hebdorama #2

Ce blog se nourrit de nos travaux et bricolages, de mes expériences et de ce que je vois ailleurs dans la blogosphère. Dans hebdorama, je retracerai désormais le dimanche soir ma semaine écoulée en 7 jours et 7 photos, à la manière de Chez Larsson.

 

Lundi 12.11.2012 – Des oignons et des champignons. Manquent plus que le poulet et la crème fraîche pour une délicieuse sauce avec du riz. Et vous n’avez pas les effluves …

 

Mardi 13.11.12 – La vue qui m’accueille le matin quand j’arrive en bas des escaliers. Bien évidemment, par temps ensoleillé uniquement.

 

Mercredi 14.11.2012 – Une miche de pain sans gluten à la machine à pain. Mmmmm …

 

Jeudi 15.11.2012 – Il y en a un qui aimerait bien s’incruster se mettre au chaud.

 

Vendredi 16.11.2012 – J’ai reçu le livre des blogueurs de Young House Love au courrier. Mon tonton m’a aidée à tirer le meilleur de cette photo prise avec la webcam de l’ordi.

 

Samedi 17.11.12 – En rangeant la terrasse avant l’hiver, j’ai retrouvé le nid que Martial avait décroché du seringat au moment de sa taille annuelle.

 

Dimanche 18.11.2012 – La météo annonçait de la pluie pour toute la journée. Que nenni ! J’ai profité des doux rayons du soleil pour tailler les buis de la terrasse.

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !

Dans le rétro : des pierres apparaissent

Dans la rubrique « Dans le rétro », je reprends in extenso certains des articles les plus populaires de mon ancien blog. Histoire de s’en (re)mettre plein les mirettes …

 

Dans la grande grange (celle qui va devenir le grand gîte), le mur à droite en entrant va rester en pierres apparentes. C’est un mur mitoyen donc on n’a pas besoin de le doubler. En plus, la grange voisine est habitée donc chauffée (elle n’est pas à nous et donne sur la ruelle derrière).

Après un mois à laisser sécher la dalle de béton, les maçons sont revenus sur le chantier en fin de semaine dernière pour piqueter le mur en pierres, c’est-à-dire le débarrasser de son vieil enduit. Pour atteindre la hauteur sous plafond, les maçons ont dressé des échafaudages assez balèzes.

Les trous que l’on aperçoit devaient à une époque accueillir les extrémités de solives (soutenant un ancien plancher probablement). Ils ont été nettoyés avec autant de soin que le reste de la paroi.

Lors de la réfection du mur, les maçons reboucheront ces trous avec des pierres qui ont été extraites du sol au moment du décaissage de la pièce. En revanche, celles qui dépassent seront laissées telles quelles pour un aspect un peu brut. Le tout sera rejointoyé avec un enduit à la chaux beige clair (en harmonie avec le futur carrelage de la pièce).

Voilà une vue de la pièce depuis ce qui deviendra la chambre accessible aux personnes à mobilité réduite. L’électricien devra glisser les gaines de quelques prises et interrupteurs entre les pierres sèches avant que les maçons ne finissent le mur.

Et pour rendre à Martial ce qui appartient à Martial (c’est lui qui a pris ces photos), je mets la dernière de la série, qu’elle est jolie et graphique et tout, et tout.

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !

Dans le rétro : que dalle !

Dans la rubrique « Dans le rétro », je reprends in extenso certains des articles les plus populaires de mon ancien blog. Histoire de s’en (re)mettre plein les mirettes …

Pas de panique. Tout va bien sur le front des travaux dans les granges. Même si le temps y met vraiment de la mauvaise volonté (il pleut quasiment non stop depuis plus d’une semaine), les maçons avancent vite et bien.

En fin de semaine dernière, ils ont fait une pause pour que l’électricien passe ses gaines pour enfouir les câbles électriques dans la future dalle en béton. C’était chose faite vendredi. Ça lui évitera de passer dans les cloisons pour traverser les pièces.

Et ce matin, alors que je m’installais dans ma voiture pour partir au boulot, voilà que notre équipe de maçons m’annonce qu’ils coulent la dalle ! La toupie était parquée au coin de la rue, en attente du feu vert pour déverser les quelques mètres cubes nécessaires.

La voilà à la grande porte de la grange (remarquez les profondes ornières creusées par les roues du camion … bonnes séances de paysagisme en perspective !). Ils n’étaient pas trop de 6 (l’équipe de 5 maçons et le chauffeur de la toupie) pour couler la dalle.

C’est Martial qui a pris ces photos, j’étais déjà partie au boulot. Il m’a dit que l’opération avait pris environ 2 heures. On voit d’ailleurs les différentes gaines qui seront enfouies dans une tranchée qui longera la rangée de granges jusqu’au boitier électrique installé par ERDF dans le muret derrière le puits.

Quand je suis rentrée du boulot vers 19h30, j’ai pris d’autres photos. J’ai un peu tâté le terrain, la dalle avait l’air d’avoir durci (même si quelques flaques stagnaient devant les ouvertures, vu les trombes d’eau qui sont tombées aujourd’hui sur les Combrailles).

On voit déjà que c’est moins luisant que sur la photo d’avant. Le béton semble avoir bien pris (mais je ne m’y connais pas beaucoup en béton, alors …).

Le béton a aussi été de la partie pour façonner le contour des ouvertures (fenêtres et porte-fenêtre). C’est quasiment terminé, il ne reste qu’une poutrelle en métal au milieu de l’imposte au-dessus de la porte-fenêtre qui donnera dans la chambre accessible aux personnes à mobilité réduite.

J’ai demandé aux maçons de garder toutes les pierres qu’ils pourraient trouver lors du décaissage puis récupérées au moment du percement des ouvertures. Ils en ont utilisé quelques-unes pour reboucher au-dessus des embrasures en béton. Je me servirais des autres pour faire des murets et autres bordures dans le jardin.

Ces maçons vont aussi s’occuper du mur en pierre apparente à l’intérieur (à droite de la grande porte de la grange sur la photo ci-dessous) et de la façade. Ils décroûteront donc toute la surface puis referont un enduit à la chaux. Ce qui explique que le crépi soit retiré avec autant de minutie autour des ouvertures.

Quand je suis rentrée charger ces photos dans l’ordi pour écrire ce post, j’ai jeté un oeil par la fenêtre. Et là, je me suis dit que, décidément, j’étais sur le bon chemin.

Si c’est pas un porte-bonheur, ça …

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !

 

Dans le rétro : la grange prend forme

Dans la rubrique « Dans le rétro », je reprends in extenso certains des articles les plus populaires de mon ancien blog. Histoire de s’en (re)mettre plein les mirettes …

 

Je savais que les travaux de la grande grange commençaient le mardi suivant le week-end de Pâques, il fallait donc que tout soit vidé avant l’arrivée des maçons. Avec de l’huile de coude, 2-3 allers-retours à la déchetterie et des bras musclés, le pari a été réussi.

Parce que ça piaffait à l’extérieur …

Pendant ces 4 premiers jours de boulot (on peut dire 3 jours d’ailleurs, parce que le mardi, ils sont juste passés faire le point sur le matériel à amener, je ne les ai même pas entendus), nos camarades maçons n’ont pas chômé.

Ils ont entièrement décaissé la grange, sur les 60 mètres carrés de surface et sur une bonne quarantaine de centimètres de profondeur.

Dans le même temps, ils ont percé et/ou agrandi plusieurs ouvertures, sur le devant de la grange mais aussi à l’arrière : des fenêtres et une porte-fenêtre qui donnera dans la chambre accessible aux personnes handicapées (à gauche). La fenêtre la plus proche de la porte de grange donnera dans le coin cuisine du gîte.

Les maçons peuvent utiliser l’électricité grâce à un câble tiré de la maison par l’électricien. Il s’est branché dans la cave et a installé un boitier directement dans la grange. Pour l’eau, il y a un robinet derrière la maison auquel ils ont fixé un tuyau d’arrosage qui remplit un bidon au fur et à mesure de leurs besoins.

Je prends plein de photos tout au long du chantier. Je les posterai au fur et à mesure des changements significatifs comme des petites avancées : il y a toujours quelque chose à voir sur un chantier !

+ d’actu … vu de ma fenêtre …

Il pleut des cordes. Les travaux ont l’air d’avancer. Je ne me suis pas approchée : j’ai pris ces photos depuis la véranda. La fenêtre la plus proche de la grande porte semble en bonne voie : le pourtour en ciment est terminé et les pierres ont été replacées au-dessus.

A côté, la porte-fenêtre et la petite fenêtre sont toujours étayées. Il faut encore remettre les pierres au-dessus de la porte. J’avais vu hier que les ouvertures donnant de l’autre côté ont également été percées et une tranchée creusée pour enfouir les canalisations en PVC.

 

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !