Entrée en matière

On dit que l’on n’a jamais une deuxième chance de faire une bonne première impression… et il en est de même en matière de décoration ! Voilà pourquoi il était grand temps de mettre un coup de pep’s à notre vestibule.

L’entrée de la maison est un espace de huit mètres de long sur deux mètres de large, dont un couloir de quatre mètres sur un qui mène à la porte des toilettes du bas. Juste à gauche, le placard qui abrite les affaires du gîte (linge de toilette et de maison, réserve de produits ménagers et quelques objets trouvés…). Sous l’escalier, un autre placard abrite tous nos outils de bricolage, peinture et quincaillerie.

Le placard du gîte s’avère trop petit et nous avons besoin d’une penderie dans l’entrée. Du coup, j’ai cherché des idées pour ajouter du rangement dans l’entrée sans empiéter sur l’espace de passage, pour aller et venir dans ce couloir et ouvrir les portes du placard sans difficulté. Le tout, si possible avec du style.

En parlant de style, nous voudrions quelque chose à mi-chemin entre ça…

… et ça.

Deux styles qui laissent la place à une infinité de déclinaisons. Et j’ai bricolé cette planche d’inspiration, pour illustrer ce à quoi l’entrée pourrait bientôt ressembler.

Vous pouvez voir plus de photos d’inspiration dans mon dossier Pinterest entrée.

La lampe (vue ici) est une sorte de tringle à rideau noire sur laquelle viennent s’entortiller des câbles noirs au bout desquels pendent des ampoules design.

Les cadres (vus ici) reposent sur une corniche très étroite. Ils peuvent aussi être fixés au mur ou être placés sur une étagère plus large.

La couleur sur la porte-fenêtre menant au salon pourrait ne pas être du noir. J’ai mis cette photo (trouvée ici) pour illustrer le contraste (et parce que la plante est jolie).

L’enfilade suspendue (vue ici, ici et ici) allie volume de rangement et légèreté visuelle. Au lieu de la finition vernie, le décor sera chêne moyen en mélaminé. Les poignées de porte seront celles qui étaient livrées avec les portes du meuble bibliothèque du salon (nous avions finalement choisi de ne pas les installer).

Les moulures en soubassement seront bricolées pour s’accorder avec les portes du meuble d’entrée puis peintes en blanc.

Enfin, les accessoires (chaise, déco) seront choisis de façon à égayer l’entrée, si possible parmi les pièces que nous avons déjà en notre possession.

Maintenant, il faut se retrousser les manches !

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau ! D’autres clichés sont visibles sur mon compte Instagram, pour faire le plein de photos prises sur le vif…

Un bon vieux vinyle

Depuis notre entrée dans la maison, le hall du premier étage était recouvert d’une moquette vert amende. Quand Naïka est arrivée, elle a fait tout ce que fait chaque chiot qui se respecte : elle a appris la propreté en « s’oubliant » un peu sur la moquette.

Un matin, Martial a pris la mouche. Il a débarrassé le palier et il a arraché toute la moquette. L’idée était de trouver un lino pas cher pour recouvrir le sol, en attendant de rénover entièrement le palier.

Pour limiter les frais, on a choisi un lino premier prix avec un décor sans trame ni raccord. Comme ça, on a fait découper trois morceaux (pour le palier en haut de l’escalier qui monte du rez-de-chaussée, la passerelle entre les chambres et le palier en bas de l’escalier qui monte vers le grenier) au lieu de devoir prendre un grand morceau et de gaspiller la partie à enlever à l’endroit de la trémie.

On a dévissé les barres de seuil des chambres, on a collé de l’adhésif double-faces sur le pourtour des zones à recouvrir de lino puis on a marouflé les morceaux de lino en place. Le platoir était bien pratique pour couper le lino au cutter le long des plinthes et autour des moulures de porte.

Comme le lino est assez fin, j’ai préféré mettre quelques agrafes pour sécuriser le tout en place. Et on a acheté quelques barres de seuil supplémentaire pour masquer les raccords de lino, sécuriser le haut de l’escalier et rattraper les quelques millimètres avec le carrelage noir devant la porte des WC.

Mission accomplie ! Le rendu est propre, même s’il reste des plis par endroits. Et Naïka n’a plus eu envie de monter à l’étage pour soulager sa vessie…

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau ! D’autres clichés sur mon compte Instagram, pour faire le plein de photos prises sur le vif…

Bonne année 2018 !

Je sais, ça faisait longtemps. J’ai été très occupée par mon activité professionnelle de rédactrice freelance (qui m’a amenée à parcourir la région Auvergne, et même la France) et avec le gîte. Du coup, plus de temps pour bricoler. En plus, notre ordinateur est mort sans préavis, emportant avec lui plein de photos de la maison et de recettes de cuisine que je n’avais pas encore publiées.

Et puis nous avons accueilli un chiot en juillet !

Première photo de Naïka dans le jardin de la maison (15 juillet 2017).

Une autre paire de manches ! Naïka Luna est un berger suisse, parfois appelé berger blanc (race cousine du berger allemand). Elle est née le 9 mai 2017 dans l’Allier. Et depuis, c’est la tornade blanche !!

A trois mois, les oreilles sont presque droites.

C’est une chienne très sympa, un peu déménageur et parfois boulet (d’où son appellation très personnelle – et non AOC – de « bourrin suisse » ou de « boulet suisse »). Elle ne pourrait pas être plus différente de Guérande, le bouledogue français : elle adore courir, sauter, nager. Elle joue à la balle et ramène assez de bâtons pour faire un feu de cheminée.

Baignade dans la Sioule au Pont de Menat (63).

Naïka faisait 8,5 kg quand on l’a accueillie à la maison. Elle fait aujourd’hui (à huit mois et demi) environ 26 kg. C’est la grande toutoune de la famille !

Guérande, Guizmo et Naïka s’entendent très bien. Ils dorment les uns avec les autres, souvent deux par deux, et mangent dans la gamelle du voisin sans agressivité. Tant que Guérande peut pioncer et que Guizmo peut gambader dehors…

Voilà les news de la nouvelle année. J’ai bien l’intention de me remettre à publier avec régularité. Alors à bientôt sur le blog ou sur Instagram. Même Naïka à un compte !

 

 

 

Rhabillés pour l’hiver

Deux copines avec lesquelles je travaillais il y a quelques années (dans une autre vie professionnelle à tendance télévisuelle) ont chacune récemment eu un bébé. L’occasion rêvée pour moi de faire chauffer les aiguilles à tricoter…

En août dernier est né Eliott chez Catherine et Yoan. Pour ce petit bonhomme, j’ai tricoté un manteau d’automne en point de riz (un de mes points de tricot préférés) tiré de la brochure Babystories de Katia. J’ai opté pour la taille 3 mois.

Pour pouvoir offrir le tricot lors de ma visite à la maman et au bébé à la maternité, j’ai tricoté trois jours à temps plein… heureusement, les Jeux Olympiques étaient diffusés à la télé. J’ai donc regardé toutes les épreuves sportives possibles et imaginables pendant la frénésie des aiguilles à tricoter.

J’ai également tricoté des chaussons assortis (toutefois dans une laine plus fine) et j’ai choisi un petit pantalon rayé en coton bio de la marque Serendipity pour aller avec.

Pour accompagner le tout, une carte bricolée par mes soins, alliant du cartonnage et du tricot, qui peut même être encadrée et accrochée dans la chambre de bébé.

 

Plus récemment, Arthur a pointé son nez chez Valérie et Julien. Pour ces deux amoureux du touch rugby, j’ai choisi de tricoter une combinaison aux couleurs vintage. Quand j’ai posté la photo ci-dessous sur les réseaux sociaux, quelques commentaires m’ont fait remarquer que les couleurs faisaient penser à Harry Potter, ce qui ne déplaît pas non plus aux jeunes parents.

J’ai suivi les explications en 3 mois d’un modèle Bergère de France datant d’une douzaine d’années. J’ai modifié le look en faisant des rayures de 16 rangs. La largeur s’est avérée parfaite pour que les boutons tombent pile-poil au centre des rayures. Pour finir, j’ai thermocollé un petit écusson sur la poitrine côté gauche.

Pour rester dans l’esprit vintage de la combinaison, j’ai confectionné une carte en recopiant au feutre fin un nounours trouvé sur le web et en l’agrémentant d’une paire de ballons bleus et de lettres collantes.

Dernière minute : aucun bébé ne s’est plaint de ses cadeaux… ouf !

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire ! Ils sont validés manuellement mais je consulte la boîte très régulièrement. Pour recevoir une notification dès qu’un nouvel article est publié, rejoignez-nous sur Facebook … et cliquez sur « J’aime » sur la page Carrément Marteau ! D’autres clichés sur mon compte Instagram, pour faire le plein de photos prises sur le vif…