Dans le rétro : les murs de la chambre principale

Dans les prochaines semaines, je vais publier les archives de mon ancien blog lecloslafayette.over-blog.com avant de le supprimer. www.lecloslafayette.com deviendra alors l’adresse du site qui sera consacré aux gîtes.

 

Notre chambre est situé au premier étage, avec une fenêtre qui donne sur la terrasse et une porte-fenêtre qui donne sur le balcon qui surplombe la véranda. Quand nous avons emménagé, elle était décoré de façon très enfantine (ça devait être une salle de jeu), avec les restes d’un lavabo dans un coin et une moquette horrible au sol.

Nous avons commencé les travaux dans la chambre principale dès le mois de mai 2010, et ils se sont étalés jusqu’à la fin de l’été (la même année).

Avec l’aide de ma soeur Marie, nous avons d’abord entièrement détapissé la pièce. C’était inutile de protéger le sol puisque la moquette allait nous quitter après les travaux.

Il a fallu reboucher des dizaines de trous à l’enduit de lissage (la zone où se trouvait le carrelage avait été préalablement rebouchée). Les surfaces étaient alors prêtes pour recevoir une couche de sous-couche blanche (y compris sur les boiseries et la porte).

Nous avons décidé d’appliquer une finition façon béton de couleur aubergine (gamme Architecte de Dulux Valentine) sur le mur de la tête de lit. Cette matière très facile à travailler s’étale en deux passes, avec une taloche assez large, en grands mouvements amples. On peut ensuite rajouter une couche d’imperméabilisant mat ou brillant mais nous avons préféré le laisser tel quel.

Après la première couche d’enduit, Martial a peint le plafond en blanc. On voit nettement la différence de couleur : l’ancien plafond avait fortement jauni ! Les coulures de blanc en haut du mur aubergine ont été masquées par la deuxième couche de béton.

Après la sous-couche, j’ai décidé qu’un deuxième round d’enduit de lissage était nécessaire pour ratisser les murs de la chambre. J’ai donc ressorti les spatules, rebouché plein de trous et repassé une autre couche de sous-couche.

La cheminée a également bénéficié du changement de couleurs qui a soufflé dans la chambre : plus de jaune et bleu mais du blanc (satiné sur le pourtour, sous-couche sur le volet – ultérieurement bombé couleur bronze pour être assorti à son encadrement).

Pour pouvoir peindre tranquillement les plinthes, on avait coupé une bande de 5 cm dans la moquette sur tout le pourtour de la pièce. Et voilà le travail une fois achevé : une couche de Gris poivre n°5 mat (Luxens) sur les murs, 3 couches de blanc satiné sur les boiseries (portes-fenêtres, plinthes, porte d’entrée et encadrements).

Et voilà la juxtaposition du gris et de l’aubergine dans le coin où se trouvait le lavabo. Comme la pièce est très lumineuse (orientée Est et Sud), on n’a pas hésité à mettre des couleurs un peu sombres. Le luminaire n’est pas resté longtemps, je vous rassure.

Pour fignoler les angles bicolores (gris/aubergine), j’ai plus tard collé des moulures préalablement peintes en gris poivré n°5 satiné (comme les tringles à rideau).

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>