Novembre sur la terrasse

Le mois de novembre dans un jardin, c’est un peu le dernier baroud d’honneur avant l’hiver. Il reste quelques fleurs pour titiller l’oeil mais globalement, il faut désherber, couper, tailler, ranger et s’apprêter à affronter les frimas.

Du côté des jardinières, la verdure était encore en bon état, avec quelques adventices ici et là et des plantes en demande d’un peu d’attention.

Pour passer l’hiver, j’ai donc désherbé et nettoyé la surface des potées, coupé les tiges noires et rabattu les plantes de moitié. Les tiges de fusain que j’ai replantées dans la jardinière du milieu tiennent bon. On verra au printemps si elles ont fait suffisamment de racines pour les replanter ailleurs, dans des pots ou en pleine terre.

Le citronnier, qui a passé l’été sur la terrasse avec un bonheur non dissimulé, a également subi une petite coupe bien dégagée derrière les oreilles. Je l’ai rapatrié dans le salon, placé entre les deux portes-fenêtres sur la sellette en métal.

La plate-bande avait besoin d’amour. Un amour platonique dont seuls les jardiniers sont capables : mettre les mains dans la terre, arracher et couper à tout va pour que tout reparte de plus belle au printemps suivant.

J’ai coupé les brins de lavande (que j’ai gardés dans un panier pour m’en occuper plus tard). J’ai ensuite rabattu les touffes pour ne pas qu’elles dépassent les dix centimètres de haut. Il se pourrait que l’on déménage ces plants de lavande vers la rocaille au printemps.

Pour le rosier, pas de quartier ! Il faut couper tout ce qui a un diamètre inférieur à celui d’un crayon. Vu la bête, il ne reste pas grand chose. Mais il renaît à chaque belle saison, toujours plus vigoureux et généreux en belles roses blanches.

Ces quelques fleurs mauves sont les dernières à égayer la plate-bande. Quand elles seront fanées, je rabattrais les feuilles comme les autres pour passer l’hiver en paix.

J’ai arraché les plants de tomates et rangé les tuteurs. J’ai coupé l’arum et les fleurs jaunes. Dès que je ramasse des feuilles mortes, je les entasse sur les plantes coupées pour les protéger du froid. On pourrait même faire un tube avec du grillage à poule que l’on remplirait de feuilles mortes pour protéger des plantes un peu plus grandes.

Le jardin d’aromates n’a pas bougé depuis la taille d’octobre. Le thym, le romarin et la menthe ont bien séché, je ne sais pas si ça repartira au printemps. On verra bien. Le basilic a fait de nouvelles feuilles après la canicule, j’ai bon espoir pour lui.

Le mini rosier qui avait souffert de la canicule a repris du poil de la bête. Je pense que je le replanterai dans un autre pot au printemps. En espérant qu’il refleurira.

Dans le pot de l’autre mini rosier, j’ai glissé le nid que Martial avait décroché du seringat quand il l’a taillé. Je vous rassure, il était vide.

Dernière tâche effectuée sur la terrasse : la taille des buis. Ci-dessous, le plus gros des deux : je l’ai taillé en boule avec le grand sécateur. L’autre est beaucoup plus petit. On le laisse pousser pour qu’il rattrape son voisin. Je lui a donc infligé une coupe légère, juste pour éliminer les tiges qui dépassaient.

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !

hebdorama #3

Ce blog se nourrit de nos travaux et bricolages, de mes expériences et de ce que je vois ailleurs dans la blogosphère. Dans hebdorama, je retracerai désormais le dimanche soir ma semaine écoulée en 7 jours et 7 photos, à la manière de Chez Larsson.

 

Lundi 19.11.2012 – Livraison du matériel pour les cloisons et l’isolation du rez-de-chaussée de la grande grange. Placo, rails, brique et enduits, tout y est.

 

Mardi 20.11.2012 – L’automne s’installe (l’air est bien chaud derrière le rideau car il cache le tuyau d’alimentation du radiateur et en emprisonne la chaleur).

 

Mercredi 21.11.2012 – Après trois jours de boulot du plaquiste. Ça avance bien.

 

Jeudi 22.11.2012 – Un vrai beau jour d’automne : ciel bleu et air vif. Les couleurs de l’érable rappellent un peu les forêts de Nouvelle-Angleterre en cette saison. Un peu.

 

Vendredi 23.11.2012 – Notre électricien a installé les spots encastrés dans le faux-plafond de la cuisine. Ce sont des LED qui consomment 3 Watts pour un équivalant de 50 Watts.

 

Samedi 24.11.2012 – Journée chorale : répétition du programme autour de Goethe. Fred m’a donné des boutures de misères (aucun rapport avec les partitions).

 

Dimanche 25.11.2012 – Ce qu’il y a de bien avec les livres américains, c’est que posés face dessus, on peut quand même lire le titre à l’endroit sur la tranche.

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !

Dans ma besace

Je vous propose un nouveau petit coup d’oeil dans ma besace, l’occasion de détailler les trouvailles dégotées après une visite chez Noz (la semaine dernière) et une autre à Ikea (celui de Marseille-La Valentine, fin octobre).

Il y a de tout : de quoi ranger, décorer un sapin, mais pas que, peindre, éclairer, manger et lire.

Après avoir lamentablement cassé deux assiettes blanches (entre autres) lors d’une séance de vaisselle mémorable dans une bassine, il a fallu que j’en rachète deux autres. Du coup, j’ai pris 4 assiettes plates et deux assiettes à soupe pour étoffer un peu notre service (simple, chic, blanc, intemporel, parfait, quoi). On a maintenant 8 assiettes de chaque, une bonne base pour dresser la table dans à peu près tous les styles.

A 75 centimes pièce, j’ai pris 4 de ces petits pinceaux, bien pratiques pour les petits projets peinture vite faits bien faits. A ce prix-là, on peut les jeter après usage (plutôt que de les nettoyer au white-spirit, par exemple, ce qui n’est pas très bon pour la planète).

Petite conversation à mon retour de Noz …

Martial : « T’as encore acheté des boules de Noël ?! T’en as déjà plein ! »

Ariane : « Je n’en avais pas de vertes ».

Rien à rajouter, non ?

Sur ce nouveau plan large, on peut voir l’ampoule à économie d’énergie. Elle était démarquée car à baïonnette mais j’en avais justement besoin d’une avec ce type de culot pour l’éclairage temporaire dans la cuisine. Au premier plan, une chamoisine toute douce pour les nettoyages délicats (peut même servir de doudou au cas où, tellement elle est douce !) A l’arrière-plan, quatre boites en plastique avec leur couvercle, qui seront bien pratiques pour ranger toute l’épicerie quand on videra la cuisine au moment du plus gros des travaux (elles serviront aussi après, on n’a jamais assez de boites de rangement !) Idem pour les range-couverts, qui trouveront leur place dans la future cuisine.

Ah … une petite Madeleine de Proust … cette histoire raconte la vie de la fille de l’explorateur Henri de Monfreid et mes soeurs et moi l’avions étant petites dans la collection J’aime Lire. Si quelqu’un a « Léontine en Marmousie » (Belles Histoires de Pomme d’Api), la boucle serait bouclée ! Merci !

Attention, mettez des lunettes de soleil, ce photophore est particulièrement joli ! Il a d’ailleurs un jumeau quelque part, dans la maison, pas très loin, j’en suis sûre. J’adore ce fini légèrement vieilli et ses reflets brillants. Avec une bougie, c’est top sur le rebord de la cheminée ou pour illuminer un centre de table.

Des boules en osier blanches et argentées. Ma nouvelle passion. J’en ai aussi des naturelles et noires, avec un petit filet rigolo – on les voit sur le plan large. Elles seront parfaites dans des soucoupes, pour une déco simple et naturelle, ou dans de hauts vases en verre, pour un effet moderne et graphique.

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !

Cuisine de rêve

Concernant la base de la déco de la cuisine, j’avais partagé nos idées/envies/inspirations dans un post il y a quelques semaines. C’était de quoi on était sûrs : le sol, les finitions, les couleurs et plus généralement la disposition des meubles intégrés.

Aujourd’hui, si on regardait ensemble ce qui nous fait envie concernant l’accessorisation de la pièce : les matières, les objets et la « ligne déco » que l’on va essayer de suivre.

1 – Les chaises sont un parfait exemple de la ligne directrice que l’on veut suivre pour la déco de la cuisine : une base intemporelle (des pièces basiques et indémodables de bonne qualité) et quelques petites touches de design (parce qu’on est quand même au 21e siècle !). J’ai acheté 4 chaises sombres (dans le même esprit que celles sur le mood-board) 30 euros le lot sur Le Bon Coin. Nous voudrions les accompagner de deux chaises contrastantes à chaque bout de la table pour un effet mixé-décallé assez sympa.

2 - Nous avons déjà la table (en teck massif teinté foncé) et elle a bien besoin d’un ponçage/vernissage intégral du plateau. Nous poncerons/vernirons les chaises en même temps pour qu’elles soient parfaitement assorties à la table.

3 – Pour ce qui est des accessoires, là encore nous avons déjà quasiment tout ce qui est sur le mood-board : le mixer KitchenAid blanc, la planche en bambou et les couteaux en acier brossé. Je voudrais rajouter quelques touches de bois plus sombre pour coller avec la table et ramener un peu de chaleur dans la déco de base assez sobre.

4 – Côté déco, là encore un mix intéressant : j’ai des étains qui m’ont été donnés par mes grands-mères et tante et que je garde pour des raisons sentimentales. Néanmoins, cette couleur gris sombre s’accorde parfaitement avec le béton ciré. Ils prendront place dans la vitrine côté frigo. J’y associerai des céramiques blanches (ma nouvelle passion), plus ou moins contemporaines pour continuer l’effet mixé-décallé. Quelques objets de déco seront glanés au fur et à mesure (comme, pourquoi pas, ce très joli éléphant en bois grisé).

5 – Pas de cuisine sans plantes vertes ! Cette composition façon mur végétal dans un cadre est très jolie, je l’ai mise dans le mood-board pour le fun, mais il y aura sans aucun doute de la verdure, des plantes et aromates, etc…

6 – Une grande horloge est prévue pour habiller le dessus de la cheminée en pierre de Volvic. Il faudra en trouver une assez grande (au moins 60 cm de diamètre) et d’un style qui s’accordera bien avec le reste de la déco (ça sera donc un des derniers éléments à intégrer la cuisine, pour éviter un clash visuel).

7 – Il y a au grenier un lustre comme celui qui est sur la photo. Si on arrive à le retaper et à l’électrifier (et à lui rajouter un abat-jour), il pourrait très bien finir dans la cuisine, au-dessus de la table à manger (et ça serait un bon karma pour lui, vous ne trouvez pas ?)

 

Et voilà, il y a quand même encore beaucoup de boulot d’ici à ce qu’on en soit à la phase de déco dans la cuisine. Les murs ne sont pas encore tous apprêtés : encore un côté de la pièce à détapisser puis il faudra ratisser l’ensemble des murs.

 

 

Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément marteau ! A bientôt !

 

Si vous appréciez ce blog, n’oubliez pas de voter pour Carrément Marteau au concours « Blog déco 2012″ de Marie Claire Maison ICI.

 

Merci !