Restanque à l’Auvergnate

En Provence, une restanque est un muret en pierres sèches qui permet d’étager un terrain en pente et de cultiver de la vigne ou des oliviers.

(image trouvée ici)

En Auvergne, une restanque est un muret en pierres sèches qui permet d’utiliser un tas de caillasses qui encombrent un jardin tout en faisant joli au pied d’un érable.

L’histoire a commencé quand ma soeur Mathilde était en vacances de Pâques à la maison avec mes neveux Adam et Landry. Alors que j’étais occupée à brûler des branchages dans l’incinérateur, elle a trouvé que le tas de cailloux n’était plus à son goût.

Les pierres issues du décaissement de la grange avaient été entassées à ma demande en vrac au pied de l’érable par les maçons, car j’avais déjà dans l’idée d’aménager ce coin avec un petit mur sympa.

Elle a commencé alors que j’avais le dos tourné, mais elle a fait preuve d’un esprit d’initiative remarquable en commençant par aligner de grosses pierres entre le lilas et le tronc de l’érable. Nous nous sommes ensuite attelées ensemble à la partie droite du tronc.

L’idée était vraiment d’utiliser toutes les caillasses et de faire place nette en transformant un tas informe en muret digne de ce nom. Pas de méthode brevetée : on a mis les plus grosses pierres sur le bas, on a calé les rangs suivants au fur et à mesure tout en reculant régulièrement de quelques pas pour vérifier l’allure générale de l’ensemble. Les plus petits cailloux étaient jetés en vrac au fur et à mesure pour remblayer le milieu.

Nous avons construit le mur en courbe entre le tronc de l’érable à gauche et le petit arbuste à droite et nous avons rempli le milieu avec la terre que nous avons grattée une fois que le tas de pierres a été épuisé.

Pour parachever notre oeuvre, nous avons installé une grosse pierre sur la gauche du muret, près du lilas, et une longue pierre plate sous l’érable en guise de banc.

Mais ça n’était pas fini ! Déjà, il a fallu expédier l’établi vers le préau sous la véranda (et ça pèse un âne mort ce bidule) puis je me suis employée à recouvrir le dessus du remblai avec du terreau. J’ai commencé par un sac de 40 litres puis un autre de 70 litres.

J’ai ensuite saupoudré de graines de prairie fleurie puis j’ai griffé la surface pour que les graines soient légèrement reouvertes. Un coup d’arrosoir et c’était bon.

Et voilà la vue que l’on a depuis l’entrée du gîte. C’est un grand progrès depuis le tas de caillasses qui s’offrait à l’oeil de mes hôtes.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !

 

2 thoughts on “Restanque à l’Auvergnate

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>