Feuille blanche à petits carreaux

Après avoir installé les meubles et le plan de travail à carreler dans la cuisine du gîte, il fallait bien se rendre à l’évidence : l’heure était venue de carreler ledit plan. Surtout que les plombiers attendaient après moi – qui avait attendu après eux – pour poser l’évier.

J’avais choisi des carreaux de 10×10, dans une finition blanc mat, et pour les espacer, des croisillons de 2 mm. J’ai donc commencé par faire le tour de l’évier puis j’ai progressé vers la baie vitrée. Toujours avoir un neveu sous la main pour un précieux coup de main.

Arrivée à ce stade, c’est-à-dire à la fin de ma gâchée de mortier-colle, j’ai laissé sécher puis j’ai mis du joint blanc sur ce que j’avais fait pour que les plombiers puissent travailler.

Fast forward deux semaines. Et je vous présente ma nouvelle meilleure amie : la colle à carrelage prête à l’emploi. Idéale quand vous avez une petite surface à traiter (ça reste plus cher que la colle à mélanger) et beaucoup de découpes. Ça permet de travailler au fur et à mesure, de refermer le pot pour aller couper, de le rouvrir pour coller et ainsi de suite. Pas de stress dû à l’espérance de vie modeste du mortier colle.

La péninsule a été relativement rapide à faire vu qu’il y avait de nombreux carreaux entiers et que j’avais pris le parti de ne couper l’extrémité du plan qu’une fois la longueur déterminée grâce à la pose effective des carreaux. A droite, une bande de carreaux à découper mais c’est allé vite aussi.

En revanche, côté baie vitrée, c’était pas la même limonade. Le pourtour de la baie recouvert d’enduit chanvre n’est pas du tout droit et il a fallu faire des découpes alambiquées. J’ai utilisé une clé à molette pour tenir un bout de carreaux loin de mes doigts et le façonner à la meuleuse pour qu’il rentre dans ce tout petit coin.

Idem côté cuisinière, sans la clé à molette. Juste un tas de petites découpes très fines.

Une fois la partie horizontale carrelée, il y a eu un intermède moulure. J’ai fixé une baguette sur tout le pourtour de mon plan de travail pour une finition plus soignée. Travaillant la plupart du temps seule, il faut que je bricole avec ingéniosité pour me faciliter la tâche. C’est ainsi que j’ai planté un clou à une extrémité du plan pour soutenir ma baguette pendant que je clouais à l’autre bout. Trop maligne.

Un avant/après de toute beauté …

Et c’était reparti pour la faïence, à la verticale, cette fois. Rien de bien méchant, sauf la la hotte, que je me suis prise dans la tête plus d’une fois. Pas trop maligne finalement.

Pour les boitiers électriques (prises et interrupteurs), j’ai d’abord dévissé les installations pour qu’elles se décollent un peu du mur. J’ai ensuite préparé tous les carreaux nécessaires pour leur pourtour en mesurant trois fois avant de couper.

Pareil de l’autre côté, avec beaucoup plus de boitiers, et donc de carreaux.

Et voilà la cuisine une fois la pose des carreaux et de la moulure achevée.

Après deux jours de séchage, j’ai posé les joints. Sur les deux photos suivantes, j’ai volontairement accentué les contrastes pour que vous puissiez bien voir la pagaille que ça fait quand on étale la pâte à joint.

Mais quand c’est propre, c’est beau.

Quand j’aurai tout revissé, installé, nettoyé, aménagé et décoré, je reviendrai pour le dernier article de ma série sur la cuisine du gîte…

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! 


hebdorama #40

LUNDI 05.AOÛT.2013 – Une belle rose, qui a bravé le tronc du saule laissé 15 mois dans la plate-bande devant la gîte. La roseraie a repris du poil de la bête après son évacuation.

 

MARDI 06.AOÛT.2013 – Petite pause averse sur le chantier du gîte. Une bâche sur mon établi, 10 minutes d’attente et c’est reparti pour couper de la faïence.

 

MERCREDI 07.AOÛT.2013 – Pas mécontente d’avoir fini la faïence de la cuisine du gîte.

 

JEUDI 08.AOÛT.2013 – Marie-Claude ! Notre hortensia est un guerrier ! Il a survécu à la pelleteuse des maçons lors du creusement des tranchées de la fosse septique !

 

VENDREDI 09.AOÛT.2013 – Gâteau d’anniversaire choisi par Martial dans une des meilleures pâtisseries de Vichy … chocolat/caramel … mmmmmm …

 

SAMEDI 10.AOÛT.2013 – Un papillon blanc dans la lavande. De toute beauté.

 

DIMANCHE 11.AOÛT.2013 – Pas mécontente d’avoir fini les joints dans la cuisine du gîte.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! 


hebdorama #39

LUNDI 29.JUILLET.2013 – Adam n’a pas lâché sa casquette de l’ASM, offerte par Clémence et ses parents, même pour faire de la gouache sur des avions en papier.

 

MARDI 30.JUILLET.2013 – Adam a poursuivi sa route des vacances vers la Haute-Savoie. Il m’a laissé la jolie plaque en métal qu’il avait trouvée par terre à la déchetterie.

 

MERCREDI 31.JUILLET.2013 – J’ai reçu juste à temps les pieds des sommiers du gîte pour les installer et recevoir mes premiers clients de chambres d’hôtes.

 

JEUDI 01.AOÛT.2013 – Premier petit déjeuner de propriétaire de chambres d’hôtes.

 

VENDREDI 02.AOÛT.2013 – Premier pot de basilic de la saison, un peu abîmé mais totalement sauvable. Même les feuilles fanées sentent bon la Provence.

 

SAMEDI 03.AOÛT.2013 – Reprise des hostilités avec la faïence sur le plan de travail de la cuisine du gîte. J’ai pris de la colle toute prête pour me faciliter le travail.

 

DIMANCHE 04.AOÛT.2013 – Le revers de la médaille pour tout propriétaire de chambres d’hôtes : des montagnes de repassage pour garder draps et nappes impeccables.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! 


Un meuble de toilette, deux leçons

Pour la salle de bain du premier étage du gîte, j’ai choisi de faire un meuble de lavabo sur le même modèle que le plan-vasque des toilettes du rez-de-chaussée de notre maison. Il me restait deux pieds comme ceux que j’avais utilisés (achetés 2 euros les 4 à la brocante de Charroux en 2011) et je me suis dit qu’en rajoutant un plan de toilette adapté à la taille du lavabo prévu pour La Grange, ça pourrait le faire.

J’ai donc fait une structure en reprenant le même mode de construction, avec une envergure adaptée à la taille du lavabo du gîte, et calculée de telle sorte que les carreaux que j’avais achetés pour recouvrir le plan soient collés sans faire de coupe. En théorie …

De ma première expérience, j’avais appris deux leçons : vaut mieux utiliser un chasse-clou pour bien enfoncer les clous utilisés pour fixer les baguettes (et les recouvrir de pâte à bois pour une finition bien lisse) et fraiser les orifices des vis pour masquer les têtes de vis (toujours avec de la pâte à bois).

J’ai dû bricoler un des côtés car je m’étais un peu emportée en voulant retirer un morceau qui commençait à se détacher. De la pâte à bois, on attend que ça sèche, on ponce et c’est bon ! On peut ensuite sous-coucher et peindre comme si de rien n’était. J’ai utilisé les mêmes produits que pour le meuble de la maison.

J’ai ensuite fixé le meuble au mur. Je l’ai positionné en marquant les bords au crayon et en marquant la place des trous que j’avais préalablement percés dans le tasseau du fond. Le tout, en gardant un oeil sur le niveau à bulle et en faisant attention à ce que la porte de la salle de bain puisse être ouverte et fermée sans problèmes. C’est juste, mais ça passe !

Place ensuite au carrelage du plan de toilette. Comme indiqué plus haut, j’avais calculé mon plan vasque en fonction de la taille des carreaux, pour qu’ils rentrent dans la longueur et la largeur sans coupe (autres que celles du pourtour du trou du lavabo). Faute d’avoir vérifié, les carreaux ne faisaient pas 15 cm de côté mais il manquait quelques millimètres et ils n’étaient pas vraiment carrés. Bien fait ! J’aurais dû vérifier …

Et comme il y avait pile poil le nombre exact de carreaux dans la boite (que j’avais achetée 9,90 euros dans le rayon déstockage de Castorama, donc pas de réassort possible), j’ai dû jouer sur la taille des joints pour remplir mon plan de toilette.

Après avoir étalé mes carreaux et déterminé la taille des joints, j’ai fait toutes mes découpes (en traçant au crayon par le dessous la marque de l’ouverture) et en profitant de la symétrie pour reporter la forme d’un carreau sur son vis-à-vis.

De la colle prise rapide (pratique pour faire une petite surface car il faut se magner, on a environ 20 minutes pour travailler), des croisillons le temps que ça sèche, puis on les retire et bam ! Un plan de toilette carrelé.

Après une nuit de séchage, place au jointoiement. En blanc, comme la faïence de la douche voisine. Je l’applique de façon peu réglementaire (avec une spatule à retirer le papier-peint et non avec une raclette en caoutchouc) mais ça fonctionne. Il suffit ensuite de laisser sécher quelques minutes puis d’essuyer le surplus.

Je m’étais empressée de finir ce meuble en prévision de la venue du carreleur, qui devait poser la crédence dans cette pièce. Ce qu’il a fait. Avec des joints gris, alors que tout le reste est en blanc. Après avoir fulminé, puis ruminé, j’ai retiré les joints moches avant qu’ils ne sèchent puis j’ai remis du joint blanc (j’en ai remis aussi sur le plan car il s’était un peu retiré en séchant et ça creusait entre les carreaux). Séchage, essuyage, admirage.

Ce qu’il reste à faire dans la salle de bain du haut  :

- plombiers : installer WC, lavabo + mitigeur, cabine de douche + mitigeur ;

- électricien : installer les luminaires et le radiateur ;

Pour moi :

- peindre les murs d’accents ;

- faire des retouches d’ivoire ;

- nettoyer et protéger la poutre apparente ;

- aménager et décorer.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !