152

LUNDI 21.SEPTEMBRE.2015 – Elle fait sa bichette.

 

MARDI 22.SEPTEMBRE.2015 – Le buis pousse.

 

MERCREDI 23.SEPTEMBRE.2015 – La résine sur les plans de travail.

 

JEUDI 24.SEPTEMBRE.2015 – Cadeau de ma voisine.

 

VENDREDI 25.SEPTEMBRE.2015 – Je boude…

 

SAMEDI 26.SEPTEMBRE.2015 – C’est moi ou on m’observe ?

 

DIMANCHE 27.SEPTEMBRE.2015 – Le rosier de Gyptis.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-moi sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau !