Haut de plafond

Je sais que nombre d’entre vous étaient tombés en amour avec la structure en bois construite dans le grand gîte au début de l’année.

J’avais tout de suite prévenu la population : cette armature serait destinée à supporter des faux-plafonds (placo dans les chambres et la salle d’eau, bois dans la grand pièce et la cage d’escalier). Le placo a été terminé plus tôt au printemps et a même déjà été peint.

La partie en placo a été isolée avec des panneaux de laine de bois dans les parties verticales et avec de la ouate de cellulose dans les rampants et les parties horizontales. Le plafond côté grande pièce a été également isolé avec la ouate, prisonnière d’un film pare-vapeur, le tout installé la semaine dernière.

Du coup, les gars de l’isolation ont laissé leur échafaudage pour que les menuisiers puissent travailler cette semaine à l’installation du plafond courbe en bois.

Ils ont utilisé du Douglas, la même essence que pour la structure de l’étage, avec des lattes de 3 largeurs différentes pour animer un peu la surface. Elles s’emboitent à la manière du lambris et les menuisiers les ont fixées avec un pistolet à clous électrique.

Ils ont commencé lundi dans la cage d’escalier et au-dessus de la mezzanine, où les découpes étaient relativement simples car les lattes butaient contre une cloison bien rectiligne. C’était néanmoins assez fastidieux car ce côté de la pièce comprenait la plus grande longueur de travail (presque 7 mètres de long).

Je ne suis pas montée sur l’échafaudage. C’est à ça que sert le zoom sur l’appareil photo.

Les menuisiers ont fini le plafond mardi matin, car ils étaient sur le chantier dès potron-minet. Ils avaient ensuite à tout démonter pour ramener l’échafaudage aux gars de l’isolation.

Avant ça, l’électricien est passé installer les câbles que j’avais achetés à Ikea pour les futurs luminaires. Je mettrai 3 grosses boules japonaises en papier blanc (au moins 50 cm de diamètre, plus si je trouve plus grand).

Et voilà le plafond courbe – presque – terminé. Il reste à finir les côtés avec des moulures mais les menuisiers feront les finitions quand ils reviendront poser le parquet de l’étage et installer l’escalier, en toute fin de chantier.

Je trouve l’essence du bois un peu trop rose, j’espère que ça va se patiner avec le temps. Sinon, j’envisagerai de le faire lasurer (mais ça risque de rester rose).

Cette photo ne rend pas la vraie couleur du plafond mais elle permet de voir la juxtaposition du bois, de la pierre et de l’alu anthracite. Il ne manque plus que le carrelage du sol, qui va être posé cette fin de semaine.

Le printemps est de la partie, je vais bientôt pouvoir réactualiser mes photos extérieures du gîte pour illustrer le site internet du Clos Lafayette.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! 

 

hebdorama #23

LUNDI 08.AVRIL.2013 – Les joies de la gestion d’un chantier. No comment.

 

MARDI 09.AVRIL.2013 – Mmmm … ça sent bon les préparatifs carrelage dans le gîte …

 

MERCREDI 10.AVRIL.2013 - Il y en a qui bossent et d’autres qui se la coulent douce.

 

JEUDI 11.AVRIL.2013 – Semaine météo mitigée sur le Puy-de-Dôme et ce qui devait arriver arriva : une averse suivie d’un bel arc-en-ciel au-dessus de Riom.

 

VENDREDI 12.AVRIL.2013 - J’ai fait du ménage par le vide. Ce pot n’a visiblement pas supporté l’hiver. Il n’a pas aimé non plus le vol plané dans la benne de la déchetterie.

 

SAMEDI 13.AVRIL.2013 – Voilà un joli placard à épicerie tout fini ! Manque plus qu’à le remplir maintenant (et à bidouiller la planche du bas, un peu trop tachée).

 

DIMANCHE 14.AVRIL.2013 – 26 degrés à Pouzol l’après-midi, c’est ce que j’appelle une vraie belle première journée de printemps digne de ce nom.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! 

 

Entrer dans les détails

J’étais cette semaine en formation tourisme et j’ai donc suivi de loin les artisans commencer à fignoler les aménagements du grand gîte.

Après avoir fait le placo au mois de mars, les plaquistes ont sous-couché et peint les plafonds partout et les grands murs (que l’on ne pouvait atteindre qu’en montant sur un échafaudage) et ils ont sous-couché le reste (je me chargerai des peintures de finition).

Et voilà ce que ça donne dans la cuisine …

… et dans la chambre du rez-de-chaussée …

A cause de l’échafaudage, je n’ai pas pu photographier le grand mur du salon, ni la cage d’escalier et encore moins l’étage, ça fera l’objet d’un prochain post.

Cette semaine, donc, Le CLos Lafayette a connu une avalanche d’artisans en tous genres, à commencer par les gars de l’isolation, qui ont fixé sur la charpente un film pare-vapeur spécialement adapté pour l’insufflation de la ouate de cellulose.

Les tasseaux colorés jaunes serviront aux menuisiers pour fixer les lattes du futur plafond courbe (ils viennent la semaine prochaine). On voit aussi les gaines noires que l’électricien a installées dans ce même plafond pour les points d’éclairage.

L’électricien a également commencé à tirer ses câbles et à organiser son tableau électrique et il a positionné prises et interrupteurs ainsi que les premiers luminaires.

Dernier théâtre d’action cette semaine : la suite du rez-de-chaussée, accessible aux personnes à mobilité réduite. Le carreleur n’a pas chômé : ragréage …

… et carrelage dans la chambre …

… et faïence dans la salle de bain ! Du beige pour le coin des toilettes …

… et du marron pour la douche !

Le carreleur a laissé le bac en attente, il doit modeler son receveur pour faire une douche à l’italienne. Le travertin choisi pour le sol donnera ça …

La couleur est plus chocolat dans la réalité, on dirait une photo en noir et blanc …

Les joints ont l’air foncés mais ils n’étaient pas du tout secs quand j’ai pris les photos, on se rendra mieux compte de la couleur une fois que tout aura séché.

Prochaine étape : le plafond courbe en début de semaine prochaine puis le carreleur finira la salle d’eau du bas, fera celle du haut et ragréera la grande pièce puis posera le carrelage (ainsi que les plinthes partout). Ça avance bien !

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! 

 

Un buffet, deux tiroirs

Lors de mon dernier article sur les meubles de la cuisine, j’avais laissé le buffet destiné à s’intercaler entre le placard à épicerie et le meuble de l’évier comme ça :

Ce matin, j’ai vissé le socle en mélaminé sur sa base et j’ai également vissé l’étagère intermédiaire sur ses supports. Restait à fixer les glissières en bois dans lesquelles coulissent les tiroirs (on y range les couverts et les papier alu/film plastique/papier sulfurisé, mais ça pourrait changer, on verra comment on organise tout ça).

Pour le casserolier, j’avais procédé un peu en tâtonnant, et ça m’avait valu de tourner et retourner le plan de travail une bonne quinzaine de fois pour arriver à mes fins. Pour ce qui est du buffet, comme il va être installé devant la fenêtre, le plan de travail aura une forme bizarre. Je voulais donc fixer les glissières directement sur une armature en tasseau.

J’ai pris avec moi l’une des glissières et je l’ai apportée au magasin de bricolage pour prendre un tasseau de la même épaisseur. Je l’ai pris non raboté, car il ne sera pas visible (et puis c’était la seule sorte disponible dans ce format).

J’ai ensuite découpé à la scie à onglet deux portions de tasseau égales à la largeur du buffet. J’ai mesuré la distance entre le côté intérieur du meuble et le milieu du morceau de bois vertical qui est entre les deux tiroirs (sur la façade). J’ai reporté cette mesure sur mon tasseau et je l’ai vissé sur la glissière du milieu. En maintenant les glissières sur les tiroirs vides, j’ai ensuite pu fixer mes autres pièces facilement.

J’ai ensuite retiré mon armature des tiroirs puis j’ai remis le tout à sa place derrière la façade du meuble, en prenant soin d’élaborer un petit échafaudage pour que le tout tienne en place sans se casser la figure.

A l’aide de ma fidèle perceuse sans fil, j’ai percé des pré trous dans les parois en MDF en face des extrémités des tasseaux puis j’ai vissé des vis spécial bois assez longues pour bien maintenir le tout (deux vis par tasseaux, ça fait 8 vis, c’est solide, je vous le dis).

Un léger ajustement de la glissière de gauche plus tard (le tiroir était un peu difficile à ouvrir/fermer et vu que c’est sa principale occupation, c’était pas top) et le tout est maintenant prêt à être envoyé dans son emplacement définitif.

Prochain objectif : le meuble de l’évier et les meubles qui encadreront la cuisinière.

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boite très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau !