Bonne année 2018 !

Je sais, ça faisait longtemps. J’ai été très occupée par mon activité professionnelle de rédactrice freelance (qui m’a amenée à parcourir la région Auvergne, et même la France) et avec le gîte. Du coup, plus de temps pour bricoler. En plus, notre ordinateur est mort sans préavis, emportant avec lui plein de photos de la maison et de recettes de cuisine que je n’avais pas encore publiées.

Et puis nous avons accueilli un chiot en juillet !

Première photo de Naïka dans le jardin de la maison (15 juillet 2017).

Une autre paire de manches ! Naïka Luna est un berger suisse, parfois appelé berger blanc (race cousine du berger allemand). Elle est née le 9 mai 2017 dans l’Allier. Et depuis, c’est la tornade blanche !!

A trois mois, les oreilles sont presque droites.

C’est une chienne très sympa, un peu déménageur et parfois boulet (d’où son appellation très personnelle – et non AOC – de « bourrin suisse » ou de « boulet suisse »). Elle ne pourrait pas être plus différente de Guérande, le bouledogue français : elle adore courir, sauter, nager. Elle joue à la balle et ramène assez de bâtons pour faire un feu de cheminée.

Baignade dans la Sioule au Pont de Menat (63).

Naïka faisait 8,5 kg quand on l’a accueillie à la maison. Elle fait aujourd’hui (à huit mois et demi) environ 26 kg. C’est la grande toutoune de la famille !

Guérande, Guizmo et Naïka s’entendent très bien. Ils dorment les uns avec les autres, souvent deux par deux, et mangent dans la gamelle du voisin sans agressivité. Tant que Guérande peut pioncer et que Guizmo peut gambader dehors…

Voilà les news de la nouvelle année. J’ai bien l’intention de me remettre à publier avec régularité. Alors à bientôt sur le blog ou sur Instagram. Même Naïka à un compte !

 

 

 

Rhabillés pour l’hiver

Deux copines avec lesquelles je travaillais il y a quelques années (dans une autre vie professionnelle à tendance télévisuelle) ont chacune récemment eu un bébé. L’occasion rêvée pour moi de faire chauffer les aiguilles à tricoter…

En août dernier est né Eliott chez Catherine et Yoan. Pour ce petit bonhomme, j’ai tricoté un manteau d’automne en point de riz (un de mes points de tricot préférés) tiré de la brochure Babystories de Katia. J’ai opté pour la taille 3 mois.

Pour pouvoir offrir le tricot lors de ma visite à la maman et au bébé à la maternité, j’ai tricoté trois jours à temps plein… heureusement, les Jeux Olympiques étaient diffusés à la télé. J’ai donc regardé toutes les épreuves sportives possibles et imaginables pendant la frénésie des aiguilles à tricoter.

J’ai également tricoté des chaussons assortis (toutefois dans une laine plus fine) et j’ai choisi un petit pantalon rayé en coton bio de la marque Serendipity pour aller avec.

Pour accompagner le tout, une carte bricolée par mes soins, alliant du cartonnage et du tricot, qui peut même être encadrée et accrochée dans la chambre de bébé.

 

Plus récemment, Arthur a pointé son nez chez Valérie et Julien. Pour ces deux amoureux du touch rugby, j’ai choisi de tricoter une combinaison aux couleurs vintage. Quand j’ai posté la photo ci-dessous sur les réseaux sociaux, quelques commentaires m’ont fait remarquer que les couleurs faisaient penser à Harry Potter, ce qui ne déplaît pas non plus aux jeunes parents.

J’ai suivi les explications en 3 mois d’un modèle Bergère de France datant d’une douzaine d’années. J’ai modifié le look en faisant des rayures de 16 rangs. La largeur s’est avérée parfaite pour que les boutons tombent pile-poil au centre des rayures. Pour finir, j’ai thermocollé un petit écusson sur la poitrine côté gauche.

Pour rester dans l’esprit vintage de la combinaison, j’ai confectionné une carte en recopiant au feutre fin un nounours trouvé sur le web et en l’agrémentant d’une paire de ballons bleus et de lettres collantes.

Dernière minute : aucun bébé ne s’est plaint de ses cadeaux… ouf !

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau ! D’autres clichés sur mon compte Instagram, pour faire le plein de photos prises sur le vif…

A table ! Trois woks

J’adore les woks. J’adore ce mode de cuisson et le genre d’ingrédients que l’on peut mettre dedans. Je vous propose donc trois woks cuisinés ces dernières semaines. Pas de recettes précises, seulement des photos en couleurs et quelques inspirations.

1. Wok légumes et crevettes.

Pour ce wok, j’ai fait mariner des crevettes dans un mélange huile/sauce soja (j’utilise de l’huile peu forte en goût, simplement parce que c’est le gras qui fixe les arômes). J’ai ensuite détaillé finement oignons, poivron vert et carottes que j’ai fait revenir doucement pour qu’ils deviennent tendres. Comme les crevettes que l’on achète dans le commerce sont déjà cuites, il faut les jeter dans le wok juste le temps de les réchauffer (trop les cuire les rend sèches). En fin de cuisson, j’ai ajouté une poignée de pâtes chinoises (pas visibles sur la photo). Pour finir, il suffit d’assaisonner à son goût.

2. Wok légumes et dinde.

Pour ce wok, j’ai fait mariner des lanières de dinde dans de l’huile avec des bâtonnets de gingembre frais, de l’ail et du nuoc mam. J’ai ensuite taillé en lanières du choudou (variété de chou acheté à Carrefour, sympa à manger en salade ou cuit car pas fort), des carottes (avec un économe) et de l’oignon. Dans cette recette, il faut prendre en compte le temps de cuisson de la dinde si on veut garder les légumes croquants. Il suffit ensuite d’assaisonner à son goût.

3. Wok légumes verts, dinde et quinoa.

Pour ce wok, j’ai fait mariner la dinde taillée en lanières dans de l’huile et de la coriandre. J’ai taillé des courgettes en bâtonnets et des têtes de brocolis préalablement décongelées. Je les ai fait revenir dans de l’huile avec de l’oignon ciselé. Dans cette recette aussi, il faut prendre en compte le temps de cuisson de la dinde si on veut garder les légumes croquants. J’ai ensuite versé un verre de quinoa cuit avant d’assaisonner.

J’aime bien hacher grossièrement des cacahuètes pour saupoudrer les woks. On peut aussi mettre du sésame, de la coriandre ou du persil haché. A vous de jouer !

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau ! D’autres clichés sur mon compte Instagram, pour faire le plein de photos prises sur le vif…

Guizmo le chaton rigolo

Il s’est passé un événement étrange le 4 octobre 2016. Trois ans jour pour jour après avoir accueilli Guérande, une autre petite boule de poils a fait son entrée dans notre famille. Un chaton minuscule, trouvé par une voisine dans un tas de bois au fond d’une grange, qu’elle m’a amené sachant que je m’occupe des chats du quartier.

J’ai accepté de m’en occuper, pensant d’abord le sevrer puis le donner sur le Bon Coin. Je l’ai pesé (360 grammes), j’ai observé ses dents et j’en ai déduit (après consultation de sites internet spécialisés) qu’il avait entre trois et quatre semaines (ce que la véto a confirmé). Vu son âge, il a fallu le nourrir au biberon. J’ai acheté du lait en poudre chez le véto et nous lui avons donné à manger à la demande (y compris la nuit, quand Martial se levait pour regarder les matchs de sports américains).

Le biberon sous la surveillance de Guérande…

On en était gagas au bout de deux jours ! Comme il s’entendait bien avec Guérande et qu’il n’appartenait pas au groupe de chats dont je m’occupe par ailleurs, nous avons décidé de le garder. J’ai choisi de l’appeler Guizmo, pour continuer la liste des noms en « G » après Gyptis et Guérande. La chienne l’a accueilli avec beaucoup de bienveillance, sans pour autant se laisser marcher sur les pattes par ce nouveau venu dans la meute.

Après l’avoir nourri au biberon pendant une dizaine de jours, il est passé aux croquettes et sachets pour chaton. Il a grandi à vue d’oeil et dès qu’il a été vacciné, a passé de longs moments dehors à jouer avec les autres chats, grimper aux arbres et sauter dans la neige.

Guérande et Guizmo s’entendent comme larrons en foire. Ils jouent ensemble, se poursuivent à toute vitesse (ce qui a valu quelque vaisselle cassée) puis finissent par dormir dans le même panier, après s’être léchés mutuellement.

Ils s’associent même dans le crime ! Guizmo monte sur les meubles sur lesquels sont – naïvement – rangés des victuailles et les fait tomber à terre pour partager le butin avec Guérande sur le tapis. La chienne a quand même mangé une demi-tablette de chocolat avec ce manège… sans dommage, heureusement !

La semaine dernière, Guizmo a été stérilisé et pucé. Il fait plus de 3 kg maintenant. Il mène donc sa petite vie de chaton joli et nous fait profiter de son caractère facile quoique assez indépendant. Cela dit, il aime bien venir avec nous en balade !

Clairement, c’est Guérande qui profite le plus des câlins de Guizmo.

Ils avaient joué comme des fous sur le canapé, puis je les ai trouvés comme ça, profondément endormis dans le bazar des plaids et des coussins…

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau ! D’autres clichés sur mon compte Instagram, pour faire le plein de photos prises sur le vif…