Un voile pudique sur le salon

Lors de sa visite de labellisation, mon conseiller Clévacances m’a dit qu’il fallait que je rajoute des voilages à la baie vitrée du salon pour assurer l’intimité des hôtes. C’est vrai qu’à la nuit tombée, quand les lumières sont allumées à l’intérieur, c’est un peu Big Brother. Et on n’est pas là pour ça. Idem de l’intérieur, vers l’extérieur, la vue est directe sur la façade de la maison et la véranda.

Je voulais donc satisfaire le besoin d’intimité de mes hôtes sans sacrifier l’esthétique de cette fabuleuse baie vitrée. Pour cela, j’ai choisi des voilages noirs assortis aux huisseries, un peu transparents mais avec quand même de la tenue, et pas trop chers.

J’ai pris deux paquets de rideaux VIVAN lors de ma dernière virée à Ikea, avec l’intention d’aligner le haut des voilages avec le haut de la porte. J’ai donc fait les ourlets avec cette dimension en tête (2,15 m) en rajoutant 10 cm pour le tombé et pour parer à un éventuel rétrécissement lors de futurs passages à la machine à laver.

Mais comment les fixer ? Impossible de visser quoi que ce soit dans les montants en alu, ça aurait annulé la garantie décennale de la fenêtre. J’ai aussi envisagé de tendre un câble entre les montants maçonnés mais la perspective de percer ces jambages en pierre me faisait un peu peur. J’ai donc opté pour des petites tringles individuelles en métal noir patiné (Leroy Merlin), avec des supports à coller sur les montants de la baie.

J’ai collé les crochets à la bonne hauteur pour que le haut de mes rideaux coïncide avec le haut de la barre horizontale au-dessus de la porte de la baie. Après un essai infructueux avec le dispositif auto-collant des crochets (j’ai ramassé les rideaux par terre le lendemain de la première pose), j’ai rajouté quelques gouttes de Super Glu.

J’ai aussi fait attention à ce que les crochets soient espacés de telle sorte que les feuilles ne gênent pas l’installation des tringles sur les côtés (en étant trop près du pourtour de la baie) et qu’elles se juxtaposent harmonieusement.

Il suffisait ensuite de tout accrocher. Pendant …

… et un avant-après plus parlant qu’un long discours.

Ce qui est sympa, c’est que même ouverts, les rideaux sont jolis et s’intègrent bien au design imposant de la baie vitrée. Et le voilage du milieu ne gêne pas l’ouverture et la fermeture de la porte, ce qui est aussi un point positif.

Enfin, le job principal est assuré : l’intimité des hôtes à l’intérieur du gîte est préservée. (Le plastique protège un raccord de crépi que les maçons sont venus refaire cette semaine car il avait fendillé).

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !

 

Plein de petites bricoles

Les artisans ont – quasiment – terminé leurs interventions sur le chantier du gîte (il reste de la faïence à faire après le changement de receveur de douche la semaine dernière). Ce sont d’abord les menuisiers qui sont venus faire leurs finitions : du mastic par-ci, des baguettes par là, et quelques interventions plus spectaculaires, comme sur la grande baie vitrée du salon. Ils ont positionné une planche à l’extérieur le long de la poutre transversale puis ils ont bouché depuis l’intérieur avec de la mousse expansée. Ils ont ensuite mis une planche plus étroite à l’intérieur pour cacher la mousse et finir d’isoler complètement le haut de la paroi vitrée. Il faudra que je traite l’ensemble (ponçage à l’extérieur et à l’intérieur et finition adéquate pour unifier l’ensemble).

La baie vitrée fixe de l’autre côté de la pièce a aussi eu sa petite finition : une baguette alu de la couleur des huisseries pour masquer la bande de béton que l’on voyait entre le haut des plinthes et le bas de la fenêtre. Et hop ! Ni vu ni connu. Des finitions dans l’escalier aussi pour nos amis menuisiers : des vis avaient traversé les marches à deux endroits. Ils ont donc retiré ces vis et en ont mis d’autres moins exhibitionnistes puis ils ont rebouché à la pâte à bois et poncé. Il faut donc que je fasse quelques retouches de vernis sur l’escalier.

Plus spectaculaire : l’habillage du côté de la mezzanine, avec une planche de multiplis et une baguette d’angle. Il faudra aussi que je sous-couche et peigne cette partie, comme je l’ai fait avec l’autre côté du quart tournant de l’escalier. Les menuisiers ont aussi habillé la poutre qui traverse la chambre et la salle de bain du rez-de-chaussée, avec une planche toute simple légèrement biseautée sur les arêtes. Là aussi, il va falloir que je nettoie la poutre et que je trouve un moyen de rattraper la colorimétrie entre les deux types de bois. Enfin, après avoir offert le café, j’ai gentiment demandé au plus âgé de l’équipe de m’aider à découper un fileur pour l’angle de la cuisine. Avec sa scie circulaire et sa règle alu, il a pu faire une découpe bien rectiligne (alors qu’avec ma scie sauteuse, la découpe était bien trop sinueuse pour que la finition soit impeccable). Du travail de pro. Le week-end dernier, ma soeur Marie et son ami Fred étaient de passage à Pouzol. Ils m’ont prêté main forte pour faire quelques finitions : peinture des portes de l’étage pour Marie et multiples interventions pour Fred (installation du dernier luminaire dans la salle de bain du bas, installation de la hotte et d’une réglette lumineuse dans la cuisine). Il a aussi mis les stores occultants aux Velux des chambres de l’étage.

Et quand je dis occultant, je pèse mes mots.

Une fois la peinture sèche, j’ai mis les poignées aux portes (les menuisiers avaient tout pré-percé) et les caches aux prises et interrupteurs (bien aidée par Adam et sa copine Clémence). Ça fait tout de suite plus fini …

Le peintre est aussi passé mettre une dernière couche de peinture ivoire sur les murs du salon pour lesquels il faut utiliser un échafaudage. Il a aussi fait quelques retouches de placo et bouché quelques trous, notamment sous les meubles de lavabo.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! 


Chaux devant !

Les maçons ont fini leur intervention sur le chantier du gîte : ils ont creusé des tranchées et installé une nouvelle fosse septique (deux de 4000 litres, en fait) et un filtre à sable de plus de 50 m2 pour l’épandage – je vous en épargnerai la description, j’ai posté quelques photos ici et .

Ils ont aussi ravalé la façade du gîte, et ça, c’est autrement plus photogénique ! Voilà comment on avait laissé la façade avant l’arrivée des pelleteuses (c’est la photo d’accueil du site internet du Clos Lafayette). Mi-crépie, mi-décroûtée, avec un peu de béton.

Les maçons ont donc commencé par entièrement décroûter la surface puis ils ont passé un puissant coup de tuyau d’arrosage pour nettoyer entre les pierres. Ils ont ensuite appliqué une première couche de bâtichaux assez grossière sur toutes les parties en pierres apparentes. Il fallait attendre que ça sèche, mais ça séchait pas vite. Déluge.

On avait le choix de recouvrir ou pas d’enduit les pierres qui constituent le cadre de l’ancienne porte de la grange, et on a choisi de les recouvrir : c’était plus pratique pour assurer une étanchéité parfaite tout autour de la grande baie vitrée et puis ça évitait d’avoir à créer de fausses pierres au-dessus de la porte fenêtre de la chambre.

Sous la deuxième couche de bâtichaux, les maçons ont collé une sorte de tulle en plastique sur les pierres de taille pour que l’enduit adhère plus facilement. Cette deuxième couche a été lissée plus précisément, mais est toujours d’une couleur assez grisâtre.

Ambiance Dexter à l’intérieur de la cuisine …

La couche de finition est la même que celle qui jointoye le mur en pierres sèches de la grande pièce : une mixture de sable de la Dore (une rivière du Puy-de-Dôme) et de chaux appliquée et lissée à la taloche. La couleur est plus beige que la sous-couche.

Pendant ce temps-là, une autre équipe faisait l’enduit chanvre sur le pourtour de la baie vitrée à l’intérieur. C’est un enduit chaux qui est amendé de chanvre en vrac pour faire un isolant très efficace, et pratique sur des petits murs comme ça. A vrai dire, il manque une couche de finition de 5 mm (toujours sable-chaux, comme le mur adjacent et la façade), ça sera donc moins jaune et complètement assorti au reste.

Et voilà la façade terminée et à peu près sèche. Le rendu est très sympa et intemporel, ni trop moderne ni trop rustique, avec ses détails de brique, d’alu anthracite et de galva.

 

Ce qu’il reste à faire devant le gîte :

- fixer les luminaires sur la façade ;

- créer une terrasse et l’aménager ;

- végétaliser les abords ;

- nettoyer les huisseries.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! 

 

Entrer dans la lumière

Les travaux dans la grande grange avancent par paliers, et on est actuellement dans une période relativement faste. Il faut dire qu’après le placo et les portes au mois de décembre, il ne s’était pas passé grand chose sur le chantier du grand gîte.

L’entreprise de couverture est donc venue en milieu de semaine dernière pour installer les Velux et construire la structure qui supportera le plafond.

Arrivés le mercredi, les deux installateurs se sont d’abord attelés aux ouvertures des Velux côté jardin (qui éclaireront les deux chambres). Ils ont détuilé les zones adéquates pour accéder à la charpente.

Il a ensuite fallu découper les chevrons pour pouvoir installer les ouvertures, en prenant soin de réserver l’espace nécessaire aux Velux avec des cadres de bois.

Les couvreurs ont ensuite replacé les ardoises qu’ils avaient retirées puis ils ont installé les cadres en alu anthracite tout autour des Velux.

Le résultat est super beau, très discret depuis l’extérieur alors que la lumière entre à flots à l’intérieur. (On peut voir qu’il y a un reflet sur la vitre de gauche, j’ai eu 2 secondes de doute en croyant que la vitre était brisée …)

Le deuxième jour, les couvreurs ont installé le 3e Velux (qui donne sur l’arrière de la grange) et qui éclairera la salle d’eau. Ils ont également déposé la petite lucarne et utilisé quelques unes des ardoises qu’ils avaient enlevées ailleurs pour reboucher le trou.

Deuxième partie de l’intervention des couvreurs : la construction d’une structure en bois qui supportera le plafond, également en bois côté salon et cage d’escalier et en placo dans les chambres et la salle d’eau.

La proposition de l’architecte était de faire un plafond courbe partout. Après quelques recherches sur le net, j’ai opté pour la configuration « moitié-moitié » (je n’avais pas envie de plafond courbe dans les petites chambres, ça aurait fait bizarre).

Les couvreurs ont donc construit des arcs courbes en bois pour fixer leurs lambourdes. Ils ont dessiné un gabarit au sol, directement sur la dalle, pour fabriquer leurs pièces en bois puis ils les ont fixées aux endroits nécessaires.

Du côté de l’étage, la partie qui arrive en haut de l’escalier est en plafond courbe et la chambre qui est en face est en plafond plat, il fallait donc les deux types de structures. Les couvreurs ont mis des « demi-arcs » côté escalier et des pièces droites côté chambre (la deuxième chambre et la salle d’eau ayant elles aussi des plafonds plats).

Le résultat est époustouflant. J’en ai eu les larmes aux yeux, tant le rendu fait « fini » et matérialise le futur plafond. En plus, c’est super beau !

Plein les mirettes …

On voit dans cet axe le plafond courbe au-dessus de la cage d’escalier et le plafond plat au fond (au-dessus de la future salle d’eau).

Dans cet axe, le plafond courbe à gauche au-dessus du salon et à droite au-dessus de la cage d’escalier (et du petit palier). Au deuxième plan à gauche et au fond, le plafond plat des futures chambres. Les futures cloisons et l’isolation laisseront la charpente apparente en-dessous des plafonds (l’isolation sera de la ouate de cellulose insufflée).

Le petit bout de mur entre le plafond courbe et la baie vitrée sera isolée au chanvre puis recouvert du même enduit à la chaux que le mur en pierres sèches. Même chose pour le bout de poteau à droite et le reste de l’encadrement de la baie vitrée.

C’est beau … je suis contente, ça prend forme ! L’alliance de la pierre, de la chaux, du bois et de l’alu anthracite nous assure une belle base sur laquelle créer la déco. Ça commence à prendre tournure dans mon esprit … à suivre …

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !