Dans le rétro : les murs de la salle de bain

Dans les prochaines semaines, je vais publier les archives de mon ancien blog lecloslafayette.over-blog.com avant de le supprimer. www.lecloslafayette.com deviendra alors l’adresse du site qui sera consacré aux gîtes.

 

Nous avons laissé la salle de bain avec le sol et les encadrements de fenêtres rénovés. En fait, les murs ont été entamés alors que les encadrements de fenêtres n’étaient pas terminés. Le plan déco : de l’enduit façon taddelakt sur tous les murs sauf celui du radiateur sèche-serviette, qui serait peint en blanc cassé satiné (pour faire le lien avec les toilettes du haut adjacents également peints en blanc cassé satiné). J’ai donc commencé par appliquer sur les murs de la salle de bain de la sous-couche spécifique à chaque support (carrelage, ancienne peinture et placo) puis une sous-couche pour le taddelakt.

Après la sous-couche, on voit déjà que les fonds sont plus homogènes. La peinture d’apprêt a encore un peu plus opacifié le blanc, et on se rend compte que ce meuble-vasque va s’intégrer au mieux dans son environnement de taddelakt.

La finition des murs , la voilà : un effet taddelakt de chez Renaulac, coloris gris Ouarzazate. Ça a l’air un peu mauve, mais c’est bien gris dans la réalité (avec un léger reflet violine, je vous l’accorde). C’est pas très pratique à appliquer, car très liquide (imaginez du Nutella qui aurait pris un coup de chaud). Les instructions préconisent de passer la matière au rouleau avant d’étaler avec une taloche mais je n’y arrive pas.

Alors je fais à ma sauce ! Une grande spatule, une petite, et en avant ! Et au-dessus de la baignoire me direz-vous ? Et bien Martial m’a bricolé un petit échafaudage, car l’escabeau ne pouvait pas être placé assez près du mur.

Deux remarques :

- aucune baignoire n’a été maltraitée pendant ces travaux,

- la chemise de l’USJSF n’avait jamais pensé faire de l’enduit marocain un jour …

L’application de l’enduit demande de la minutie et de la patience mais n’est pas très difficile. Seul impératif : un fois qu’un pan de mur a été commencé, il doit être terminé d’un coup, pour ne pas qu’il y ait de démarcation. Heureusement, la salle de bain est pleine de coins et de recoins, ce qui m’a permis de progresser lentement mais sûrement en partant du mur de la baignoire pour faire tout le tour de la pièce dans le sens des aiguilles d’une montre. Et non pas une, ni deux mais trois fois ! Deux couches de taddelakt et une passe de cire (cinq fois, en fait, puisqu’il y avait eu deux couches de sous-couche avant …)

Comme dans le reste de la salle de bain, l’application de l’enduit de finition a l’effet escompté : ça finit la pièce ! Le mur et le meuble-vasque et le mur côté chambre d’ami sont enduits en plusieurs séances, mais quel résultat !

Intermède professionnel : pour le plafond, on a décidé de faire appel à un peintre. Il faut dire que la salle de bain actuelle était avant composée de deux pièces (salle de bain+dressing) et qu’il y a une grosse cicatrice au plafond là où se trouvait la cloison.

Notre ami peintre a bien bossé : il a poncé, enduit, reponcé, réenduit, sous-couché puis peint en blanc mat et ça donne …

… un plafond parfait, tout lisse est prêt à devenir la cerise sur le gâteau de notre belle salle de bain.

Le travail est assez fastidieux, il faut travailler à plusieurs hauteurs différentes (sur l’escabeau, à hauteur d’homme, assise sur un tabouret, accroupie) et même se faufiler dans le meuble vasque. Mais à force de persévérance …

… le taddelakt fait le tour de la pièce et arrive au point de départ. Il faudra en tout deux couches d’enduit puis une couche de cire imperméabilisante (deux couches sur le meuble vasque).

Nettoyage du sol et des plinthes, retrait du scotch de masquage, rangement des outils … on y voit plus clair dans cette salle de bain !

Pour le mur côté sèche-serviette, on a envisagé plusieurs options (taddelakt, enduit peint, panneaux de MDF 3mm peints). C’est finalement la solution enduit de lissage+peinture qui est retenue (coloris blanc cassé pour faire le lien avec les toilettes adjacents).

Après une couche d’enduit (tiré mais pas parfaitement lissé pour que ça rappelle le taddelakt), une couche de sous-couche et deux couches de peinture blanc cassé satiné, le résultat est bluffant.

Pour finir les murs, deux accessoires importants : les baguettes d’angle et le cache de la trappe d’accès aux toilettes suspendus.

Il fallait installer 3 baguettes d’angle, deux de part et d’autre de l’avancée au-dessus de la tablette et une à gauche du radiateur sèche-serviette.

Je les ai peintes avec du gris Ouarzazate satiné (dont j’avais demandé la formule au service clientèle de Renaulac puis j’en avais fait faire un pot à Brico Dépôt – distributeur officiel de la marque)) mais la teinte n’est pas parfaitement assortie aux murs. Il faut que je trouve un plan B.

Pour le cache de la trappe, j’ai taillé du MDF 10 mm aux dimensions de l’ouverture, puis j’ai collé une petite moulure tout autour. Sous-couche d’accroche, deux couches de taddelakt et une couche de cire plus tard, j’avais un cache adapté à ma trappe.

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>