Les joints sont faits, faites tourner !

Ça y est, j’ai fini les joints du carrelage dans la cuisine. Pas trop tôt, me direz-vous, car j’ai commencé le sol quand il faisait encore des températures négatives (euh … pas la semaine dernière, non …) mais ça veut donc dire que j’ai FINI le sol de la cuisine !

Pas de cours de carrelage, encore moins de pose de joints, juste un peu d’autosatisfaction et quelques photos avant/après très explicites.

Avant, donc : deux carrelages différents, la cicatrice de deux anciennes cloisons et d’un bac à douche (avec le trou de l’évacuation qui donnait dans la cave).

En AOUT dernier (si, si, je m’en souviens bien, c’était la canicule), j’ai commencé à décoller le carrelage du sol, à faire des allers-retours incessants à la déchetterie et loooongtemps après, j’ai fini.

J’ai commencé à poser le carrelage par le fond de la pièce, pour pouvoir réinstaller tout-de-suite les meubles de ce côté-là. Il fallait donc faire les joints dans la foulée. Rien de tel qu’un filleul de 7 ans 1/2 pour un coup de main bien apprécié.

Comme vous pouvez le voir au premier plan sur la photo ci-dessus, j’ai utilisé pour les joints du mortier de finition, 2/3 de gris et 1/3 de blanc (mauvaise pioche, au moment du réassort, il manquait toujours une des deux couleurs, j’aurais dû faire gris tout seul).

J’ai ensuite fait le tour de la pièce pour coller le carrelage, j’ai dû attendre une nouvelle commande de carrelage puis j’ai fini la pose, non sans une certaine fierté.

Enfin, il fallait quand même finir les joints. J’ai choisi l’option « pâte épaisse » que je bourrais dans les interstices avec une spatule un peu souple jusqu’à ce que ça déborde. J’attendais ensuite que les bords commencent à sécher pour nettoyer avec une grosse éponge et un seau d’eau à proximité. J’attendais ensuite que ça sèche encore plus pour passer la serpillère (ou la pièce, comme on dit dans le Sud).

Ça, c’était pour finir le milieu de la cuisine, mais il fallait ensuite achever le côté de la cuisinière. Sauf que j’ai cassé un carreau près de l’évier … en laissant tomber la massette. Rien de bien méchant, mais puisque c’était à un endroit visible (c’est-à-dire pas sous un meuble de cuisine) et que c’était un grand carreau (et qu’il m’en reste 4 paquets, suite à l’erreur de commande), ben je l’ai changé.

Et hop ! En vrai, il m’a fallu au moins une heure pour le décoller et faire les bords bien propres pour pouvoir coller le nouveau comme il faut.

Là, on dirait que ça prend 3 secondes.

J’ai fait le joint autour de ce carreau en même temps que le reste des joints … là …

… et là …

A part un délai de 24 heures car il manquait un sac de mortier pour finir (et j’ai dû aller à Saint-Eloy puis à Ebreuil pour trouver le gris puis le blanc), c’est allé plutôt vite.

Je n’ai même pas attendu que ça sèche complètement pour prendre les photos (on voit que c’est encore un peu foncé à gauche). C’est bôôô …

Et de ce côté aussi, c’est bôôô …

On attend maintenant que ça sèche complètement pour pouvoir positionner les meubles de part et d’autre de la cuisinère. Ils sont montés, il ne reste qu’à les fixer au mur.

Parce que là, ils ne servent pas à grand chose (à part à servir un peu d’égouttoir à vaisselle et de porte-carton géant).

Et le pot par terre au premier plan, c’est le béton ciré pour les plans de travail …

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>