Mon premier 10 km

J’ai participé au début du mois d’octobre à mon premier 10 km, organisé dans le cadre de la manifestation annuelle « Courir à Clermont ». Une course à pied dans les rues de la capitale auvergnate, pour laquelle je m’étais préparée depuis six mois.

J’ai commencé le running en avril dernier, avec l’ambition de gagner en endurance et en cardio. Le déclic ? J’étais essoufflée après seulement trois étages montés à pied. Je me suis alors tournée vers ma voisine Sandrine, qui courait déjà, pour s’organiser en duo des séances d’entraînement dans notre campagne des Combrailles.

Pour courir, une bonne paire de chaussures suffit.

Rien de tel pour se motiver que de courir à deux ou en groupe ! On s’encourage, on se soutient mutuellement, tout en gardant une certaine indépendance pour que chacun (et chacune) puisse aller à son rythme. Sandrine m’a accompagnée au début, même quand je marchais au bout de 500 mètres. Aujourd’hui, on court ensemble sur les deux ou trois premiers kilomètres puis elle part un peu plus vite ou fait un tour supplémentaire dans le village pendant que je commence mes étirements.

J’ai tendance à devenir écarlate quand je cours…

Dès nos premières foulées en avril, nous avions pour objectif de nous inscrire aux 10 km de Courir à Clermont. Nous nous sommes entraînées assez sérieusement, mais sans excès (pas sous la pluie, pas par 30°C, pas après une looooongue journée de boulot).

J’ai commencé à acheter un magazine spécialisé pour les filles sportives (Vital, super bien fait) et j’ai suivi des runneuses sur Instagram, toujours pour la motivation. Il ne vaut mieux pas se comparer aux filles splendides qui avalent 20 bornes en 1 h 30, mais bon, si on peut piocher quelques conseils au passage, autant ne pas se priver.

Nous nous sommes présentées sur la ligne de départ avec un objectif chacune : 1 h 10 pour Sandrine, finir et ne pas finir dernière pour moi.

Avant la course, fraîches et disposes.

Nous nous sommes placées à l’arrière du groupe de départ (presque 1 900 coureurs), pour ne pas nous faire entraîner dans un rythme qui aurait été trop élevé. Le parcours consistait en deux tours des boulevards extérieurs de Clermont, avec un départ et une arrivée place de Jaude. Nous sommes parties lentement, calées à la dernière place, puis nous avons doublé un groupe de trois personnes.

Le futur vainqueur nous a doublées alors que nous avions seulement fait un demi-tour (!!) puis Sandrine a pris son envol pour tenter d’établir un chrono de référence sur la distance. J’ai poursuivi sur le même rythme (lent) et j’ai bouclé mes 10 km en 1 h 26. Et je ne suis pas arrivée dernière ! Même si la moto-balai m’a accompagnée pendant les deux derniers kilomètres, je suis arrivée avant-dernière. Sandrine a bouclé ses 10 km en 1 heure 16.

Mission accomplie ! J’ai bouclé les 10 km sans m’arrêter (j’ai seulement marché quelques mètres pour pouvoir boire sans m’en mettre partout) et je ne suis pas arrivée dernière. Les encouragements des spectateurs sur le bord de la route, des organisateurs et même de certains participants, m’ont bien soutenue (et fait super plaisir !).

Après la course, roses et contentes !

Super bilan. Comme je souffre de maladies articulaires chroniques (rhumatismes et fibromyalgie), je compose mes entraînements en fonction de mes possibilités physiques. Et je ne suis pas Wonder Woman ! Si je peux le faire, d’autres le peuvent aussi. Il est important de conserver une activité physique modérée pour « huiler » ses articulations et doper son organisme à l’endorphine. Et je suis moins essoufflée quand je monte des escaliers…

Nous avons déjà consulté les calendriers pour trouver une course à faire avant la fin de l’année, que ce soit un 5 ou un 10 km. Sans succès pour l’instant. Et notre objectif est de gagner au moins 15 minutes pour l’édition 2017 de Courir à Clermont.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau !