Dans le rétro : Démolicieux*

*Clin d’oeil à Dana Miller (bloggeuse à House*Tweaking) pour l’inspiration de ce titre.

 

L’une des raisons pour lesquelles on a mis un coup d’accélérateur à la finition de la salle de bain, c’est parce qu’on a eu des problèmes de plomberie au rez-de-chaussée. Pendant la période de grand froid du mois de février, la vieille tuyauterie en plomb a gelé, nous laissant sans évacuation des lavabos/évier pendant quelques jours (la douche et les toilettes sont sur des tuyaux plus larges – et plus modernes – qui n’ont pas gelé).

Quand le plombier est venu constater les dégâts, il nous a dit qu’il pouvait nous réchauffer les tuyaux pour les dégeler, mais qu’au prix du gaz, ça reviendrait moins cher de les changer. Nous savions par le diagnostic obligatoire qui précède toute transaction immobilière que les tuyaux étaient en plomb et qu’il faudrait les changer rapidement.

Mais pas si vite ! D’autant plus que nous avions de grands projets pour la cuisine : casser la salle d’eau qui en mangeait un coin pour retrouver une configuration rectangulaire et l’aménager avec de grands plans de travail. Tout cela n’était qu’un rêve …

… qui est en fait devenu réalité.

Ah ! Deux secondes ! Je raconte la fin du film !

Effectivement, quand le plombier nous a dit que ça reviendrait moins cher de changer les tuyaux, on s’est dit que ça reviendrait moins cher aussi de les changer une seule fois (plutôt que deux, une fois tout de suite puis une fois pour faire la cuisine de nos rêves).

Mais pour qu’il travaille, il avait besoin de la configuration définitive : plus de cloisons, plus de salle de bain et l’emplacement des différents éléments (évier, lave-vaisselle, radiateur).

J’ai donc travaillé sur un plan de la cuisine sur le logiciel de conception IKEA (je n’ai pas réussi à faire de capture d’écran, alors j’ai pris mon écran d’ordi en photo … on se débrouille comme on peut …)

J’ai utilisé au mieux les différents éléments de cuisine que l’on a déjà (faits à la main et sur mesure par un menuisier, autant les garder) auxquels j’ai rajouté des éléments suédois (principalement ceux qui ont beaucoup de tiroirs) plus quelques meubles pour faire joli (on a la table et les chaises, les marrons seulement, pas les transparentes).

En 3D, on se rend compte de la disposition des différents éléments, même si les mesures ne sont pas au millimètre près. La porte en bas à droite est la porte de la cuisine. Celle qui desservait la salle d’eau disparaît (elle est à peu près au niveau de la hotte à droite).

Voilà. On avait la position de l’évier, du lave-vaisselle (à sa droite) et du radiateur (au milieu du mur côté porte). On pouvait y aller.

Dans un premier temps, mon papa m’a aidée à préparer le terrain : détacher le meuble évier de son mur, dévisser la cabine de douche dans la salle d’eau. Je m’étais également assurée que rien n’allait nous embarrasser dans le processus : exit donc les différents électroménager de la cuisine (donnés sur Le Bon Coin), idem pour le meuble vasque de la salle d’eau (vendu lui 60€, également via Le Bon Coin).

Petit rappel de ce que nous avions à la base : une cuisine rectangulaire amputée d’un quart de son territoire pour une salle d’eau fort pratique, certes, mais que nous ne souhaitions pas garder.

Bye bye l’étagère, les luminaires, la frise en bois et la plinthe. Nous avons essayé de détacher cette dernière du mur en la gardant à peu près intacte, pour pouvoir la réutiliser ailleurs dans la maison à des endroits qui en ont besoin (dans le sas de la salle de bain et des toilettes du haut et dans le vestibule au rez-de-chaussée).

Pourquoi ne pas en profiter pour faire quelques fentes avant ?

Au final, on a réussi à la déloger en deux morceaux (elle s’est fendue dans la longueur, elle aussi), on arrivera bien à s’en accomoder pour les petits segments dont on a besoin.

Ensuite, place à la masse, au burin, aux lunettes de protection, aux gravats dans les cheveux pendant des jours et à la poussière, que dis-je, la POUSSIERE partout dans la maison ! On avait bien mis des bâches en plastique, mais faut l’savoir, la poussière est plus forte (et bien plus sournoise).

On a commencé par attaquer la cloison par un angle, en tapant doucement mais sûrement.

Puis on s’est dit que ça serait mieux de (se) faire le plafond de la salle d’eau (car qui dit cloisons encore debout, dit moins de poussière, mouais).

C’est joli en haut, mais en bas, euh … bof.

Et un p’tit tour à la déchetterie, un ! (On en a fait 4 ou 5, jusqu’à ce que la voiture lâche l’affaire et que le pot d’échappement ne se fasse la malle …)

Ensuite, méthodiquement, le mur déjà commencé (celui sur lequel était adossé le meuble de l’évier), en continuant le long du mur côté fenêtres …

… puis en cassant en haut le long des différents tuyaux d’alimentation de la douche et du radiateur de l’ancienne salle d’eau.

Très utiles, les lunettes de protection en bandeau pour les cheveux …

Une fois que l’on a fait une « tranchée », c’est plus simple pour casser de gros morceaux de brique que l’on peut ensuite évacuer à la main directement dans la voiture.

Après un jour de casse, je me suis dit qu’une meuleuse équipée d’un disque brique/pierre pourrait peut-être nous aider dans la découpe de grands morceaux (alors que la masse a tendance à faire beaucoup de miettes).

L’expérience a duré 2 minutes : d’abord, ça fait super peur, et puis regardez cette poussière ! Elle est même visible sur la photo ! On a rangé la bête dans sa malette, elle nous servira à autre chose.

Quand la première cloison a été tombée, il nous est resté une longue guirlande de prises (et oui, si vous y pensez, toutes ces prises étaient au-dessus de l’évier – notre électricien nous les avait neutralisées, heureusement …)

C’est la photo-trophée du « boa de Pouzol » (j’étais ivre de poussière, je pense …)

Arrivés au-dessus du bac à douche, on avait la plus grosse épaisseur de cloison, avec une couche de carrelage de chaque côté (faïence de la douche et de l’évier). Regardez ma petite mimine à côté …

Avant de tomber la seconde cloison, on s’est occupés du plafond côté cuisine, toujours avec des bâches. Je n’ai pas de photos de cette phase, car je les ai prises avec mon téléphone portable (l’appareil photo était vide de batterie) mais je n’arrive pas à les transférer sur l’ordi … meilleure en bricolage qu’en informatique !

Et voilà le résultat ! D’abord avec les gravats encore au sol …

Et le plafond. Je me suis demandé brièvement si le FRAC ne voudrait pas de cette installation d’art moderne dans son catalogue, et puis finalement non. On a tout nettoyé.

Le plombier est ensuite entré en action : il a simplifié la tuyauterie en retirant tout le superflu et en reléguant le reste dans l’angle. On l’a laissé s’occuper du bac à douche – car il a fallu découper l’évacuation qui était installée à l’ancienne – et positionner l’évier.

On a une cuisine vivable.

L’emplacement de l’évier est génial, on a un panorama en 16/9e quand on fait la vaisselle.

La tuyauterie est simplifiée, le radiateur qui était sous la fenêtre de gauche est maintenant relocalisé. Son alimentation est apparente, mais c’est comme ça dans toute la maison, donc ça ne me gêne pas, c’est raccord.

La lumière inonde la pièce maintenant, c’est vraiment LE grand bénéfice de cette transformation – pour l’instant. Je suis sûre que les futurs aménagements vont nous apporter leur lot de satisfactions.

Voilà pour les dernières nouvelles ! Je sais, ça fait beaucoup d’un coup. Pour nous aussi ! Surtout quand on voit la liste – idéale – des choses qui restent à faire maintenant. Et c’est non exhaustif :

- ragréer le sol et changer le carrelage (pour l’assortir à celui du salon et de la véranda)

- refaire l’électricité (l’électricien est sur le coup, on attend son devis)

- faire un faux-plafond là où était l’ancien (pour pouvoir mettre des spots intégrés – et un peu d’isolation)

- retirer le bar et déplacer les meubles en chêne vers leur emplacement définitif

- acheter des meubles standards pour compléter l’aménagement

- faire des plans de travail maison en béton ciré/béton/ciment, à voir …

- tout redécorer : préparer les murs, les peindre, peindre le plafond et les poutres, peindre les meubles en chêne, changer la quincaillerie

- aménager les placards avec des solutions de rangement pratiques (comme des tiroirs à l’anglaise)

- vous inviter à manger pour fêter ça …

 

One thought on “Dans le rétro : Démolicieux*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>