Dans le rétro : que dalle !

Dans la rubrique « Dans le rétro », je reprends in extenso certains des articles les plus populaires de mon ancien blog. Histoire de s’en (re)mettre plein les mirettes …

Pas de panique. Tout va bien sur le front des travaux dans les granges. Même si le temps y met vraiment de la mauvaise volonté (il pleut quasiment non stop depuis plus d’une semaine), les maçons avancent vite et bien.

En fin de semaine dernière, ils ont fait une pause pour que l’électricien passe ses gaines pour enfouir les câbles électriques dans la future dalle en béton. C’était chose faite vendredi. Ça lui évitera de passer dans les cloisons pour traverser les pièces.

Et ce matin, alors que je m’installais dans ma voiture pour partir au boulot, voilà que notre équipe de maçons m’annonce qu’ils coulent la dalle ! La toupie était parquée au coin de la rue, en attente du feu vert pour déverser les quelques mètres cubes nécessaires.

La voilà à la grande porte de la grange (remarquez les profondes ornières creusées par les roues du camion … bonnes séances de paysagisme en perspective !). Ils n’étaient pas trop de 6 (l’équipe de 5 maçons et le chauffeur de la toupie) pour couler la dalle.

C’est Martial qui a pris ces photos, j’étais déjà partie au boulot. Il m’a dit que l’opération avait pris environ 2 heures. On voit d’ailleurs les différentes gaines qui seront enfouies dans une tranchée qui longera la rangée de granges jusqu’au boitier électrique installé par ERDF dans le muret derrière le puits.

Quand je suis rentrée du boulot vers 19h30, j’ai pris d’autres photos. J’ai un peu tâté le terrain, la dalle avait l’air d’avoir durci (même si quelques flaques stagnaient devant les ouvertures, vu les trombes d’eau qui sont tombées aujourd’hui sur les Combrailles).

On voit déjà que c’est moins luisant que sur la photo d’avant. Le béton semble avoir bien pris (mais je ne m’y connais pas beaucoup en béton, alors …).

Le béton a aussi été de la partie pour façonner le contour des ouvertures (fenêtres et porte-fenêtre). C’est quasiment terminé, il ne reste qu’une poutrelle en métal au milieu de l’imposte au-dessus de la porte-fenêtre qui donnera dans la chambre accessible aux personnes à mobilité réduite.

J’ai demandé aux maçons de garder toutes les pierres qu’ils pourraient trouver lors du décaissage puis récupérées au moment du percement des ouvertures. Ils en ont utilisé quelques-unes pour reboucher au-dessus des embrasures en béton. Je me servirais des autres pour faire des murets et autres bordures dans le jardin.

Ces maçons vont aussi s’occuper du mur en pierre apparente à l’intérieur (à droite de la grande porte de la grange sur la photo ci-dessous) et de la façade. Ils décroûteront donc toute la surface puis referont un enduit à la chaux. Ce qui explique que le crépi soit retiré avec autant de minutie autour des ouvertures.

Quand je suis rentrée charger ces photos dans l’ordi pour écrire ce post, j’ai jeté un oeil par la fenêtre. Et là, je me suis dit que, décidément, j’étais sur le bon chemin.

Si c’est pas un porte-bonheur, ça …

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>