Rétro 2015

Ce n’est pas parce que je n’ai pas publié beaucoup d’articles cette année que ma vie n’a pas été remplie : le gîte a tourné à plein et mes activités de rédactrice free-lance ne se sont jamais aussi bien portées. Ceci expliquant cela, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour bricoler, et donc pour publier sur le blog.

Néanmoins, le passage à une nouvelle année est une bonne occasion de se tourner vers l’année écoulée et de dresser un bilan, tout ce qu’il y a de plus subjectif. J’ai bricolé ce bilan sous la forme de 12 événements représentatifs de mes activités de 2015.

 

JANVIER 2015 – Le gîte a reçu la visite des experts de Tourisme et Handicaps. Dans cette configuration, la cuisine est accessible à une personne en fauteuil roulant. Je peux donc l’aménager ainsi pour les personnes en faisant la demande. Le gîte sera labellisé en mars de la même année (accessible aux quatre familles de handicap).

 

FEVRIER 2015 – Quelques jours de froid et de neige sur les Combrailles. J’ai réussi à m’échouer dans la plate-bande avec la voiture et je n’ai dû mon salut qu’à l’intervention express d’une dépanneuse (moins d’une minute pour me sortir de là !).

 

MARS 2015 – Les travaux dans la cuisine avancent avec la reconfiguration du meuble situé dans l’angle nord-est de la pièce.

 

AVRIL 2015 – Le meuble télé du salon a pris une nouvelle dimension avec des portes blanches, simples et modernes. Après réflexion, nous avons décidé de ne pas mettre de poignées aux portes, pour garder une ligne sobre et sans fioritures.

 

MAI 2015 – Explosion du jardin, aussi bien dans le potager que sur les arbustes et dans les plates-bandes. La contemplation de l’emprise des saisons sur la végétation est pour moi un grand plaisir quand on possède un jardin. Le mois de mai est aussi le début de la saison des vides-greniers, une autre de mes passions.

 

JUIN 2015 – C’est Martial qui a trouvé la portée de quatre chatons, nés sous la véranda dans un tas d’herbes et de feuilles sèches. J’avais dans l’idée de les apprivoiser et de les donner sur le Bon Coin. Malheureusement, leur mère a deviné mes intentions et elle les a délocalisés le temps qu’ils deviennent autonomes – et restent complètement sauvages.

 

JUILLET 2015 – Mon filleul Adam est venu en vacances et m’a initiée aux joies de la pêche dans la Sioule. Vue la chaleur de l’été, je n’étais pas mécontente de me mettre au frais près d’une rivière. Nous avions emmené Guérande avec nous, qui n’était pas vraiment de cet avis… Du coup, Adam et moi avons pris la route de l’entraînement de l’ASM en duo, et le jeune homme a pu rencontrer quelques uns de ses joueurs préférés (Aurélien Rougerie).

 

AOÛT 2015 – Table d’hôtes pour le petit-déjeuner des vacanciers du gîte et maxi gâteau d’anniversaire pour la tata (j’ai fêté mes 40 ans) et le filleul (qui a célébré ses 10 ans). Le dessert à l’assiette a été dégusté le jour-même de mon anniversaire, dans un restaurant chic de Vichy.

 

SEPTEMBRE 2015 – Après avoir profité de l’aide de mon beau-frère Julien pour finir le plan de travail, je me suis attelée à la finition de type béton ciré. Après quelques bricoles à fignoler, j’ai passé une première couche de béton. Avec moyennement de succès. Le résultat final est assez sympa mais pas à la hauteur de nos espérances.

 

OCTOBRE 2015 – Quelques uns des paysages que j’ai croisés au fil de mes pérégrinations professionnelles (Clermont-Ferrand, Moulins et le Cantal, entre Murat et Aurillac). Mes activités me permettent de voir du pays et de rencontrer des gens différents.

 

NOVEMBRE 2015 – Mon voyage à Paris était destiné à participer à l’Airbnb Open à la Grande Halle de la Villette. L’horreur de l’actualité nous a malheureusement rattrapés.

 

DECEMBRE 2015 – Finalement, mon année a beaucoup ressemblé à ça : des chatons, des fleurs et Guérande, sous toutes les coutures. Ces photos ont été extraites de mes hebdoramas de l’année. J’ai décidé d’arrêter cette rubrique mais je continuerai à poster des photos, ici sur le blog, mais aussi sur Facebook et Instagram.

Bonne année 2016 !

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-moi sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau !


Des ennuis en béton

Après avoir fini le plan de travail avec Julien et fignolé les dernier détails, l’heure était venue pour moi de m’attaquer au béton ciré de la cuisine. Nous avons choisi un béton de la marque Résinence coloris gris clair, qui se présente sous forme de poudre. Il ne reste qu’à la mélanger avec de l’eau pour obtenir une pâte légère et très facile à étaler.

Je me suis donc munie d’une spatule large pour les surfaces horizontales et d’une autre plus étroite pour faire les bords et les coins étroits (comme derrière le robinet de l’évier).

En tout, il m’a fallu environ une heure et demi pour faire les 5 m2 de plan de travail que l’on a dans la cuisine. Comme le pot est prévu pour 6 m2, j’aurais pu enduire un petit quelque chose supplémentaire pour éviter de gaspiller le fond du pot.

Voilà le résultat la première couche passée, alors que le béton est encore humide. Comme j’étais large en béton, j’ai enduit la surface verticale à l’arrière du robinet pour étanchéifier la zone en prévision des projections d’eau. Le jury n’a pas encore tranché mais, pour l’instant, on n’est pas très convaincu par le résultat. De toute façon, on pourra toujours recouvrir tout ça avec du carrelage si besoin.

Grâce au béton, les surfaces sont uniformisées, ce qui homogénéise l’espace, donne du relief et du caractère au plan de travail.

Pourtant, après une nuit de séchage, les ennuis ont commencé. Des tâches sont apparues à la surface du béton, car ce dernier absorbe tout ce qui est sur (et dans) le support. J’avais pourtant tout poncé et dépoussiéré mais l’aggloméré avait dû emmagasiner de l’huile et de l’eau. Les tâches d’eau se sont ensuite évaporées mais les tâches d’huile sont restées.

Surtout de part et d’autres de la zone de cuisson.

Que fait-on dans ces cas-là ? On se tourne vers Internet ! J’ai contacté la marque du béton sur leur formulaire en envoyant mon problème et des photos. J’ai eu une réponse dans l’heure qui a suivi. Après un échange de messages, leur conseiller m’a suggéré de passer une couche de résine imperméabilisante (normalement utilisée pour la finition) avant d’étaler ma deuxième couche de béton. Objectif : bloquer les tâches et éviter qu’elle ne migrent vers la surface.

Il en a profité pour me dire que mon béton n’était pas assez lisse et qu’il fallait que je le ponce sérieusement avant de passer la résine.

Voilà donc où j’en suis. La résine a été étalée et le technicien de Résinence m’a conseillé d’attendre 48 heures avant d’engager la suite du processus (deuxième couche de béton, couche de résine imperméabilisante puis couche de résine de finition).

 

A faire dans la cuisine :

finir le meuble de l’évier,

finir d’installer le plan de travail,

installer les baguettes sur le pourtour des plans de travail,

- mettre le béton ciré sur les plans de travail,

- poncer et lessiver les meubles de cuisine,

- sous-coucher et peindre les meubles du cuisine,

- mettre du mastic dans les interstices, poncer, lessiver et sous-coucher les boiseries,

- peindre les boiseries en blanc satiné,

- finir les enduits, poncer et sous-coucher les murs,

- peindre les murs,

- peindre la porte de la buanderie en noir à tableau, changer la poignée,

- changer les poignées des portes et des tiroirs,

- installer une crédence sur le mur Est et un parement en brique sur le mur Nord,

- installer la hotte,

- installer les lustres,

- aménager et décorer.

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-moi sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau !


Un bon plan

Si les plombiers fournissent les lavabos et les mitigeurs pour le gîte, je dois me charger de la fourniture (achat ou fabrication) des meubles des salles de bain. Contrainte de taille : la salle de bain du bas étant accessible aux personnes en fauteuil roulant, il faut que le lavabo soit posé sur un élément laissant 70 cm de passage en-dessous et dont le dessus ne doit pas dépasser 80 cm de haut.

J’ai imaginé un élément assez simple pour s’intégrer harmonieusement dans la salle de bain, où, il faut bien le dire, la douche à l’italienne doit rester la vedette. Je me suis empressée de le griffonner sur un bloc notes.

Je n’avais pas envie de dépenser des fortunes, j’ai donc bricolé un plan vasque en recyclant un élément de l’ancienne salle de bain du haut de la maison (les petits tiroirs en bas à gauche) pour servir d’appui à droite. Je me suis bien évidemment assurée que sa taille était compatible avec les contraintes de hauteur du plan de toilette.

J’ai dépioté le caisson avec ses 4 petits tiroirs et j’ai acheté des pieds en acier chromé (à 5 euros pièce chez Chèze à Ebreuil). Je les ai fixés avec des vis assez courtes pour ne pas gêner l’ouverture et la fermeture du tiroir inférieur.

Pour le plan en lui-même, j’ai utilisé de l’agglo marine (traité hydrofuge) en double épaisseur, que j’ai découpé selon une courbe dessinée en fonction de la forme du lavabo (je me suis aidée du gabarit du lavabo fourni dans l’emballage et de carton pour reproduire la même forme d’un côté et de l’autre de la courbe). J’ai ensuite reporté au crayon le périmètre de l’ouverture du lavabo pour le découper à la scie sauteuse.

J’ai fait ça deux fois pour avoir deux planches identiques à la forme de mon plan.

J’ai ensuite fixé au mur des tasseaux au moyen de vis spéciales pour murs en briques creuses. Je me suis assurée que tout était de niveau avant de serrer à fond. Mes deux plans en agglo marine sont ensuite venus prendre le tasseau en sandwich , puis je les ai fixés avec de longues vis à bois (60 mm de long).

J’ai ensuite fixé mon pied avec deux vis (entre le haut du caisson et le dessous du plan par l’intérieur de ce même caisson). J’avais au préalable fixé de petits morceaux de tasseau sur tout le pourtour du plan pour « boucher » l’espace entre les deux planches.

Dernière étape préparatoire : un cordon de mastic entre le plan et le mur.

Place alors à la finition : un béton ciré bricolé par mes soins, avec du mortier fin et de l’enduit de finition tiré sans être parfaitement lissé, pour un effet de matière présent sans être une entrave à la future étanchéité du lavabo.

Après un bon coup de ponçage, j’ai mis une sous-couche spéciale fonds poreux et deux couches de peinture glycéro coloris blanc cassé.

La tablette a été vernie entre temps

Et hop ! En avant-première, la faïence posée ce matin par le carreleur.

Ce qu’il me reste à faire dans la salle de bain du bas :

- peindre les murs ;

- peindre le « pied » du plan vasque ;

- 3e couche de blanc sur les boiseries ;

- aménager le placard de la buanderie ;

- installer la machine à laver ;

- installer la barre pour les toilettes accessibles aux handicapés ;

- décorer.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! 


hebdorama #32

LUNDI 10.JUIN.2013 – Rhododendron promis.

 

MARDI 11.JUIN.2013 – Les maçons ont recouvert le mortier qui tient la plinthe en carrelage avec de l’enduit chaux assorti aux joints du mur en pierres apparentes.

 

MERCREDI 12.JUIN.2013 – Des micro-fissures sont apparues au séchage sur les côtés de la grande baie vitrée. Les maçons ont remis une couche d’enduit chaux et c’était bon.

 

JEUDI 13.JUIN.2013 - Essai de vernis pour les tablettes du gîte. Pas de suspense : c’est la teinte foncée de droite (« Châtaignier ») qui a remporté le marché.

 

VENDREDI 14.JUIN.2013 – D’un coup de pelleteuse, le terrassier a transporté le tronc du saule vers la bordure du terrain, où il pourra attendre qu’on le découpe en toute quiétude.

 

SAMEDI 15.JUIN.2013 – Adam et Landry, le rosier que vous m’avez offert est reparti de plus belle cette année ! A son pied, un nid que Martial avait trouvé dans le seringat en octobre.

 

DIMANCHE 16.JUIN.2013 – King-Ju a trouvé un coin à l’ombre du buis pour faire une petite sieste devant la maison.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !