Passer à la vitesse supérieure

Après avoir passé trois couches de peinture ivoire dans la chambre du rez-de-chaussée et sur le mur adjacent de la cuisine, il m’a fallu transporter mon matériel à l’étage pour m’attaquer aux deux dernières chambres. J’ai emprunté une échelle à notre voisin pour accéder à mon nouveau terrain de jeu et je me suis mise à l’ouvrage.

Toujours la même méthode : peinture ivoire sur trois murs (j’ai laissé les murs des têtes de lit en attente pour les peindre d’une couleur d’accent plus tard), rouleau de taille moyenne dans une main, pinceau plat dans l’autre (pour les bordures et entre les parties de bois des poutres apparentes). Je trouve plus facile d’alterner entre l’escabeau et le tabouret pour être toujours dans une bonne position de travail (la zone de travail à hauteur d’yeux).

Résultat : des murs ivoire sympas après trois couches mais s’il me reste de la peinture, je mettrais bien une 4e couche sur certains murs qui sont encore un peu translucides. Néanmoins, on voit bien la différence entre les murs peints en ivoire et les murs laissés en attente – pour l’instant – avant de recevoir la peinture d’accent.

Ça ne vous aura pas échappé, la composition du sol a changé entre les photos « pendant » et « après ». J’ai fini la peinture hier soir et les menuisiers étaient à pied d’oeuvre dès ce matin pour mettre l’isolant en plaque (en fibres de bois) sur le plancher et fixer les lambourdes qui recevront le parquet (de l’isolant en vrac – ouate de cellulose ou granules de liège – sera déversé entre les lambourdes avant le clouage des lames de bois).

Les menuisiers ont repéré les chevrons qui soutiennent le plancher pour visser les lambourdes directement dedans avec des vis de 120 mm pour que le tout soit super solide.

Il y aura du parquet en pin partout, même dans la salle de bain, et je me chargerai du traitement du bois une fois que le parquet et les plinthes seront posés. Ça doit être fait en milieu de semaine prochaine, ce qui va me laisser assez de temps pour finir la peinture à l’étage (3 couches de couleur sur les deux murs d’accent + retouches d’ivoire).

Toujours dans la catégorie retouches, au rez-de chaussée, j’ai mis un peu de pâte à bois dans les trous des pointes que j’ai utilisées pour fixer les baguettes et dans les fentes des tablettes des appuis de fenêtre. Il faudra faire un léger ponçage avant finition.

J’ai aussi passé une couche de sous-couche sur les baguettes qui encadrent les embrasures des fenêtres et de la porte de la chambre.

Ce qu’il reste à faire dans la chambre du rez-de-chaussée :

- mettre la baguette horizontale sur le bord de la tablette ;

- mettre les moulures sur le pourtour de la porte qui donne vers l’extérieur ;

- sous-coucher et peindre en blanc satiné toutes les boiseries et les embrasures de la porte et de la fenêtre ;

- sous-coucher, peindre et remettre les portes (après que le menuisier les aura recoupées à la bonne taille – elles sont trop longues car la chape a été faite plus épaisse que prévu).

- peindre l’intérieur du placard du chauffe-eau ;

- vernir la tablette de la fenêtre (et celle de la salle de bain).

… et dans les chambres du haut :

- peindre les murs d’accent ;

- faire quelques retouches d’ivoire ;

- nettoyer et protéger les poutres apparentes ;

- poncer, nettoyer, sous-coucher et peindre les portes et cadres de portes.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>