Le pot de buis

Pour ceux d’entre vous qui me suivent depuis mon ancien blog, vous reconnaîtrez cette réalisation (en déco parmi les objets posés sur le rebord derrière la cuvette des toilettes du haut). Je n’avais pas publié de post détaillé à l’époque. Voilà qui est réparé.

Pour offrir à ma tata Marie-Claude qui a eu la gentillesse de m’héberger pendant quelques jours à Paris (et parce que je savais que ce petit bricolage lui avait tapé dans l’oeil), j’ai donc renouvelé l’expérience de la plante en pot, en papier et en dix minutes.

Il nous faut donc une boule en polystyrène de 10 cm de diamètre (à adapter selon les envies et/ou les pots disponibles), un pot de diamètre équivalant, une feuille décopatch motif « trèfles », de la colle et des petits clous.

Pour le pot, je me suis rendue dans une brocante armée d’un mètre et j’en ai acheté un compatible avec ma boule et pas trop haut. La couleur n’était pas à mon goût, mais elle n’a pas résisté à un coup de bombe de peinture « blanc perle brillant ».

J’ai nettoyé, rincé et séché le pot puis j’ai masqué avec du scotch de peintre les petits socles en mousse afin qu’ils échappent à la peinture. Ensuite, il faut être patient : vaporiser une fine et uniforme couche de peinture sur toutes les surfaces puis laisser sécher avant de mettre la couche suivante. J’ai commencé à l’envers, comme ça, quand j’ai retourné le pot, il reposait sur les picots protégés de scotch.

Après 4 ou 5 couches, j’ai laissé sécher avec le couvercle de la boite par dessus, pour laisser passer l’air sans que rien ne se colle sur mon ouvrage (elle en fait, une station bricolage bien pratique, la boite La Redoute !)

Ensuite, place à la déco de la boule elle-même. Si votre pot est prêt à l’emploi (et n’a pas besoin de relookage préalable), cette étape prend 10 minutes.

Il faut chiffonner la feuille de papier, appliquer un trait de colle sur la circonférence de la boule et garder quelques petits clous à portée de main.

D’un geste sûr, il faut ensuite coller le périmètre de la feuille sur la circonférence de la boule, en répartissant le papier de manière homogène. Ça donne une boule en polystyrène avec un bonnet de bain en papier sur la tête.

C’est là qu’interviennent les clous : ils permettent de figer le volume du papier pour s’approcher au maximum du look d’une boule de buis.

La boule dans le pot (je recommande de laisser sécher toute la nuit la peinture en bombe avant tout usage de l’objet peint), et voilà une petite plante rigolote, qui n’aura jamais besoin d’être arrosée !

Plein les mirettes …

 Coût : moins de 5 euros — Temps : moins de 1/2 heure — Facile

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

Merci !


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>