Novembre sur la terrasse

Le mois de novembre dans un jardin, c’est un peu le dernier baroud d’honneur avant l’hiver. Il reste quelques fleurs pour titiller l’oeil mais globalement, il faut désherber, couper, tailler, ranger et s’apprêter à affronter les frimas.

Du côté des jardinières, la verdure était encore en bon état, avec quelques adventices ici et là et des plantes en demande d’un peu d’attention.

Pour passer l’hiver, j’ai donc désherbé et nettoyé la surface des potées, coupé les tiges noires et rabattu les plantes de moitié. Les tiges de fusain que j’ai replantées dans la jardinière du milieu tiennent bon. On verra au printemps si elles ont fait suffisamment de racines pour les replanter ailleurs, dans des pots ou en pleine terre.

Le citronnier, qui a passé l’été sur la terrasse avec un bonheur non dissimulé, a également subi une petite coupe bien dégagée derrière les oreilles. Je l’ai rapatrié dans le salon, placé entre les deux portes-fenêtres sur la sellette en métal.

La plate-bande avait besoin d’amour. Un amour platonique dont seuls les jardiniers sont capables : mettre les mains dans la terre, arracher et couper à tout va pour que tout reparte de plus belle au printemps suivant.

J’ai coupé les brins de lavande (que j’ai gardés dans un panier pour m’en occuper plus tard). J’ai ensuite rabattu les touffes pour ne pas qu’elles dépassent les dix centimètres de haut. Il se pourrait que l’on déménage ces plants de lavande vers la rocaille au printemps.

Pour le rosier, pas de quartier ! Il faut couper tout ce qui a un diamètre inférieur à celui d’un crayon. Vu la bête, il ne reste pas grand chose. Mais il renaît à chaque belle saison, toujours plus vigoureux et généreux en belles roses blanches.

Ces quelques fleurs mauves sont les dernières à égayer la plate-bande. Quand elles seront fanées, je rabattrais les feuilles comme les autres pour passer l’hiver en paix.

J’ai arraché les plants de tomates et rangé les tuteurs. J’ai coupé l’arum et les fleurs jaunes. Dès que je ramasse des feuilles mortes, je les entasse sur les plantes coupées pour les protéger du froid. On pourrait même faire un tube avec du grillage à poule que l’on remplirait de feuilles mortes pour protéger des plantes un peu plus grandes.

Le jardin d’aromates n’a pas bougé depuis la taille d’octobre. Le thym, le romarin et la menthe ont bien séché, je ne sais pas si ça repartira au printemps. On verra bien. Le basilic a fait de nouvelles feuilles après la canicule, j’ai bon espoir pour lui.

Le mini rosier qui avait souffert de la canicule a repris du poil de la bête. Je pense que je le replanterai dans un autre pot au printemps. En espérant qu’il refleurira.

Dans le pot de l’autre mini rosier, j’ai glissé le nid que Martial avait décroché du seringat quand il l’a taillé. Je vous rassure, il était vide.

Dernière tâche effectuée sur la terrasse : la taille des buis. Ci-dessous, le plus gros des deux : je l’ai taillé en boule avec le grand sécateur. L’autre est beaucoup plus petit. On le laisse pousser pour qu’il rattrape son voisin. Je lui a donc infligé une coupe légère, juste pour éliminer les tiges qui dépassaient.

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>