hebdorama #74

LUNDI 24.MARS.2014 – Le pommier bourgeonne.

 

MARDI 25.MARS.2014 – La neige tombe.

 

MERCREDI 26.MARS.2014 – Martial range.

 

JEUDI 27.MARS.2014 – Les narcisses admirent le gîte.

 

VENDREDI 28.MARS.2014 – Les bébés batavia poussent.

 

SAMEDI 29.MARS.2014 – Le vent souffle un peu trop fort.

 

DIMANCHE 30.MARS.2014 – L’érable est plein de promesses.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !

 

hebdorama #73

LUNDI 17.MARS.2014 – Si Guérande dort dans cette position, c’est qu’elle doit trouver ça confortable, non ? C’est renversant en tout cas …

 

 MARDI 18.MARS.2014 – Début du ratissage de la porte d’entrée de la cuisine. Je préfère procéder en plusieurs couches fines que je ponce pour que ça soit bien lisse.

 

MERCREDI 19.MARS.2014 – La commerciale d’une entreprise locale d’étanchéité est passée pour faire un devis dans la véranda. C’est là que je fais table d’hôtes, ça urge.

 

JEUDI 20.MARS.2014 – Martial s’est lancé dans le semis de batavia. Il nous reste les tomates, les courges butternuts, les concombres, les courgettes …

 

VENDREDI 21.MARS.2014 – Nouvel outil de travail pour moi : j’ai pris un emploi de rédactrice des débats en free-lance pour avoir du boulot en télétravail toute l’année.

 

SAMEDI 22.MARS.2014 – Revers de la médaille quand les chambres et la table d’hôtes sont remplies : il faut repasser des montagnes de draps et de nappes.

 

 DIMANCHE 23.MARS.2014 – Soirée d’élections municipales à la mairie de Pouzol. J’ai participé au dépouillement des bulletins dans une ambiance recueillie et concentrée.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !

 

La véranda se dévoile

Le rez-de-chaussée de notre maison comprend 4 rectangles juxtaposés : la cuisine, le hall d’entrée, le salon et la véranda. Ces rectangles ont une taille de 28 m2 (sauf le hall) et ça donne à la maison une symétrie que l’on retrouve souvent dans les maisons de maître de cette époque (la maison a été construite en 1880).

La semaine dernière, à la faveur d’une réservation de table d’hôtes, Martial et moi avons dû vider entièrement la véranda pour y installer une table à manger et y recevoir nos visiteurs. On a eu 3 jours pour tout faire, et on partait de loin.

Depuis que l’on a déménagé dans la maison (il y a bientôt 4 ans), la véranda a accueilli quelques déjeuners et dîners mais elle a surtout servi d’atelier de peinture, de garde-meubles et de cimetières pour mouches et autres papillons.

L’opération « on vide la véranda » s’est déroulée en deux temps : j’ai d’abord trié les affaires (outils, matériel de bricolage, fourniture de loisirs créatifs, meubles) tout en nettoyant au fur et à mesure (pour éviter de déplacer les mouches mortes).

J’ai ensuite évacué ce qui devait l’être vers les poubelles/bennes à recyclage et j’ai monté les petits meubles au grenier. Enfin, j’ai pris soin de mettre dans des caisses en plastique les objets que je souhaite vendre au prochain vide grenier.

Martial s’est ensuite chargé de monter les gros meubles au grenier ainsi que les caisses les plus lourdes et les objets encombrants (j’étais HS suite à un faux mouvement fait en déplaçant un miroir assez lourd). On a quand même replacé ensemble les meubles que l’on a conservés dans la véranda (en les poussant, pas en les soulevant).

Et voilà la véranda dans sa version allégée. Il reste à déplacer le sommier (astucieusement caché sous un couvre-lit dans le fond), la table en verre et le meuble dans le coin. Nous le ferons lors du prochain jour de congé de Martial, si j’ai récupéré ma mobilité dorsale.

On a disposé quelques meubles de façon stratégique : ce buffet en bois massif (récupéré chez Margot, la maman de Fred et belle-maman de ma soeur Marie) a été installé devant le plus grand mur. Il servira à entreposer la vaisselle et tout les accessoires nécessaires à la table d’hôtes (nappes, verres, couverts, serviettes de tables et objets déco).

La tablette en marbre appartient à un autre meuble, on l’a mise là en attendant que je puisse la porter plus loin (c’est le dessus d’une console qui devrait aller dans le salon).

Ce buffet a un confiturier assorti mais il faut encore qu’on lui trouve une place dans la maison car il n’y a plus de mur disponible dans la véranda. On n’a pas envie qu’il reste devant une paroi vitrée (ce que l’on avait fait le week-end dernier).

Autre pièce maîtresse des lieux : la table. Elle est un peu sale mais elle a une taille tout à fait intéressante pour une table d’hôtes (2,20 m sur 1,25 m). On l’a eue avec la maison et j’ai des plans pour la customiser. Ça commencera par un bon ponçage.

Dernier meuble de la véranda : le petit sofa en velours rose récupéré chez mes grands-parents paternels. Il est un peu défraîchi et l’assise est tassée donc il a besoin d’une reprise en main de la part d’un tapissier professionnel. Inutile de dire que ça n’est pas une priorité pour l’instant et je vais donc le recouvrir en attendant (sûrement avec le couvre-lit qui dissimule le sommier dans le fond de la pièce).

J’ai placé le sofa devant la cheminée. Elle est sympa et elle a une taille appropriée pour la dimension de la véranda, ni trop grand ni trop riquiqui. On a fait du feu le soir de la table d’hôtes et la chaleur était agréable, ce qui est l’essentiel pour une cheminée.

Il faut que l’on aménage une réserve de bois au pied de l’âtre pour entreposer les bûches et les brindilles ainsi que les accessoires pour le feu (allume-feu, pelle et pique).

Enfin, nous devons faire intervenir une entreprise spécialisée dans l’étanchéité pour venir à bout des infiltrations qui abîment le faux-plafond de la véranda. Nous avons reçu la visite de quelqu’un cette semaine et nous attendons le devis (étanchéité du balcon au-dessus et reprise du faux-plafond dans la véranda).

Et oui ! Ce sont bien des petites feuilles vertes qui poussent dans l’interstice …

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !

 

Des cookies au beurre de cacahuète

Quand j’étais jeune fille au pair aux Etats-Unis (c’était il y a vingt ans messieurs-dames, ça ne nous rajeunit pas…), je mangeais couleur locale. J’étais dans une famille où la mère était végétarienne et où le père faisait attention à son cholestérol, donc les menus étaient sains et équilibrés. Mon péché mignon découvert là-bas ? Le beurre de cacahuète.

Je faisais beaucoup de sport donc je ne me privais pas et j’attaquais régulièrement le pot (toujours du crunchy, c’est-à-dire avec morceaux) avec des bretzels. M.I.A.M. Et pour poursuivre la love story avec les produits et recettes made in USA, j’ai ramené ce livre de recettes. Une sorte de bible là-bas, avec des centaines d’idées à partager.

Dedans, page 747, il y a une recette de cookies au beurre de cacahuète. Avec plein de beurre de cacahuète et de cacahuètes en morceaux dedans.

Pour un trentaine de cookies, il vous faut :

- 120 g de beurre à température ambiante

- 1/2 tasse* de beurre de cacahuète crunchy

- 3/4 de tasse de sucre brun

- 2 cuillerées à soupe de sirop d’érable

- un oeuf légèrement battu

- 1 cuillerée à café d’extrait de vanille

- 1 tasse 1/2 de farine

- 3/4 cuillerée à café de levure

- 1/2 tasse de cacahuètes salées hachées.

*Si vous n’avez pas de récipient qui affiche précisément les « cups » américaines, prenez une tasse d’environ 250 ml pour faire ces mesures.

1. Préchauffer le four à 190°C.

2. Dans le bol d’un mixer, mélanger le beurre, le beurre de cacahuètes et le sucre brun jusqu’à ce que ça fasse une pâte crémeuse et claire. Ajouter le sirop d’érable, l’extrait de vanille et l’oeuf légèrement battu.

3. Dans un autre plat, mélanger la farine, la levure et les cacahuètes hachées. Ajouter petit à petit dans le bol du mixer jusqu’à incorporation complète.

4. Former des boules de la taille d’une noix sur une plaque recouverte de papier sulfurisé puis les écraser avec une fourchette pour former des rayures. Enfourner 7-8 minutes jusqu’à ce que les cookies deviennent dorés. Mettre à refroidir sur une grille.

Je vous conseille de préparer tous vos cookies sur des feuilles de papier sulfurisé avant d’enfourner la première douzaine car il faut surveiller les biscuits dans le four pour ne pas qu’ils cuisent trop. Et ça va très vite ! A cuisiner et à manger.

Nota : toutes les photos de ce post ont été prises par Margaux Delecluse. Merci à elle !

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !