Et la lumière fut

J’ai le plaisir aujourd’hui de proposer une séance déco autour d’une lampe de la marque PIB, enseigne en ligne spécialisée dans le design campagne chic, industriel, vintage et scandinave. Dans son large catalogue de produits, PIB m’a proposé un luminaire d’inspiration scandinave. Je vous présente Gasvik !

C’est une lampe scandinave de table alliant esprit vintage et design original. Son coloris gris laqué et ses détails en métal doré s’accordent parfaitement avec les nuances du tableau accroché au-dessus d’un petit confiturier dans l’entrée de notre salon.

L’esprit vintage se cache dans le cordon textile et les détails métalliques.


L’ambiance scandinave vient quant à elle du coloris gris clair et de la finition laquée.

Avec ses belles dimensions (65 centimètres de haut et 40 centimètres d’amplitude), cette lampe pourrait tout aussi bien prendre place sur un bureau ou une table de chevet. Et si vous êtes séduits par les lignes de cette lampe, faites donc un tour sur le site au rayon des meubles et autres tables basses scandinaves.

Il faut le reconnaître, j’ai été flattée que l’enseigne PIB me contacte pour me proposer cette collaboration. J’ai encore plus apprécié que la lampe qui m’a été envoyée soit choisie en fonction de la décoration de notre maison. Merci PIB !

Plein les mirettes…


N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement, mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau ! Pour faire le plein de photos prises sur le vif, c’est sur mon compte Instagram.

 

Entrée en matière

On dit que l’on n’a jamais une deuxième chance de faire une bonne première impression… et il en est de même en matière de décoration ! Voilà pourquoi il était grand temps de mettre un coup de pep’s à notre vestibule.

L’entrée de la maison est un espace de huit mètres de long sur deux mètres de large, dont un couloir de quatre mètres sur un qui mène à la porte des toilettes du bas. Juste à gauche, le placard qui abrite les affaires du gîte (linge de toilette et de maison, réserve de produits ménagers et quelques objets trouvés…). Sous l’escalier, un autre placard abrite tous nos outils de bricolage, peinture et quincaillerie.

Le placard du gîte s’avère trop petit et nous avons besoin d’une penderie dans l’entrée. Du coup, j’ai cherché des idées pour ajouter du rangement dans l’entrée sans empiéter sur l’espace de passage, pour aller et venir dans ce couloir et ouvrir les portes du placard sans difficulté. Le tout, si possible avec du style.

En parlant de style, nous voudrions quelque chose à mi-chemin entre ça…

… et ça.

Deux styles qui laissent la place à une infinité de déclinaisons. Et j’ai bricolé cette planche d’inspiration, pour illustrer ce à quoi l’entrée pourrait bientôt ressembler.

Vous pouvez voir plus de photos d’inspiration dans mon dossier Pinterest entrée.

La lampe (vue ici) est une sorte de tringle à rideau noire sur laquelle viennent s’entortiller des câbles noirs au bout desquels pendent des ampoules design.

Les cadres (vus ici) reposent sur une corniche très étroite. Ils peuvent aussi être fixés au mur ou être placés sur une étagère plus large.

La couleur sur la porte-fenêtre menant au salon pourrait ne pas être du noir. J’ai mis cette photo (trouvée ici) pour illustrer le contraste (et parce que la plante est jolie).

L’enfilade suspendue (vue ici, ici et ici) allie volume de rangement et légèreté visuelle. Au lieu de la finition vernie, le décor sera chêne moyen en mélaminé. Les poignées de porte seront celles qui étaient livrées avec les portes du meuble bibliothèque du salon (nous avions finalement choisi de ne pas les installer).

Les moulures en soubassement seront bricolées pour s’accorder avec les portes du meuble d’entrée puis peintes en blanc.

Enfin, les accessoires (chaise, déco) seront choisis de façon à égayer l’entrée, si possible parmi les pièces que nous avons déjà en notre possession.

Maintenant, il faut se retrousser les manches !

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau ! D’autres clichés sont visibles sur mon compte Instagram, pour faire le plein de photos prises sur le vif…

Habiller la bibliothèque

Nous en étions restés aux portes de l’habillage dans le précédent post concernant la bibliothèque du salon. Les deux modules de neuf cases chacun étaient montés, et des tasseaux attendaient patiemment de recevoir un traitement pour le fond de la niche réservée à la télévision.

Rien de bien compliqué : des lattes de parquet en pin massif achetées en soldes pour moins de 20 euros fixées sur les tasseaux latéraux au moyen de vis à bois.

J’ai ensuite habillé les côtés des modules (non photographiés) selon la même méthode que celle utilisée pour la partie basse. Ensuite, il était temps de passer à l’installation des moulures. Comme les tasseaux étaient légèrement en retrait par rapport aux meubles, il a fallu insérer des cales (morceaux de MDF coupés) pour fixer les moulures.

J’ai coupé les angles à 45° pour une finition soignée. Enfin, j’ai installé deux quarts-de-ronds dans les angles, biseautés aux extrémités pour épouser la forme de la moulure.

Dernière étape, et non des moindres : l’installation d’une étagère au-dessus de la télé, pour casser un peu la hauteur de la niche. Martial voulait absolument qu’elle soit assez solide pour ne pas s’effondrer sur la télé (j’étais d’accord).

J’ai donc fait découper deux planches de MDF de 10 mm aux bonnes dimensions puis j’ai fait une armature en tasseaux, de sorte que la nouvelle étagère ait la même épaisseur que les montants des modules.

Après avoir prépercé les trous, nous avons fixé le tout dans le fond en bois de la niche de la télé et dans les parois latérales des caissons blancs avec des vis à bois.

Le résultat : un sandwich de MDF, dont j’ai ensuite camouflé la tranche avec une moulure aux bordures arrondies collée puis clouée dans le MDF.

Et voilà notre niche habillée et moulurée ! J’ai passé une couche de pâte à bois sur les trous laissés par les vis et les clous.

Et pour aller encore plus loin dans la finition, j’ai acheté chez Ikea des petits bouchons en plastique blanc qui permettent de masquer les trous qui ne sont pas utilisés pour les étagères intermédiaires.

Ce qu’il reste à faire :

- poncer la pâte à bois,

- mettre le mastic dans les interstices,

- sous-coucher et peindre les parties brutes,

- ranger les casiers,

- décorer l’étagère et la bibliothèque.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau !

Les cadres d’Elisa et Noam

J’ai récemment eu la chance de rendre visite à Vichy à ma cousine Stéphanie, Alexandre son mari et leurs adorables jumeaux, Elisa et Noam, tout juste quatre mois à l’époque. Comme ils habitent loin, je voulais faire un cadeau personnalisé mais peu encombrant, pour qu’ils puissent le ramener facilement dans leurs bagages.

Après réflexion, j’ai sélectionné des cadres Ikea de petite taille et des cartons de couleur, des lettres en velours et des pinces à linge en bois destinés normalement au scrap-booking. J’ai rogné la photo car je voulais d’abord faire de petites pièces en tricot mais une main blessée m’a rapidement contrainte à trouver un plan B.

J’ai donc retiré le vitrage des cadres et j’ai découpé deux rectangles de cartonnage, en me servant de l’arrière du cadre comme d’un gabarit. J’ai ensuite collé les lettres en velours (supposées autocollantes, mais j’ai quand même ajouté une pointe de glu).

J’ai ensuite collé les pinces à linge dans les angles, puis j’ai découpé des formes de vêtements pour les accrocher dans les cadres. Dans mon idée, la robe et le pantalon pourront ensuite être remplacés par des photos ou des images.

Enfin, j’ai soigné l’emballage, avec un sac cadeau gai et coloré, sans faire trop « bébé ». Une étiquette en kraft accrochée avec une ficelle complète la présentation.

Au final, ces deux petits cadres étaient faciles à faire, moins d’une heure de réalisation, pour un résultat ultra-personnalisé. Tout ce que j’aime pour un cadeau de naissance.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-moi sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau !