Soupe courge/châtaignes

Tout a commencé par un dîner chez ma tante Marie-Claude, qui m’a servi une délicieuse soupe châtaignes/butternut. Cela s’est poursuivi par un mail de cette même tantine qui m’a envoyé le lien vers une recette du site Elle à Table.

Là où ça a un peu coincé, c’est que le jour où j’ai voulu faire cette soupe, il n’y avait pas de butternut dans le magasin où je suis allée. Je me suis donc rabattue sur de la courge muscade en me disant que ça irait bien comme ça (en me basant sur cette recette).

Pour cette soupe, il vous faut :

- 1 kg de courge/potiron coupé en cubes

- 200 g de châtaignes (en bocal ou sous vide)

- 2 petits oignons émincés (ou un gros)

- 1 litre d’eau

- de la crème fraîche.

1. Dans une cocotte, faire revenir les oignons dans un peu de beurre puis ajouter la courge, les châtaignes et l’eau. Laisser cuire jusqu’à ce que les légumes soient tendres.

2. Une fois les légumes cuits, mixer pour faire une soupe bien lisse. Assaisonner selon son goût (sel, poivre, muscade). J’imagine qu’une version au curry pourrait être sympa aussi.

3. Verser dans un bol, mettre une cuillerée de crème fraîche et donner un tour de moulin à poivre. Servir avec une fine tranche de pain de campagne légèrement grillée.

C’était très bon mais peut-être pas aussi gourmand que la version avec le butternut. Il faudra donc que j’en refasse en suivant la recette à la lettre.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !

 

Une belle teinte foncée

La bibliothèque du salon est un grand projet que nous avons commencé l’été dernier (avec l’achat et le montage des meubles à Ikea) puis poursuivi pendant les vacances de la Toussaints avec la fabrication du socle et du plan de travail.

Afin de finir la phase 1 de la fabrication de ce meuble (nous l’avons décomposée en plusieurs phases devant l’ampleur du boulot demandé et des dépenses engendrées), je me suis attelée à la finition du plan de travail et de la plinthe et à la fabrication des joues.

Afin de jongler avec les temps de séchage des produits mis en oeuvre (vernis, mastic à bois, sous-couche et peinture de finition), j’ai commencé avec les plinthes.

Le meuble est posé sur un socle de tasseaux de 40×60 de section et la construction de cette structure avait laissé de nombreuses vis apparentes. Par ailleurs, compte tenu de la longueur de l’ensemble, ce socle est en fait formé de deux demi-structures.

Pour masquer cette structure et finir joliment la partie basse du meuble, j’ai vissé deux plinthes en bois sur les tasseaux du socle. J’ai pris soin de fraiser les trous des vis pour ensuite pouvoir les masquer avec du mastic à bois (j’en ai passé deux fines couches avec ponçage entre les deux passes). J’ai ensuite fignolé la plinthe avec un quart-de-rond cloué sur sa partie haute puis j’ai poncé l’ensemble.

Dans le même temps, j’ai préparé le plan de travail en collant/clouant une moulure sur le bord pour masquer la rainure (je rappelle que j’ai utilisé du parquet pour fabriquer le dessus du meuble). Bien sûr, j’ai ensuite passé toute la surface au papier de verre.

J’avais pris soin de débarrasser toute la surface afin de travailler plus sereinement. Néanmoins, impossible de se débarrasser de la télé et de la box (également reliée à l’ordi pour la connexion Internet) pour d’évidentes raisons de JO d’hiver et autre Facebook.

J’ai donc posé l’écran et les box sur des chutes de parquet pour les bouger au fur et à mesure de ma progression avec l’application du vernis.

Pour la couleur, j’ai été assez inspirée par celle que j’avais utilisée pour les tablettes du gîte. Je n’ai pas retrouvé la même référence mais « Chêne foncé » chez Inspire (Leroy Merlin) a remporté le marché avec beaucoup d’espoir.

On a essayé de se rapprocher de la couleur des pieds du canapé et du bois de la table à manger pour trouver une certaine unité dans la finition des bois de la pièce. En plus, avec le bas du meuble bien blanc, on s’est dit que le contraste serait intéressant.

J’ai passé deux couches de vernis à 24 heures d’intervalle en suivant bien le veinage du bois et en égrenant légèrement entre chaque couche.

Après la deuxième couche, le résultat est encore plus spectaculaire.

Mais ça n’était pas fini : il fallait encore que je fasse les « joues » du meubles, c’est-à-dire des pièces de bois pour combler les espaces entre les extrémités du meuble et les murs. J’ai utilisé des tasseaux et une plinthe en MDF (d’une largeur idéale pour la joue de gauche, celle qui est près du bureau).

Une fois tout coupé à la bonne longueur, j’ai vissé un morceau de tasseau sur un morceau de plinthe pour la joue gauche et deux morceaux de tasseau ensemble pour la joue droite (afin que ça ait la bonne profondeur pour atteindre les trous pré-percés des côtés des caissons IKEA.

J’ai ensuite vissé mes joues dans les côtés des caissons, en faisant attention à laisser deux trous libres en haut et en bas pour installer de futures charnières.

Une fois que tout a été installé, j’ai passé une couche de sous-couche blanche (Julien, spécial bois) partout puis deux couches de blanc satiné sur la plinthe, trois couches sur les joues (XPro de Ripolin).

Le résultat est très sympa et correspond bien à ce qu’on avait en tête quand on a commencé : une ligne sobre et bien intégrée au fond de la pièce, un rendu assez cossu pour profiter de ce meuble à long terme.

Malheureusement, on n’a pas fait le plus dur. Ikea a stoppé la ligne Faktum pour ses meubles de cuisine et la nouvelle ligne Metod n’est pas compatible avec l’ancienne (la dimension des caissons a changé). Et on n’avait pas acheté les portes !

Après être allée en vitesse chez Ikea la semaine dernière pour vérifier s’il restait des anciennes portes (il y en avait, mais pas dans la bonne dimension), je scrute donc Le Bon Coin pour voir si des portes adaptées sont mises en vente, dans la bonne dimension et en nombre suffisant. Sinon, il faudra trouver un plan B (autre distributeur ou sur-mesure).

En attendant, on profite de notre meuble. Plein les mirettes.

Ce qu’il reste à faire pour ce meuble :

- trouver et installer des portes et charnières sur la partie basse ;

- installer des modules sur la partie supérieure pour faire une bibliothèque ;

- percer le meuble du milieu pour y glisser la box et ses câbles ;

- décorer la bibliothèque.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !

 

hebdorama #69

LUNDI 17.FEVRIER.2014 – J’ai pris de nouvelles photos de la cuisine du gîte pour une figuration dans un blog ami (infos à suivre dès que j’en sais plus).

 

MARDI 18.FEVRIER.2014 – Roulé de Gyptis sur canapé.

 

MERCREDI 19.FEVRIER.2014 – Préparation des supports pour le meuble TV du salon.

 

JEUDI 20.FEVRIER.2014 – Virée à Ikea pour acheter du linge de lit pour le gîte (c’est le seul endroit où j’ai trouvé des draps-housses en 80×200 pas trop chers).

 

VENDREDI 21.FEVRIER.2014 – J’ai préparé une soupe à base de courge. Un délice.

 

SAMEDI 22.FEVRIER.2014 – Guérande se vautre aussi dans les bras de Martial.

 

DIMANCHE 23.FEVRIER.2014 – Plaisir des yeux et frémissements du printemps avec ces jeunes pousses qui pointent sur les plants de lavande.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !

 

Deux meringués aux framboises

Le dessert préféré de Martial est le meringué aux framboises. Sa maman Brigitte m’en a appris la recette et c’est d’une facilité déconcertante. Le tout, c’est d’avoir de bons produits de base : de la crème fleurette, des meringues et des framboises.

Ce dessert est hyper facile : il faut battre la fleurette en Chantilly, briser les meringues en morceaux (pas trop petits, pour avoir un peu de mâche) et les incorporer à la crème, remplir le moule, le mettre au congélo, réduire les framboises en coulis. Une fois le meringué solidifié, découper des tranches, verser le coulis dessus et se régaler.

Brigitte fait son meringué dans un moule à cake, ce qui fait un dessert de forme allongée que l’on coupe en tranches. J’ai décidé de faire une version du meringué en format individuel, grâce aux cercles que Flavie nous avait offerts à Noël.

Vu que je n’avais jamais fait ce dessert avec des cercles, je ne savais pas quelles quantités de matières premières étaient nécessaires pour les remplir. De toute façon, il fallait faire toute la brique de fleurette, que j’ai montée en Chantilly bien ferme. Je n’ai pas mis trop de sucre car je savais qu’il y aurait ensuite les brisures de meringue.

Pour les meringues, j’en ai d’abord haché une dizaine, que j’ai incorporées à la moitié de la Chantilly. Ça n’a pas suffi donc j’ai rajouté quelques meringues et quelques cuillerées de crème fouettée jusqu’à avoir assez d’appareil pour former 4 disques.

Vu que je n’ai que 2 cercles, j’ai d’abord fait deux disques que j’ai mis au congélo. Une heure après, j’ai pu faire une deuxième série de disques. Bien sûr, si vous avez assez de cercles, vous pouvez faire tous vos disques d’un seul coup.

Pendant que mes premiers disques prenaient au congélo, j’ai mixé mes framboises (j’en ai mis une dizaine de côté pour la déco) et j’ai mélangé ce coulis à quelques cuillerées de Chantilly. J’ai ajusté la quantité de sucre pour que l’acidité de la framboise ne prenne pas trop le dessus puis j’ai rempli les cercles au-dessus de la deuxième série de disques.

Une fois que tout a bien pris au congélo, j’ai posé mes premiers disques sur le montage meringué + crème framboise et j’ai déposé le tout sur des assiettes individuelles.

De la crème Chantilly sur le dessus et les côtés, des framboises entières sur le dessus et le tour est joué. Martial a beaucoup aimé mais il aurait préféré un petit coulis en plus.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !