Cinq couches de peinture

Quand j’ai fait le mood-board des toilettes du bas, j’y avais inclus un meuble pour le lave-mains, tout en courbes pour aller avec la vasque assez design. Dans mon esprit, il était construit à partir de pieds chinés en brocante (2 euros les quatre), de tasseaux et baguettes et de plan à carreler. Restait à concrétiser mon idée.

J’ai donc rassemblé mes matériaux. La cuisine en chantier m’a servi d’atelier. Le plan à carreler était une chute du projet de la tablette de la salle de bain, j’ai acheté un tasseau de 90×18, une baguette de 27×9 et des vis et boulons de 5 mm de diamètre. En tout, moins de 10 euros de matériaux, grâce au recyclage de fournitures que j’avais déjà sous la main (clous, colle, mastic et huile de coude).

Depuis mon projet tablette, je possède une scie à onglet électrique, puissante et BRUYANTE, mais bien pratique pour des découpes nettes et précises de bois. Munie de mon croquis (rien de tel qu’un emballage de boite d’oeufs pour griffonner deux-trois notes pour construire un meuble, pas vrai ?), j’ai découpé mes montants du meuble aux dimensions souhaitées (imposées par la dimension de la tablette, en fait).

Une fois les découpes effectuées, j’ai percé les trous de fixation des montants. C’est assez facile : on présente la planche devant la quincaillerie des pieds du meuble et on marque au crayon l’emplacement des trous.

J’ai ensuite fait un premier trou aux dimensions de mes vis et boulons puis un deuxième trou en surface de façon à ce que la tête de la vis affleure et soit plus discrète sur la surface du bois.

Au fur et à mesure du perçage des trous, j’ai étalé mes morceaux au sol dans l’ordre du montage afin de ne pas me mélanger les pinceaux (ni les bouts de bois).

Des trous, des vis, des boulons. Une pince, une clé de 5. C’est fixé.

Pour le montant arrière, j’ai prépercé des trous puis j’ai inséré des vis à bois assez longues pour que tout cela tienne bien. Ce montant sera ensuite fixé au mur.

Voilà la première étape achevée : la carcasse du meuble est terminée (il me reste donc deux pieds de meuble, que j’utiliserai pour un autre projet), la vasque a été présentée sur la tablette pour y noter l’emplacement du trou d’évacuation (ainsi que celui du robinet).

Direction la terrasse ensuite pour un bon coup de ponçage. Ma fidèle ponceuse sans fil a fait le boulot comme une chef, d’abord au grain 80 puis au grain 120 pour une finition bien lisse. Regardez la différence (le milieu du pied est poncé alors que le reste est brut) !

Je vous épargne le couac de la sous-couche pour vous emmener directement à la fin de cette étape : une carcasse blanche et unifiée, à l’extérieur …

… comme à l’intérieur.

Pendant que je peignais la table roulante, je menais en même temps le projet du meuble des toilettes du bas. La cuisine était donc pleine de meubles peints ou à peindre.

J’ai ensuite fixé le plan à carreler sur la structure du meuble, au moyen de vis à bois placées tous les 20 cm. Les tréteaux sont bien pratiques pour travailler sur le meuble.

A l’aide d’une scie cloche, j’ai fait les deux trous d’évacuation (pour le lavabo et le robinet). Il a fallu faire un premier trou sur l’endroit du meuble puis poursuivre de l’autre côté, car la cloche n’était pas assez grande pour l’épaisseur de la tablette. Le fait que la cloche ait une mèche au centre facilite grandement le percement d’un côté et de l’autre de la tablette : on la fiche dans le trou central et on finit l’emporte-pièce les doigts dans le nez (sauf que c’est tout de suite moins facile pour respirer …)

Pour fignoler la tablette, j’ai ensuite fait un encadrement en baguette 27×8 (en pin raboté). A l’aide de la scie à onglet, j’ai pu faire des découpes bien propres en biseau. J’ai encollé mes baguettes puis j’ai renforcé le tout à l’aide de petits clous de vitriers (bien enfoncés dans le bois avec un chasse-clou).

Des baguettes sur la tranche de la tablette puis des baguettes sur le pourtour du plateau, toujours avec une finition impeccable en biseau. Les orifices des clous ont été rebouchés avec de la pâte à bois puis poncés avec du papier de verre 120.

Une couche de sous-couche puis deux couches de gris (Colours de Castorama, coloris macadam satin) et me voilà à égalité avec la structure des pieds. Le pot affiche ambitieusement « monocouche » mais après deux couches, le résultat est encore loin d’être parfait. Il faut dire que j’ai appliqué la peinture au pinceau en couches très fines.

Deux couches supplémentaires de gris plus tard, le résultat est nettement plus opaque et conforme à ce que j’attendais. D’où le titre de ce post (une couche de sous-couche et quatre couches de gris = 5 couches de bonheur en forme de meuble lave-mains).

On peut voir le haut des vis qui affleurent de leurs trous. Ça donne un petit côté industriel assez sympa, raccord avec la couleur gris foncé mais en léger décalage avec la courbure des pieds, pour un contraste de styles tout ce qui a de plus intéressant.

Le petit meuble du lave-mains des toilettes du bas est presque terminé. Il faut encore le fixer au mur, le carreler (plateau et crédence) puis y ajouter le lave-main et le robinet.

A suivre donc … d’ici lundi j’espère !

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !

 

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !

 

 

2 thoughts on “Cinq couches de peinture

  1. Ouh, je me souviens bien de ces pieds acheté à la brocante de Charoux ! Magnifique journée qu’on avait passée en famille sous une chaleur torride. j’aimerait bien y retourner et louer un semie-remorque ! J’ai encore ces belles chaises chromées en travers de la gorge ;-)

    • Je crois qu’elle a lieu le dernier dimanche d’avril, tu n’as plus qu’à caler tes vacances en fonction :) ça donne le 28 avril 2013 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>