Palmarès 2013

C’est l’heure. L’heure des bilans, l’heure de se tourner en arrière et de contempler le travail accompli, l’heure aussi de se recharger en énergie pour mener à bien au moins autant de projets pendant l’année à venir.

Bien évidemment, l’année 2013 du bricolage a été marquée par l’aménagement du gîte du Clos Lafayette. Les gros postes (maçonnerie, électricité, plomberie, carrelage, isolation, placo, peinture des plafonds) ont été assurés par des artisans et j’ai pris en charge les finitions, la déco et l’aménagement. Ça n’a pas été sans heurts (je viens tout juste de soigner une épicondylite du coude droit qui s’était déclarée en mai) mais le résultat en vaut largement la chandelle et surpasse même toutes mes espérances.

Voilà donc mon palmarès 2013, les 10 réalisations de l’année classées dans un ordre plus que subjectif, mais qui remplissent toutes mon coeur d’une grande fierté. Carrément.

 

10. Les affaires de Gyptis et Guérande. Gyptis est le chat de la maison, je l’ai depuis sa naissance en avril 1999 et il m’a suivie de Marseille à Chamalières et de Clermont-Ferrand à Pouzol. Arrive en octobre Guérande, bouledogue français de son état, déjà adulte et totalement habituée à la cohabitation avec les chats. Pour l’harmonie de la maisonnée, j’ai confectionné une boite pour abriter la caisse du chat et j’ai aménagé le panier du chien pour un confort maximum. Tout baigne.

 

9. Les accessoires du gîte. Aménager 3 chambres, deux salles de bain, une cuisine et un salon/salle à manger dans le gîte aurait pu facilement faire monter l’addition au plafond. J’ai donc usé de toute mon imagination pour fabriquer/détourner/customiser des accessoires jolis et utiles à installer dans le gîte. J’ai fait des lampes, j’ai bricolé une patère, j’ai accumulé des cadres dénichés dans des brocantes.

 

8. La vitrine de la cuisine. L’idée de mettre un meuble haut vitré dans la cuisine était présente dès les premières réflexions autour du design de la pièce. Et le rêve est devenu réalité après un voyage à Ikea et une journée de travail intensif avec mon père et son amie Françoise. C’est comme si mon idée s’était parfaitement matérialisée sur le mur, c’est très étrange. Et cette vitrine promet de regorger de trésors une fois aménagée et stylisée.

 

7. Les meubles peints du gîte. Pour aménager le gîte à moindres frais (mais sans lésiner sur la qualité ni l’aspect pratique), j’ai choisi d’acheter des meubles de grandes distribution et de les customiser (comme les chevets-commodes) ou alors de dénicher des pièces sur Le Bon Coin et de les retaper (comme l’armoire de la chambre taupe). Tout ne s’est pas fait sans larmes mais tout est bien qui finit bien.

 

6. La table basse du gîte. Ce meuble valait bien une catégorie pour lui tout seul. Je l’ai fabriqué avec un piètement acheté aux puces des Salins (Clermont-Ferrand) il y a plusieurs années et du bois de palette mis dehors à patiner tout l’hiver donc ça m’a coûté le prix des vis et de la bombe de peinture. Pas si mal pour une table aussi jolie.

 

5. Les meubles de salle de bain du gîte. Deux pièces d’eau dans le gîte = deux meubles-vasques à trouver ou à fabriquer. J’ai fait un peu de jus de cerveau pour trouver une idée sympa pour la salle de bain marron. Et pour la salle de bain bleue, j’ai utilisé la même méthode que dans les toilettes du bas de la maison. Et j’ai bien fait.

 

4. Le travail du bois. De tous les « métiers » que j’ai eus à exercer pendant la rénovation du gîte et les travaux de la maison l’an dernier, c’est bien le travail du bois que j’ai préféré. Ça n’est pas le plus facile ni le moins salissant mais j’adore cette matière, son odeur, son toucher et les possibilités infinies qu’elle offre.

A la maison, j’ai bricolé pas mal de meubles dans la cuisine (ici et ici) et le plan de travail du meuble bibliothèque est en bois (réalisé avec mon beau-frère Fred).

Dans le gîte, j’ai pu m’occuper du parquet, des poutres, ajuster le plan de travail de la cuisine, installer des tablettes et des moulures, aménager un coin buanderie et bricoler des meubles. De la découpe à l’ajustement, du ponçage à la finition, tout me plaît.

 

3. La déco du gîte. Je suis très contente de la déco du gîte, parce qu’elle me ressemble sans être un copié-collé de la maison, parce que c’est chaleureux sans être trop chargé et que ça reste agréable à vivre pour des hôtes de passage (= joli + pratique).

Je suis partie d’une base générale (murs ivoire, plafonds blancs, du bois clair et foncé, de l’alu anthracite, du gris clair et foncé et quelques touches de noir) et j’ai personnalisé chaque pièce avec une couleur d’accent. On a donc au rez-de-chaussée un salon/cuisine/salle à manger dans les tons de beige et marron, une chambre au mur d’accent vert et sa salle de bain également beige et marron.

A l’étage, même code couleur de base (blanc, ivoire, bois, gris et noir) et une chambre taupe, une chambre anis et une salle de bain bleu glacier.

 

2. La cuisine du gîte. J’ai construit une cuisine. Je sais, je n’arrive pas à m’y faire non plus … J’ai reçu de l’aide ponctuelle (Aurélien a coupé et fixé le fileur, Martial m’a aidée à accrocher les meubles hauts, Adam s’est essayé au carrelage du plan de travail, Fred a installé la hotte et la réglette, Fabien a habillé le dos du bar) mais globalement, c’est mon oeuvre. Pas mon chef d’oeuvre, qui est en numéro 1, mais mon oeuvre tout de même.

Et vous pouvez voir – ou revoir – l’installation des meubles, la pose du plan de travail, la colle des carreaux et l’aménagement des derniers détails.

 

1. Le carrelage de la cuisine. Je crois que ça va rester dans ma mémoire pour longtemps : 28 m2 de carrelage découpé, collé et jointoyé pour que la cuisine de la maison ait un sol assorti à celui du salon et de la véranda. De la patience, de la sueur (et quelques sueurs froides, quand il a fallu racheter quelques carreaux plusieurs mois après la première commande) ont été nécessaires pour venir à bout de ce chantier, là aussi accompli en grande partie toute seule (Martial m’a aidée à bouger les meubles et Adam a fait quelques gâches pendant ses vacances).

Je n’aurai sûrement pas le titre de Meilleur Ouvrier de France avec le carrelage de cette pièce (et si j’avais eu les moyens, je l’aurais volontiers fait faire) mais je suis quand même bien fière de moi. Et comme je vais souvent dans la cuisine, j’en profite !

 

Cette dernière photo est un parfait point de départ pour l’année 2014 : la finition et l’aménagement de la cuisine sont mon objectif principal pour ces prochains mois. A bientôt donc pour un avant-après spectaculaire !

Bonne année 2014 à toutes et tous.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !

 

2 thoughts on “Palmarès 2013

  1. tu peux être fière de toi..du boulot de chef!
    encore une bonne année dans les clous, les vis, la défonceuse, la perceuse , la ponceuse, la colle, etc!!
    un coucou de Bretagne!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>