Prêts à être peints

Depuis le 2 janvier, je suis à pied d’oeuvre dans la cuisine, menant plusieurs dossiers de front : la peinture du plafond en poutres, le rebouchache/ponçage/lissage des murs, des encadrements de fenêtres et de la porte qui mène à la buanderie, retrait des meubles et du carrelage qui reste au sol.

Le problème, c’est qu’à multiplier les projets, on n’en finit aucun et les progrès ne sont pas spectaculaires même si le boulot abattu est énorme. Du coup, j’ai laissé de côté le plafond et les murs (ça me repose de l’escabeau, je commençais à tanguer là-dessus) pour me concentrer sur le fond de la cheminée et l’encadrement de la porte de la buanderie.

Le fond de la cheminée était recouvert d’une couche d’enduit très inégal (très à la mode dans les années 80-90 je suppose) au coloris peu subtil.

J’ai sorti mes disques de ponçage grain 80 et j’ai donné un bon coup de ponceuse sur tout le fond de la cheminée pour étêter les reliefs de l’enduit et rendre la surface plus lisse. J’ai ensuite mis une première couche d’enduit (type MAP – qui sert à coller les bandes de placo) pour reboucher le plus gros du relief.

A suivi une deuxième séance de ponçage, avec un grain de 120, pour égrener la surface plus finement. SUrtout, ne pas hésiter à,porter un masque, ça fait énormément de poussière. Et au chapitre des conseils, je me suis rendu compte qu’il était préférable de laisser des petits reliefs à l’application de l’enduit plutôt que des trous. Ils sont plus faciles à éliminer au ponçage alors qu’il faut toujours ressortir la spatule pour reboucher.

Après un dernier passage d’enduit très fin et un ultime ponçage au grain 240, la surface est désormais prête à être sous-couchée et peinte.

Côté porte de la buanderie, il y avait cinq éléments sur lesquels il fallait intervenir : enduire et lisser l’encadrement de la porte, reprendre la moulure en haut du chambranle, mettre des morceaux de plinthes, ajouter des baguettes d’angle et mettre du mastic dans les rainures. Voilà l’état des lieux juste après avoir détapissé la zone. Pas jojo.

Après avoir retiré les plinthes en carrelage, poncé, gratté et enduit l’encadrement de la porte (rebouchage au MAP puis deux couches d’enduit de lissage avec ponçage au grain de plus en plus fin), j’avais un canevas blanc sur lequel travailler.

La baguette supérieure était trop courte à droite, j’ai donc utilisé une chute de baguette pour la remplacer. Rien de bien méchant, découpe dans une boite à onglet pour l’angle à 45° de gauche et j’ai fait attention de rajouter presque 1 centimètre à droite par rapport à la baguette précédente afin que ça touche le mur.

Pour la plinthe, j’ai utilisé un morceau récupéré au moment de la démolition de la salle d’eau du rez-de-chaussée. Je l’ai d’abord recollé avec de la super glu (il était fendu sur toute la longueur) et j’ai renforcé les parties cassées en biais avec de petits clous de tapissier. J’en ai profité pour mettre un coup de ponceuse sur toute la surface.

J’ai coupé mes morceaux de plinthe avec ma fidèle scie à onglet, une coupe droite pour le morceau à droite et une coupe en biseau pour l’angle à gauche. Pour le collage, de gros plots de produit type « Fixer sans percer » répartis sur toute la longueur de la lame. 9a fait un effet ventouse et ça colle du tonnerre.

Même méthode de l’autre côté, en faisant attention à bien faire coïncider les bords de l’angle à 90° pour que la moulure se prolonge naturellement. Et j’ai profité que la cartouche de colle soit sortie pour fixer mes baguettes d’angle dans la foulée (des baguettes en MDF de 23 mm de côté).

Après quelques heures de séchage, j’ai mis un cordon de mastic acrylique dans toutes les rainures, les angles, les jonctions, les coutures, partout où c’était moche et où un filet de blancheur immaculée pouvait tout lisser d’un coup de baguette magique.

Quand tout aura séché, un dernier coup de ponçage grain 240 pour assurer une finition hyper soignée (y compris sur la porte, qui n’a pas été touchée pour l’instant). Je lessiverai alors toute la zone et elle sera – enfin – prête à être sous-couchée et peinte (en blanc satiné, comme le reste des boiseries de la maison) .

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>